ITW - Ledanois : «Nos leaders en retrait ? Il y a des explications...»
ITW
Photo : @ArkeaSamsic

ITW - Ledanois : «Nos leaders en retrait ? Il y a des explications...»

À quelques jours de l'ouverture de la saison, Yvon Ledanois (Arkéa-Samsic) s'est confié au micro de Cyclism'Actu pour évoquer les ambitions de son équipe pour l'année 2022. Actuellement en stage à Calpe (Espagne), le directeur sportif de l'écurie française a ainsi abordé plusieurs sujets dont le programme de ses leaders (Warren Barguil, Nacer Bouhanni et Nairo Quintana) et l'objectif prioritaire de la saison à venir pour sa formation : intégrer le World Tour en 2023.

Vidéo - Yvon Ledanois : "Je ne suis pas magicien mais..."

 

"On peut espérer mieux que dix succès pour 2022"

Avant d'évoquer les objectifs pour 2022, Yvon Ledanois a fait le bilan de la saison précédente durant laquelle son équipe a levé les bras à dix reprises : "Des fois il vaut mieux de la qualité que de la quantité. J'étais ravi de voir plusieurs coureurs gagner l'année dernière et pas qu'un seul gars avec dix victoires. Cela veut dire qu'il y a de la qualité dans l'effectif et ça c'est important. Après, il y a plusieurs équipes du World Tour qui n'ont pas gagné énormément, mais on n'est pas là pour se justifier vis-à-vis des autres, ce qui m'intéresse c'est Arkéa-Samsic. On est dans notre processus de progression logique avec des jeunes talentueux. On peut espérer mieux que dix succès pour 2022."

Il a également défendu le bilan de ses leaders Warren Barguil, Nacer Bouhanni et Nairo Quintana qui ont assuré, sans forcément briller en 2021. "Il ne faut pas qu'on ait de la malchance. Sans ses chutes, Warren était une spirale positive. On ne peut pas dire qu'il ait fait une saison médiocre. Nacer a de nombreuses places dans les cinq premiers, mais il n'a pas de succès, avec cette suspension en cours de saison. C'est quand même le meilleur sprinteur français sur le Tour de France. Il est tombé sur un Mark Cavendish en grande réussite. Quant à Nairo, il a eu des soucis physiques tout au long de la saison. Ils ont été un peu en retrait, mais il y a des explications. On a les solutions. À nous de faire en sorte que 2022 soit une année différente", déclare-t-il.

 

"On connaît nos objectifs, dont celui d'être en World Tour en 2023"

Le directeur sportif de la formation continentale française est revenu sur le mercato de son équipe, avec notamment le renfort de Hugo Hofstetter et de Nicolas Edet : "Ce sont des coureurs qui semblent complémentaires à ce que l'on cherchait. Hugo est un garçon de qualité, dont on va avoir besoin autour de Nacer Bouhanni, mais pas que. Il aura sa carte à jouer sur les classiques belges. Nicolas n'est plus tout jeune, mais il a une expérience qui reste importante pour nous, que ce soit pour aider les jeunes ou épauler les leaders. Il y a beaucoup de coureurs qui seront importants dans les résultats et dans la réussite de l'équipe en 2022."

Profitant de cette sortie médiatique, Yvon Ledanois a évoqué les grandes ambitions de l'équipe Arkéa-Samsic : "On connaît nos objectifs, dont celui d'être en World Tour en 2023. Tout simplement. On n'a pas à se cacher ou à mentir, c'est très clairement notre ambition pour l'année à venir. Avec le règlement de l'UCI que l'on connaît, on sait ce qu'on a à faire pour y accéder. On le fait déjà depuis deux ans, très bien même. Il reste une année dans le processus, et c'est désormais aux coureurs et à toute l'équipe de jouer pour qu'on puisse dire, comme Emmanuel Hubert l'avait annoncé, que l'équipe Arkéa-Samsic sera dans le World Tour en 2023."

 

"J'ai une façon de travailler qui est la même depuis des années"

Faisant d'autres annonces, l'ancien directeur sportif de BMC n'a cependant pas encore voulu annoncer le programme de ses leaders concernant les Grands Tours, d'autant qu'Arkéa-Samsic peut participer aux trois épreuves importantes du calendrier. "Il y a des choses que l'on doit encore voir. On ne veut pas se presser. On veut prendre le temps de faire les bons choix", précise-t-il. Yvon Ledanois a ensuite parlé de sa méthode auprès des coureurs de la formation continentale tricolore.

"Il n'y a pas de mode d'emploi. Je ne suis pas un magicien, j'ai une façon de travailler qui est la même depuis des années. Je suis quelqu'un qui est proche de ses coureurs, j'ai un côté paternaliste car je pense qu'un directeur sportif doit avoir de la proximité avec ses coureurs, sans trop en avoir non plus car il faut savoir dire les choses aux coureurs. On est tous ensemble et on a une relation de travail, mais le jour où ils ont besoin de moi, je suis là et ils le savent ! J'aime bien me rapprocher d'un coureur quand il est dans l'ombre pour lui tendre la main. C'est le plus important. Et je pense que c'est ce qu'il fait ma qualité en tant que directeur sportif. En quelque sorte, je suis le 31e coureur si on a 30 coureurs dans le groupe", conclut-il.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Clement LABAT-GEST

logo Unibet
logo Unibet
Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Transferts

TRANSFERTS
2021 - 2022
Publicité

Sondage

Quel coureur va gagner son premier Grand Tour ?



















Partenaires

Publicité
Publicité