ITW
ITW - Lilian Calmejane chez AG2R Citroën : «C'est un soulagement !» Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

ITW - Lilian Calmejane chez AG2R Citroën : «C'est un soulagement !»

Lilian Calmejane sera au départ des championnats de France de cyclo-cross ce dimanche à Pontchâteau, l'occasion pour lui de retrouver la compétition pour la première fois depuis le Tour de France et d'arborer sa nouvelle tunique de l'équipe AG2R Citroën. "Ça fait déjà un moment que j'ai envie de faire de la compétition, ma dernière course remonte au Tour de France. Donc je suis en manque de compétition, j'ai soif de compétition et ça me démange de porter mes nouvelles couleurs le plus tôt possible. Participer à ce cyclo-cross de Pontchâteau, ce n'était pas forcément prévu, mais ce n'était pas une option à écarter, et je suis très, très content d'être au départ dimanche", a-t-il confié à Cyclism'Actu.

Vidéo - Lilian Calmejane : "J'avais besoin de nouveaux objectifs"

 

"Le cyclo-cross, c'est mon premier amour"

Qu'attend-il de ce cyclo-cross ? "Je veux prendre beaucoup de plaisir, faire un travail sur une heure que je ne peux pas forcément faire à la maison. Mais j'attends surtout de prendre un maximum de plaisir, d'avoir cette adrénaline, de jouer avec mon vélo. Ce n'est pas forcément facile de prendre du plaisir toute l'année sur son vélo, alors des occasions comme ça, surtout en cyclo-cross, il n'y a pas de questions à se poser. Le cyclo-cross, c'est mon premier amour", assure-t-il. "Je ne me catégorise pas comme spécialiste, mais j'ai toujours fait du cyclo-cross en juniors et en espoirs. Là, j'ai l'occasion d'en faire un, alors certes je n'ai pas fait d'entraînement spécifique pour ça, mais en janvier, un cycliste professionnel se doit d'être dans une condition correcte et c'est mon cas. Je suis plutôt en forme, j'aime assez le circuit, j'ai envie de me faire plaisir tout simplement. Et j'espère partager la joie du titre avec mon coéquipier Clément Venturini."

 

"J'avais besoin de nouveauté"

Cette année, Lilian Calmejane va donc porter le maillot de l'équipe AG2R Citroën après avoir passé ses cinq premières saison professionnelles chez Total Direct Energie. Un changement qu'il attendait depuis un certain temps : "Mon départ de Total Direct Energie est plus que bien réfléchi depuis longtemps. En 2019, j'étais déjà en fin de contrat et je me posais beaucoup de questions, j'avais déjà pas mal de contacts avec AG2R. C'est une équipe avec des valeurs et une philosophie que j'affectionne particulièrement et j'avais besoin de me stimuler, de voir le plus haut, le WorldTour, d'avoir accès à des courses encore plus variées et difficiles", explique-t-il.

"J'avais besoin de nouveauté, mes cinq premières années chez les pros sont passées vite, mais au final, je commençais à tourner toujours autour de la même chose lors des deux dernières années", ajoute-t-il. "Donc je n'avais pas envie de rester sur mes acquis, une carrière ça passe vite, je viens d'avoir 28 ans, et peu importe la durée de ma carrière, je n'ai pas envie d'avoir de regrets à la fin. Pour l'instant, je suis déjà très satisfait, mais j'ai soif d'autre chose, et je vois ma venue chez AG2R non pas comme un déclic, mais presque comme un soulagement, dans le sens où j'avais déjà pensé à changer d'équipe en 2019, mais j'étais resté à contre-coeur. Maintenant, je suis très heureux de mon choix et j'ai toutes les cartes en main pour continuer ma progression, exploiter mon potentiel et me fondre dans un collectif de grande qualité."

