ITW
ITW - Philippe Mauduit : «Thibaut Pinot a la force de rebondir» Photo : @GroupamaFDJ

ITW - Philippe Mauduit : «Thibaut Pinot a la force de rebondir»

Ancien directeur sportif des équipes Bahrain-Merida ou encore UAE Team Emirates, Philippe Mauduit a rejoint l'encadrement de la Groupama-FDJ cette année. Au micro de Cyclism'Actu et à la veille de partir en stage avec son équipe (l'équipe Groupama-FDJ part en stage à Calpe en Espagne ce vednredi pour 10 jours pour préaprer la saison 2020), il a fait le bilan de sa première saison à la tête de la formation française, faite de gandes joies et déceptions. Il a bien sûr évoqué l'abandon de Thibaut Pinot sur le Tour de France, mais également les révélations David Gaudu et Valentin Madouas ou encore son sprinteur Arnaud Démare, vainqueur sur le Giro pour la première fois de sa carrière.

Vidéo - Quand Philippe Mauduit décrypte à Cyclism'Actu Pinot en 2020

 

Philippe, comment s'est passée votre première saison au sein de la Groupama-FDJ ?

J'ai été très bien intégré par tous les membres de l'équipe. Ce n'est jamais facile d'intégrer un groupe que l'on ne connait pas, mais j'ai eu la chance de bénéficier d'un super accueil. Ensuite sportivement, ça s'est bien passé aussi, l'équipe a remporté des jolis trophées et collectivement elle s'est super bien comportée. Donc pour moi, cette première année année a été 100% positive.

 

Una année 100% positive, marquée tout de même par la désillusion de Thibaut Pinot sur le Tour de France. Est-ce que vous avez le sentiment d'avoir manqué une occasion unique de remporter le Tour ?

Non, ça fait partie des aléas du sport. Ça fait désormais partie de l'histoire. On est résolument tournés vers le présent et le futur, même si c'est bien sûr un épisode qui nous a tous marqué. Mais il faut savoir rebondir derrière, la vie continue. De toute façon, ce n'est pas quelque chose de négatif, c'est juste la loi de la vie et la loi du sport.

 

"Thibaut Pinot a le caractère des plus grands"

Vous n'avez aucun doute sur la capacité de Thibaut Pinot à rebondir ?

Oui ça c'est une évidence. Il n'y a vraiment aucun doute car Thibaut a cette force-là. Il a le caractère des plus grands, le caractère des champions qui lui permet de rebondir après chaque difficulté. C'est ce qui fait la différence entre les coureurs qui sont capables de gagner des courses de très, très haut niveau et les autres, c'est cette force de caractère qui les pousse à toujours se remettre en question et à toujours aller plus loin pour réaliser leurs objectifs.

 

En parlant des objectifs, Pinot voudra peut-être viser les JO et/ou les Mondiaux l'an prochain. Vous en parlez avec lui même si ça ne concerne pas directement votre équipe ?

On l'a déjà évoqué, mais on parle de choses qui vont se passer dans huit, neuf mois. Évidemment il faut y penser, mais on en parlera un peu plus lors de notre stage. De toute façon, comme vous l'avez dit, ce ne sont pas les courses de la Groupama-FDJ mais ce sont les courses de l'équipe de France, nous ne faisons pas la sélection. Après c'est évident qu'on ne mettra pas de bâtons dans les roues de nos coureurs, les Jeux Olympiques et les Mondiaux, c'est important dans une carrière. Porter le maillot de l'équipe de France et avoir une chance de gagner une médaille, c'est énorme donc bien sûr que notre équipe va l'épauler pour mettre toutes les chances de son côté. Mais encore une fois, ce n'est pas nous qui faisons la sélection.

 

Gaudu et Madouas, l'avenir de la Groupama-FDJ

L'une des grandes satisfactions de l'année est l'éclosion au plus haut niveau de David Gaudu, qui a brillé sur des courses prestigieuses d'une semaine et sur les Classiques. Quels seront les objectifs pour lui l'an prochain ? Sera-t-il leader sur un Grand Tour ?

