ITW
ITW - Bouhanni : 'Je vis un enfer depuis 2 ans avec Vasseur' Photo : @FloreBUQUET

ITW - Bouhanni : "Je vis un enfer depuis 2 ans avec Vasseur"

C'est acté : Nacer Bouhanni quittera la formation Cofidis à la fin de la saison. Parce que c'est sa décision et son choix... tout comme ceux de Cédric Vasseur, le manager général du Team Cofidis. Sans victoire au compteur cette année, le sprinteur vosgien n'a donc pas été sélectionné pour le Tour de France. Pour la deuxième année consécutive, Nacer Bouhanni ne prendra pas le départ de la Grande Boucle. Jusque-là, le sprinteur français ne s'était pas exprimé mais face aux dernières déclarations ces derniers jours de Cédric Vasseur qui "ne cesse de parler de Bouhanni" à chaque interview, Cyclism'Actu a contacté ce mercredi Nacer Bouhanni pour avoir son avis et surtout sa version des faits. Touché par cette situation et par les déclarations de son manager général dans les médias, le natif d'Epinal a souhaité s'exprimer sur "cette période difficile à gérer". Mais pas seulement. L'ancien champion de France regrette notamment "le manque total de communication" avec Cédric Vasseur, qui est à la tête de l'équipe nordiste depuis 2018. "Je ne suis pas une pleureuse, a expliqué Nacer Bouhanni à Cyclism'Actu. Je sais que je ne peux pas plaire à tout le monde mais il faut que tout le monde sache ce qu'il se passe réellement et ce qu'il s'est passé avec Cédric Vasseur depuis qu'il est arrivé. Pour moi, s'il y a des choses négatives au sein de l'équipe, elles se règlent en interne et pas sur la place publique et médiatique. Comme dit l'expression, quand on veut se séparer de son chien, on dit qu'il a la rage. Ce que je vais vous dire est la stricte vérité.

Le Mag Cyclism'Actu - Avec Nacer Bouhanni il y a 3 ans !

 

Nacer, comment vivez-vous le fait de ne pas être retenu pour le Tour de France qui part de Belgique à Bruxelles ce samedi 6 juillet ?

C'est une grosse déception. Le Tour de France passe chez moi à Nancy. J'ai fait le maximum au niveau de la préparation, je me suis toujours entraîné dur en espérant être au départ. C'est une décision que je respecte. Bien sûr, je suis très déçu, c'est dur pour moi. Maintenant, je demande que Cédric Vasseur arrête de parler tout le temps dans la presse, qu'il arrête de m'humilier ouvertement. C'est du harcèlement quoi, je demande qu'il arrête de communiquer à travers moi comme il le fait depuis deux ans. C'est déjà dur de ne pas être au départ du Tour de France.

 

Quand vous parlez d'humiliation, c'est-à-dire ?

Dès qu'il est arrivé dans l'équipe, il a fait mon procès dans la presse, sans même prendre le temps de me rencontrer, de parler avec moi. Il n'a pas pris le temps de me connaître. L'humiliation que je subis dans la presse depuis son arrivée... Je n'en peux plus. C'est vraiment dur, beaucoup de choses qui sont dites sont fausses à mon égard. C'est déjà dur d'être coureur professionnel. Là, je n'en peux plus.

 

"Je ne souhaite à personne, même à mon pire ennemi, de vivre ce que j'ai vécu..."

Que s'est-il passé depuis deux ans ?

C'est simple, j'ai passé trois super saisons avec Cofidis, j'en garderai d'excellents souvenirs, malgré ma chute qui m'a freiné sur ma troisième année. Depuis deux ans, je vis un cauchemar, un enfer. Je ne souhaite à personne, même à mon pire ennemi, de vivre ce que j'ai vécu. Ce n'est pas possible de faire du vélo dans ces conditions. Je suis heureux quand je suis sur mon vélo à la maison, je prends du plaisir quand je m'entraîne chez moi, je suis content. Mais quand je vais en compétition, j'ai la boule au ventre, j'ai le stress, je ne me sens pas bien. Ça ne va pas du tout dès que je suis en compétition. Je suis un passionné de vélo, ça va faire 23 ans que je pratique le cyclisme mais depuis deux ans, c'est très dur.