 

"Il me manque une victoire sur le Giro"

Avec AG2R-Citroën, il va ainsi pouvoir viser de nouveaux objectifs, et notamment le Tour d'Italie. Vainqueur d'une étape sur la Vuelta en 2016 et d'une sur le Tour en 2017, Calmejane aimerait bien boucler la boucle en levant les bras sur le Giro. "Je suis attaché aux Grands Tours. Si on m'avait dit au début de ma carrière que je gagnerais deux étapes sur des Grands Tours, j'aurais signé de suite, et finalement je l'ai fait rapidement. Mais je suis attaché à l'histoire, j'ai gagné sur le Tour et la Vuelta, il me manque le Giro. Alors c'est sûr qu'une victoire d'étape sur le Tour peut peut-être remplacer trois victoires sur le Giro ou la Vuelta, mais cette victoire sur le Giro est celle que je désire le plus à ce jour, et AG2R va me permettre de me mettre dans les meilleures dispositions pour cette course-là afin que je puisse titiller ce rêve dès cette année", déclare-t-il.

Logiquement, pour préparer au mieux ce Giro, Calmejane devrait changer légèrement son programme par rapport aux années précédentes en privilégiant peut-être des courses en Italie, comme Tirreno-Adriatico"Il faut demander aux directeurs sportifs, mais c'est vrai qu'on a commencé à parler du calendrier et ça semble logique de courir en Italie avant le Giro. Cependant, il n'y aura pas que des courses en Italie, je devrais reprendre avec un schéma classique au GP La Marseillaise puis avec des courses comme les Boucles Drôme-Ardèche où je vais chaque année et où je suis performant. Mais normalement, il n'y aura pas de Paris-Nice, et c'est tant mieux car je commençais à en avoir marre."

En revanche, il est possible de le voir sur le Tour de France en juillet. "Je n'ai qu'un an de contrat, j'ai beaucoup d'appétit, j'ai retrouvé une soif de courir que j'avais un peu perdue. Forcément, la priorité, c'est jusqu'au mois de mai. il y a un plan pour la deuxième partie de saison, mais ce n'est pas prédéterminé à 100%, et dans ce plan-là, le Tour n'est pas exclu. Je ne peux pas dire que je serai au départ du Tour, mais dans la présélection, certainement."

 

"Quand on a Van Avermaet ou Jungels à ses côtés..."

Chez AG2R-Citroën, Lilian Calmejane va côtoyer des coureurs de renom comme Greg Van Avermaet ou Bob Jungels, qui viennent eux aussi de signer avec la formation française. Deux coureurs avec un gros palmarès dont il pourrait s'inspirer. "Quand on a des coureurs comme ça à ses côtés, on souhaite forcément leur poser des questions, les observer, s'en inspirer. Après, j'ai un peu de bouteille aussi, et je pense que trop regarder les autres, ce n'est pas quelque chose qui fait avancer", assure le Français. "Il faut aussi bien se connaître, il ne faut pas rouler aux mêmes allures que Greg Van Avermaet ou Bob Jungels si on n'a pas le moteur, et c'est sûrement mon cas. Bien évidemment, ça va tirer le groupe vers le haut d'avoir des champions comme ça, notamment pour les jeunes qui sont en forte progression, et chez AG2R il y en a. Il y a vraiment une génération avec des jeunes coureurs prometteurs, et le fait d'avoir des coureurs avec un gros palmarès à leurs côtés, ça va les faire grandir et ça va faire grandir l'équipe plus vite."

 

"Signer un an, ce n'est vraiment pas grave"