Pour David, l'objectif c'est surtout de continuer à progresser, de continuer à gagner des courses et, encore mieux, d'aller gagner des courses sur lesquelles il sera le leader désigné. Dans l'immédiat, l'objectif c'est de continuer à le faire progresser et de lui donner l'opportunité d'aller des courses. Des grandes courses.

 

On peut également citer Valentin Madouas, qui a le même âge que Gaudu et qui a lui aussi brillé cette année. Il n'a pas levé les bras, mais il a terminé 13e du Tour d'Italie...

Comme pour David Gaudu, on attend de Valentin qu'il continue à progresser, c'est ce qu'on attend de tous nos coureurs d'ailleurs, quelle que soit leur spécialité dans l'équipe. Valentin fait partie de ces coureurs français qui ont un gros potentiel. Il a démontré sur le denrier Tour d'Italie qu'il était capable de faire 13e d'une course qui est très exigeante. Tout l'avenir est devant lui. Il est encore en études d'ingénieur, donc entre ses stages professionnels et l'équipe, on essaie de faire un programme cohérent. On ne peut pas lui demander d'être disponible quand ce n'est pas possible, parce qu'il a ses études et que c'est aussi très important. Mais on sait que Valentin va continuer à progresser.

 

"Arnaud Démare va retrouver son vrai niveau en 2020"

Arnaud Démare a remporté cinq succès en 2019, dont une étape sur le Tour d'Italie. C'est moins que les années précédentes. Comment jugez-vous sa saison ?

Arnaud est tombé malade au plus mauvais moment pour lui, lors de la période des Classiques. Donc ça l'a handicapé, il a traîné ça un petit moment, et toute cette période où il aurait dû obtenir des résultats, il est passé à côté, mais là aussi c'est la vie d'un sportif de haut niveau. Ça n'enlève rien à ses qualités de sprinteur et de chasseur de Classiques. Je pense qu'on va retrouver Arnaud à son vrai niveau en 2020. Je ne me pose pas trop de questions car c'est un garçon tellement professionnel, carré et organisé que forcément il va pouvoir à nouveau gagné huit, neuf, dix courses dans la saison, ça c'est sûr. Et comme vous l'avez dit, il n'a pas fait non plus une mauvaise saison, on parle d'un coureur qui a gagné cinq courses dont une étape sur le Giro.

 

Pour conclure, vous avez été discrets sur le marché des transferts avec très peu de départs et d'arrivées. C'est le souhait de votre équipe de conserver cette stabilité ?

Maintenant que je connais un peu mieux l'entreprise, je peux dire que la Groupama-FDJ a toujours été fidèle à ses collaborateurs, qu'ils soient mécaniciens, assistants, kinés, coureurs... Les gens qui découvrent cette équipe et qui ont la chance d'y travailler un jour y restent fidèles, et en échange eux aussi reçoivent la fidélité de l'entreprise. Le recrutement de cette année, c'est à l'image de ces valeurs-là. On a eu quelques départs à la retraite, il y avait trois postes à pourvoir et on a décidé de faire confiance à trois jeunes. Ça ne crée pas de chamboulement, mais ce n'est pas dans la nature de l'équipe de tout chambouler. D'ailleurs, pourquoi tout chambouler lorsque ça fonctionne bien ? On a vu cette année, particulièrement au mois de juillet, que nous avions un collectif fort donc il n'y avait aucune raison de casser tout ça. Il faut apporter simplement des petites corrections, par petites touches, là où on identifie des petits manques. Comme lorsque Stefan Küng est arrivé l'an passé, un vrai spécialiste du chrono, avec lui ça a été mission accomplie à 100%. Et il a même failli ramener le maillot arc-en-ciel en fin de saison. On ne va pas refaire l'histoire, mais je peux vous dire que j'y ai cru devant ma télé.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur va remporter le 75e Tour d'Espagne ?



















Publicité

Partenaires

Publicité