ITW - Oliver Naesen : «J'espère bien sûr que Romain Bardet va rester»
ITW
Photo : Sirotti

ITW - Oliver Naesen : «J'espère bien sûr que Romain Bardet va rester»

Cyclism'Actu s'est entretenu avec Oliver Naesen, l'un des leaders de l'équipe AG2R La Mondiale. Le Belge est notamment revenu sur sa prolongation de contrat de trois ans avec la formation française, et il a également évoqué ses objectifs comme le Tour de France et bien sûr les Classiques flandriennes. Il a aussi parlé du cas de son coéquipier Romain Bardet, qui est en fin de contrat et qui est annoncé partant à la fin de l'année.

Vidéo - Naesen : "Bien sûr, j'ai envie que Romain Bardet reste"

 

Oliver, vous venez de prolonger votre contrat avec l'équipe AG2R La Mondiale de trois années supplémentaires. Cette prolongation, c'était une évidence ?

C'était vraiment pas très compliqué. J'avais tout de suite dit à mon agent que le plan A était de rester avec l'équipe. Bien sûr, il faut savoir ce qu'il se passe dans le reste du monde du cyclisme, mais dès que j'ai eu Vincent Lavenu au téléphone, ça s'est fait rapidement. Trois ans, c'est génial. Je me sens vraiment apprécié par l'équipe, et ça va dans les deux sens. J'adore cette atmosphère amicale et familiale, et ça a une valeur énorme.

 

Vous êtes dans la présélection de votre équipe pour le Tour de France. Depuis que vous êtes chez AG2R, vous n'avez jamais manqué le Tour, vous y serez ausi cette année ?

Je n'ai pas encore eu la réunion avec les directeurs sportifs, mais j'imagine que oui, j'y serai, même si je ne sais pas encore. Il y a douze noms sur la liste, mais j'imagine qu'il y a des places déjà quasi sûres : Romain Bardet, Benoît Cosnefroy, Pierre Latour ou moi je pense, mais on ne sait jamais.

 

Vous avez envie d'y aller sur le Tour ? Avec les Classiques flandriennes qui seront juste après, ça pourrait vous poser un problème pour enchaîner ?

Bien sûr, j'ai envie d'y aller. Le Tour, c'est le grand objectif de la saison chaque année. Et enchaîner les Classiques après le Tour ne me fait pas du tout peur. Ces dernières années, je suis toujours très, très bien sorti du Tour de France. Je me suis toujours senti plus fort après le Tour. Donc ça me donne beaucoup de confiance pour ces très grandes courses qui seront juste après, et je pense que ce n'est pas très compliqué quand on voit mon programme. Il y a le Tour de France, ensuite le BinckBank Tour avec une semaine de repos avant, et après c'est une semaine à la maison, Grand-Wevelgem, une semaine à la maison, Tour des Flandres, une semaine à la maison, Paris-Roubaix. Donc ça fait pas mal de temps pour récupérer et pour profiter de la charge de travail que j'aurai effectuée pendant le Tour de France. Je pense même que c'est mieux d'enchaîner les Classiques après le Tour que faire les Classiques sans avoir fait le Tour.

 

Et avant le Tour de France, vous viserez notamment Milan-San Remo ?

Il devrait y avoir les Strade Bianche et Milan-San Remo, après le Critérium du Dauphiné je ne suis pas sûr. Cette année, il a été réduit, ce n'est que cinq jours et le parcours est vraiment très, très dur, donc je ne pense pas que je vais le faire, mais je ne sais pas encore.

 

Cette année, Peter Sagan va courir le Tour d'Italie et ne sera donc pas sur les Classiques en octobre. Est-ce que ça change quelque chose pour vous ?

Bien sûr, ça change quelque chose parce que c'est un grand coureur qui sera absent, mais j'ai pris une habitude depuis longtemps qui est de ne plus regarder la liste des partants. Il y a toujours de très bons coureurs au départ de chaque course, et quand tu commences à trop te focaliser sur tes adversaires, ça peut faire peur et ce n'est pas bon pour la performance. Donc pour moi, Sagan peut venir ou rester à la maison, ça m'est totalement égal. Après, bien sûr, sur la course ça va changer quelque chose.

 

Pendant le confinement, vous avez pu vous entraîner normalement contrairement aux coureurs d'autres pays comme les Français. Ça change quelque chose pour la saison ?

Il y a une double réponse à cette question. Sur le plan physique, je pense qu'il n'y a pas vraiment de problèmes pour se remettre en forme quand tu as juste maintenu un peu la condition à la maison en faisant du home trainer pendant le confinement. Donc physiquement, je pense que c'est complètement faisable d'arriver sur le Tour de France en top forme, mais c'est mentalement que ça a pu changer quelque chose. J'imagine qu'il y a eu des coureurs qui ont pété un plomb pendant le confinement, Rohan Dennis par exemple. Pour les Belges et les Néerlandais, c'était différent. Nos gouvernements nous ont conseillé de sortir, de faire du sport, à deux maximum, justement pour la santé mentale, pour ne pas péter un plomb. Donc nous les Belges, par rapport aux Français, on a eu un avantage mental plutôt que physique, mais pas sur tous les coureurs bien sûr. En tout cas, si j'avais été enfermé deux mois, je pense que j'aurais pété un plomb. Mais je pense aux gens qui vivent en appartement, qui n'ont pas de jardin, pour eux ça a vraiment dû être compliqué.

 

Avez-vous peur au niveau sanitaire pour la reprise des courses ?

Beaucoup de gens nous ont posé cette question à mes collègues et à moi. Pour nous les coureurs, le plus important, c'est de se dire que les courses auront lieu et qu'on sera assez protégés. Si on se dit que les courses n'auront pas lieu parce qu'il y aura une deuxième vague... Si tu n'es pas à fond à l'entraînement, si tu ne fais pas la préparation parfaitement pour arriver en top forme parce qu'il y a quelque chose dans ta tête qui te dit que ça sert à rien parce que les courses n'auront pas lieu... Donc je me dis que les courses auront lieu, dans de bonnes circonstances, je fais confiance aux pays et aux organisateurs. De toute façon, c'est suivi très strictement maintenant, il y a des gens super intelligents, beaucoup plus intelligents que moi, qui travaillent sur ça jour et nuit. Donc un coureur cycliste sans diplôme de médecin, ce n'est pas lui qui va donner la bonne réponse. S'il n'y a pas de public, ce ne serait pas top, c'est sûr, mais si c'est le cas, il faudra faire avec. Les circonstances sont très spéciales, encore une fois les organisateurs vont décider mais j'espère que les gens pourront faire la fête sur le bord des routes, parce que c'est vraiment ça qui fait rêver.

 

Pour conclure, beaucoup de coureurs ont prolongé chez AG2R La Mondiale, mais pas encore Romain Bardet, qui est peut-être annoncé sur le départ. Avez-vous envie de le voir rester à vos côtés ?

Bien sûr, j'espère qu'il va rester, mais c'est une question qu'il faut lui poser. J'ai beaucoup apprécié tout ce qu'on a fait ensemble déjà, on a vécu beaucoup de choses. Romain est très important pour moi. Quand on court ensemble, je sens vraiment beaucoup de confiance de sa part. Je le vois tout le temps, pendant sa préparation, pendant les courses, je suis un très grand fan de son professionnalisme, et c'est clair que j'espère qu'il va rester.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Selon vous, le retour à la compétition de Thibaut Pinot va t-il être concluant ?







Partenaires

Publicité
Publicité