 

Vous avez essayé d'en parler avec Cédric Vasseur ?

Comme j'ai dit, je garderai de bons souvenirs de Cofidis. Mais en fait, je ne comprends pas ce qu'il a par rapport à moi. Ils ont pris une décision et ils continuent de parler de moi sans cesse. Quand on est manager, on prend une décision et voilà. Parler à travers la presse, ça ne me semble pas bien. J'en suis même désolé de devoir m'expliquer dans la presse puisqu'il n'y a aucune communication entre nous. C'est malheureux d'en arriver là. J'aurais aimé clarifié la situation dès le début, comme je l'avais demandé. Il a mon numéro, il a mon adresse, je suis joignable. C'est malheureux d'en arriver à ce point.

 

Vous ne vous parlez jamais ?

Non, jamais.

 

Vous n'avez jamais eu d'entretien en tête-à-tête avec Cédric Vasseur ?

Non. J'ai demandé à le voir, on avait eu une conversation en stage quand j'avais été le voir dans sa chambre après son arrivée, pour lui demander pourquoi il me critiquait ouvertement dans la presse. J'ai cherché à comprendre. Il m'a dit qu'il ne fallait pas écouter les médias, qu'ils en rajoutaient des tonnes. Je me suis dit, c'est peut-être vrai, peut-être que les médias cherchent à faire monter la mayonnaise. Mais au fur et à mesure du temps, ça a continué et j'ai compris... J'ai essayé de parler, de communiquer, mais il n'y a pas moyen. Lorsqu'on est en course, il a le sourire avec moi, il est tout gentil et lorsque je vois ce qu'il raconte dans les médias sur moi... je ne comprends pas.

 

Qu'avez-vous à répondre à toutes les personnes qui vous critiquent ?

J'ai toujours été professionnel, j'ai toujours fait le maximum pour le cyclisme. J'ai vécu pour ce sport toute ma vie, même encore à l'heure actuelle, je vais continuer à faire du vélo même si je vais rester à la maison tout le mois de juillet. Je vais continuer à m'entraîner car je suis un passionné. Je suis dépité de cette situation, c'est dur de pratiquer le cyclisme dans de telles conditions. Beaucoup de personnes, dans mon entourage ou autre, m'écrivent et me disent : "Tu as vu ça ? Tu as vu ce qu'ils disent sur toi ?" Quand je suis sur le vélo, je pense à ça, je pense à toutes les choses fausses qui sont dites sur moi. Je le vis comme une humiliation publique et c'est dur à encaisser. Quand je suis à l'entraînement, j'ai la tête ailleurs, je pense à plein de choses.

 

Vous avez tout de même réussi à gagner depuis l'arrivée de Cédric Vasseur, on se rappelle notamment de cette victoire sur la Vuelta.

Oui, je pense que j'ai été très fort mentalement la première année. J'ai encaissé, je me suis dit que ça allait passer. J'ai gagné six courses l'année dernière et là je suis en fin de contrat et je ne gagne aucune course. C'est pour vous dire que si j'étais quelqu'un qui calcule, je n'aurais rien gagné en 2018 et j'en aurai gagné huit ou dix cette année, mais ce n'est pas le cas. J'ai toujours donné le maximum de moi-même. Contrairement à ce que dit Cédric Vasseur, je n'ai jamais demandé à avoir 5 à 6 coureurs à mon service pour emmener mon sprint. J'ai juste besoin de deux coureurs dont mon poisson-pilote pour préparer mon sprint comme je l'ai toujours fait dans le passé ! Sauf que cette année, je suis arrivé au bout du rouleau, je n'y arrive plus. Il y a quelque chose qui bloque en compétition, je me sens mal en fait.

 

"La vie continue, je ne suis pas quelqu'un qui lâche comme ça"

C'est une forme de dépression ?

