ITW
ITW - Matej Mohoric : 'Prêt à débuter sur le Tour de France' Photo : Bahrain-Merida

ITW - Matej Mohoric : "Prêt à débuter sur le Tour de France"

Coureur le plus prolifique de l'équipe Bahrain-Merida en 2018, Matej Mohoric a littéralement explosé la saison passée. La trajectoire du Slovène est impressionnante depuis sa victoire d'étape sur la Vuelta en 2017. Le champion du monde espoirs 2013 a levé les bras à sept reprises l'an dernier, en remportant notamment une étape du Giro ainsi que le classement général du BinckBank Tour et du Tour d'Allemagne. Il n'y a plus de doute : Mohoric dispose d'un immense potentiel, qu'il compte bien confirmer en 2019. Le champion de Slovénie va d'ailleurs se tester une première fois sur les Classiques du Nord, lui qui prévoit de disputer les principales épreuves flandriennes, du Grand Prix E3 Harelbeke jusqu'à Paris-Roubaix. Il nous livre ses attentes pour cette saison, qui devrait aussi le voir débuter sur le Tour de France.

Matej Mohoric gagne la 10e étape du Giro devant Nico Denz

 

Votre première saison avec Bahrain-Merida a été très réussie. Pensez-vous pouvoir faire aussi bien, voire mieux, en 2019 ?

L'année passée a été ma meilleure jusqu'à présent. J'espère bâtir sur ça en 2019. Je continue de travailler dur comme je l'avais fait pour atteindre ce niveau, et je pense que mes meilleures années sont devant moi. J'ai tout le soutien dont j'ai besoin dans l'équipe Bahrain-Merida et cela se voit au niveau des résultats.

 

Comment se passe votre préparation ? 

J'ai eu une période de repos à la fin de la saison 2018. J'ai commencé à préparer 2019 lors du mois de novembre, puis nous avons fait le premier stage d'entraînement avec l'équipe en décembre à Hvar, en Croatie. Nous avons bien travaillé. Pendant les vacances, je me suis entraîné chez moi à Monaco et maintenant je vais partir pour le deuxième stage avec l'équipe, cette fois à Cambrils, en Espagne. Tout se déroule comme prévu pour l'instant.

 

Vous vous sentez prêt à reprendre la compétition ?

La course me manque, mais j'ai encore besoin de travailler physiquement avant de pouvoir commencer. De nos jours, toutes les courses sont difficiles et j'ai la sensation que c'est mieux si j'arrive sur les courses en bonne forme. Sinon, c'est très difficile de récupérer entre les courses pour monter en puissance.

 

Quel est votre calendrier pour cette saison ?

Après Valence et la Ruta del Sol, deux courses par étapes en Espagne que j'utiliserai afin de finaliser ma préparation pour les Strade Bianche, Tirreno-Adriatico et Milan-San Remo. Ces courses sont mes objectifs pour la première partie de la saison. Je continuerai après en Belgique, avec toutes les Classiques jusqu'à Paris-Roubaix ou peut-être l'Amstel Gold Race. Nous avons une équipe très, très forte pour l'Amstel, donc j'aimerais beaucoup y participer. Ensuite, j'espère être sélectionné pour le Tour si tout va comme prévu, et je participerai à quelques stages d'entraînement en altitude avec l'équipe avant le Tour.

 

Vous allez courir aux côtés de Vincenzo Nibali sur ces courses italiennes, ce qui vous arrive assez rarement. Que peut-il vous apporter ?

Vincenzo est l'un des meilleurs coureurs de sa génération. Il est bon sur tous les terrains, il a remporté des Grands Tours et des Monuments, et il y a peu de coureurs qui ont réussi ça. J'ai beaucoup de respect pour lui et ses résultats. Il est très appliqué à l'entraînement et très performant quand il court. Sa technique est vraiment bonne. Dans sa manière de se placer dans le peloton, il est d'ailleurs meilleur et plus confiant que certains sprinteurs avec qui j'ai travaillé.

 

Qu'attendez-vous des Classiques flandriennes, que vous allez découvrir ?

Je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre. Je n'ai pas beaucoup couru en Belgique jusqu'à présent, sauf pour les Ardennaises, mais ces courses-là sont totalement différentes. J'ai remporté le BinckBank Tour l'an passé et il y avait deux étapes qui empruntaient les mêmes routes que les Classiques flandriennes, mais cela reste très différent. Cependant, je pense pouvoir être performant sur ces courses. C'est la raison pour laquelle je veux les disputer. Je ne cours pas souvent sur les pavés, mais j'adore le faire quand je peux. J'espère rendre à l'équipe sa confiance avec des résultats.

 

Après les Classiques, votre prochain objectif sera le Tour de France ?

Cela dépend de la manière dont je marche lors des courses du printemps. J'espère performer conformément aux attentes et être retenu pour le Tour. C'est le plus grand événement de notre sport. J'ai toujours rêvé de le faire. Ce sera ma sixième saison dans les rangs professionnels cette année donc j'ai de l'expérience et je pense être prêt à débuter sur la plus grande scène. J'adorerais ajouter une victoire d'étape sur le Tour à mon palmarès, après mes victoires sur la Vuelta et le Giro.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Quentin BALLUE

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


Brèves

Transferts


Sondage

Qui remportera le 74e Tour d'Espagne ?















Partenaires