Lilian Calmejane n'a signé que pour une saison avec sa nouvelle formation. Est-ce une situation qui l'inquiète ? "Si j'avais pu signer deux ans, ça aurait été bien, mais on ne m'a proposé qu'un an. Ça m'allait très bien, car j'avais trouvé ma porte de sortie et c'était un énorme soulagement pour moi. Signer un an, ce n'est vraiment pas grave. Si je ne resigne pas avec mon équipe ou que je n'en trouve pas d'autres à la fin de l'année, ça veut dire que Calmejane n'a plus rien à faire chez les professionnels. Si c'est le cas, et bien Calmejane fera autre chose dans la vie", dit-il. "Je ne suis pas sur un vélo pour abandonner toutes les courses, j'ai envie d'être chez les pros pour aider mes coéquipiers à gagner des grandes courses. Quand je vois que Benoît Cosnefroy fait deuxième à la Flèche Wallonne, je me dis que j'aimerais participer à sa victoire. J'aimerais moi-même essayer de gagner sur le Giro, ce sont mes projets, mes rêves dans le vélo et je m'entraîne dur pour ça. Je ne dis pas que je vais y arriver, mais si j'en suis très loin, que j'abandonne toutes les courses et que je ne retrouve pas de contrat, alors il faudra faire autre chose."

 

"Le mariage avec Total Direct Energie était consommé, tout simplement"

Dans ses propos, on a l'impression de sentir un plaisir retrouvé, un plaisir qu'il avait perdu ces dernières années chez Total Direct Energie. "Le plaisir, c'est important, même si ça ne fait pas tout. Au-délà de ça, j'avais besoin de remettre les choses à plat, de me remettre en question aussi. J'avais besoin d'arriver dans un contexte beaucoup plus professionnel, structuré. Je suis aussi dans un contexte où mes coéquipiers peuvent briller sur tous les terrains, il va falloir se fondre dans un collectif, et toute cette émulation me stimule. Je suis un compétiteur, j'ai besoin de retrouver cette soif de compétition et pour l'instant, c'est ce que j'ai retrouvé. J'ai envie d'arriver sur toutes les courses avec un objectif précis, que ce soit pour l'équipe comme pour moi, et ne pas arriver sur une course avec un moral un peu plus faible comme c'est parfois arrivé."

Son statut chez Total Direct Energie, où il avait presque toute la lumière sur lui, a pu aussi peser. "Ce n'était pas tout le temps le cas. Il y avait des coureurs comme Niki Terpstra, Anthony Turgis ou Niccolo Bonifazio à mes côtés. Mais c'était compliqué dans le sens où après l'année 2017, il y a eu beaucoup d'attentes autour de moi, à juste titre. Une année comme j'ai fait en 2017, c'est exceptionnel, à part un Thibaut Pinot ou un Julian Alaphilippe, il n'y a aucun coureur français qui peut faire des années comme ça tous les ans. Et moi je suis loin de leur niveau, je ne suis pas du tout un coureur de cette classe-là. Donc c'est vrai que parfois, les attentes autour de moi ont créé quelque chose de négatif. J'avais besoin de nouveaux objectifs, le mariage était consommé, tout simplement."

 

"Je vois mon avenir chez AG2R pour plusieurs années"

Pour conclure, Calmejane a fait part de ses envies pour cette nouvelle année 2021. "Je veux réussir mes objectifs : arriver au Giro à 100% et y gagner une étape, ce serait déjà une saison réussie, et surtout je veux vivre une année avec beaucoup de sourires et de bons souvenirs, c'est ce qui est très important. Quand on se retourne à la fin de sa carrière, on ne retient pas que les victoires, on retient aussi les moments de camaraderie, les moments où on a aidé un coéquipier à performer.", explique-il.

En tout cas, il ne considère pas cette saison comme une saison pour convaincre. "Ça va faire six ans que je suis pro. On a toujours des choses à prouver, chaque saison est un perpétuel recommencement. Mais les managers, les gens dans le milieu connaissent mes capacités. Je ne suis pas comme un jeune coureur qui a fait deux ans sur la touche et qui cherche un contrat, je ne suis pas du tout dans cette situation-là. En tout cas, mon désir, et je pense aussi celui de l'équipe, c'est d'avoir cette année un peu test et ensuite de s'inscrire dans la durée, et de mon côté, même si je n'ai signé qu'un an, je vois mon avenir chez AG2R pour plusieurs années. J'espère que ça le fera", conclut Calmejane.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quelle équipe du WorldTour a le plus beau maillot en 2021 ?



















Partenaires

Publicité
Publicité