Je ne sais pas et je pense pas qu'on ne peut pas dire ça parce que je relativise malgré tout. Il y a quand même des choses plus grave dans la vie. Il y en qui travaille dur donc je ne vais pas trop me plaindre non plus car j'ai un très bon entourage, que ce soit ma copine, mes amis, ma famille. Je suis soutenu et je les remercie car sans eux, je ne sais pas si j'aurais pu continuer à faire du vélo. C'est très difficile pour moi. Il y aura des jours meilleurs. La vie continue, je ne suis pas quelqu'un qui lâche comme ça. Je prends ça comme une épreuve de la vie que je vais et que je dois surmonter. Tout ce qui ne tue pas te rend plus fort, comme on dit mais à un moment donné, je pense qu'il faut arrêter.

 

Comment avez-vous réagi à l'annonce de la non-reconduction de votre contrat ?

Il y a dix jours, Vasseur disait qu'il était prêt à se mettre autour d'une table pour parler de mon futur contrat selon mes résultats de fin de saison et aujourd'hui il dit qu'il a décidé de ne pas prolonger mon contrat. Sauf que pour renouveler un contrat il faut être deux et en aucun cas je n'aurai prolongé dans ces conditions. C'est un enfer, je n'aurai pu continuer pour rien au monde. Avant Vasseur, j'ai remporté 29 victoires sur trois ans avec parfois des circonstances défavorables : ma chute aux Championnats de France à Chantonnay, ma disqualification à Hambourg, le Milan-San Remo où je déraille... Mon palmarès, avec un peu de réussite, aurait pu être encore meilleur sur mes trois premières saisons chez Cofidis. Depuis deux ans, avec Cédric Vasseur, c'est six victoires, que j'ai été cherchées au mental. J'ai puisé au maximum dans mon mental mais là je suis arrivé au bout du rouleau.

 

"Je souhaitais gagner pour Cofidis et partir avec une victoire sur le Tour de France"

On vous sent désabusé...

Mes proches sont tristes. Quand on voit sa famille triste, c'est dur. C'est déjà dur pour moi mais quand ça touche aussi votre entourage, ça fait du mal à beaucoup de gens. Je ne comprends pas comment on peut faire du mal gratuitement. J'ai l'impression qu'on est dans une télé-réalité. Au lieu de parler dans la presse, il aurait pu me joindre, se mettre autour d'une table, me dire ce qu'il a à me dire, on aurait eu une discussion. J'étais prêt à ce que ça s'améliore pour qu'on puisse offrir plus de victoires à Cofidis. Tout ce que je souhaitais, c'était gagner pour Cofidis et partir avec une victoire sur le Tour de France. J'ai gagné sur le Dauphiné, sur Paris-Nice, en Catalogne, sur la Vuelta, et j'aurais aimé partir de chez Cofidis en ayant gagné sur le Tour. Il faut arrêter de remuer sans cesse le couteau dans la plaie, c'est déjà difficile pour moi.

 

Il y a un avenir puisque vous n'avez que 28 ans. La tête est déjà à 2020 ?

Non car j'ai encore la fin de saison à faire, je suis professionnel. Je demande juste à pouvoir faire une fin de saison convenablement et d'essayer de gagner des courses pour Cofidis. Cofidis m'a fait confiance, le problème ne vient pas d'eux. Je demande à finir la saison en étant tranquille, tout simplement. Je remercie énormément les personnes de chez Cofidis et de d'autres équipes qui m'ont témoigné leur soutien.

 

"Des équipes croient en moi, le discours qu'on m'a tenu me donne envie pour l'avenir"

On parle de plusieurs équipes intéressées. Vous êtes confiant pour le futur ?

Oui, certaines personnes m'ont rassuré. On croit toujours en moi pour l'avenir. Des équipes croient en moi, le discours qu'on m'a tenu me donne envie pour l'avenir. Je ne peux pas vous dire quelles équipes s'intéressent à moi et avec quels managers d'équipe, j'ia pu parler mais, oui, ces personnes m'ont rassuré. Alors, oui, je suis confiant pour mon avenir et heureusement !

 

Quel est votre programme désormais ?

Je ne connais pas mon programme à l'heure actuelle. Pour l'instant, je suis chez moi, à Nancy, et je m'entraîne. Je ne sais pas si je serai sur Nancy quand le Tour de France va y passer début juillet. Je verrai bien !

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Cyclism'Actu

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


Brèves

Transferts


Sondage

Que retenez-vous le plus du 74e Tour d'Espagne ?










Partenaires