ITW
ITW - Gaëtan Lemoine : «La FFC est un peu perdue... comme nous !» Photo : @GaetanLemoine

ITW - Gaëtan Lemoine : «La FFC est un peu perdue... comme nous !»

Gaëtan Lemoine, 25 ans et cycliste amateur, au micro de Cyclism'Actu. Actuellement en DN2 au sein de l'UC Cholet dirigée par Simon Madiot, où il figure parmi les leaders sportifs de sa formation aux côtés, entre autres, de Nicolas Primas et du Tahitien Taruia Krainer, il a notamment fait 3 saisons en DN1 au VC Pays de Loudéac et il a également été stagiaire Pro chez Vital ConceptLors de cette période de confinement, privé de véo et de courses, Gaëtan Lemoine s'occupe comme il peu. Sur Zwift, il a par exemple créé une équipe BDO où il a le rôle de directeur sportif et coureur. Il briefe ses gars sur les techniques et les parcours. Cela permet aussi aux coureurs d'alterner entre compétitions virtuelles et les entraînements ensemble, les fameux "meet up" (des entraînements en commun sur Zwift et non des courses). En dehors du vélo, Gaëtan Lemoine écrit un mémoire cette année sur "l'arrêt des sportifs de haut niveau a cause du burn out sportif". Malheureusement, un sujet d'actualité car Gaëtan Lemoine ne s'en cache pas : "le cyclisme amateur est en danger...". Entretien.

Gaëtan Lemoine : "On se sent un délaissés les Amateurs... "

Gaëtan, quel est votre sentiment par rapport à cette date du 11 mai et cette autorisation supposée de la pratique du vélo ?

Après deux mois de confinement, ça commence à être long de rouler sur le home trainer et de rester enfermé quand on est habitué à rouler en extérieur et abonné aux grandes vadrouilles à l'air libre. Ça devient vraiment long.

 

"On se demande ce que sera notre avenir si on ne peut pas retourner rouler le 11 mai"

Avez-vous peur pour l'économie du cyclisme amateur ?

Forcément on est inquiet, que ce soit pour les coureurs ou pour les équipes. Pour celles qui ont un budget serré, le vélo est quand même un sport précaire, donc on est forcément inquiet, oui.

 

On dit souvent que les cyclistes amateurs s'entraînent comme les professionnels mais qu'ils n'ont pas la reconnaissance. Est-ce votre avis ?

Oui totalement. Chez les Élites, en termes d'heures et d'implication, on se rapproche vraiment du très haut niveau. Et plus les années passent, et plus je retrouve du professionnalisme chez les amateurs. Après, c'est sûr que médiatiquement et au niveau de la reconnaissance, on sera toujours inférieurs aux professionnels parce que c'est leur métier. Mais en termes d'implication, on est vraiment devenus des "professionnels amateurs".

 

"Les informations communiquées par la FFC la semaine dernière restent très vagues pour nous"

On parle peu des amateurs depuis le début du confinement. Avez-vous eu le sentiment d'être oubliés ?

À vrai dire, on s'est sentis dans un premier temps dans le même bateau que les professionnels. Mais dernièrement, avec les annonces d'une reprise le 11 mai peut-être uniquement pour le sport professionnel, ça m'a un petit peu déçu. On se demande ce que sera notre avenir, notre saison, si on ne peut pas retourner rouler le 11 mai. On se sent donc un peu délaissés. Maintenant, on connait les enjeux du sport professionnel, notamment avec le Tour de France, et on devra faire des concessions en fonction des décisions gouvernementales.

 

Vous avez ce sentiment d'autant plus que vous avez été stagiaire professionnel chez Vital Concept en 2018 ?

En effet, j'ai pu côtoyer le monde professionnel en tant que stagiaire. Les enjeux économiques du monde professionnel nous dépassent un peu dans le monde amateur, et je pense notamment aux grandes courses du niveau World Tour. Mais il faut penser que le monde des amateurs reste le vivier du monde professionnel, et il ne faut pas les oublier.

 

La Fédération française de cyclisme (FFC) a-t-elle tardé selon vous à expliquer la façon dont ça allait repartir ?

Je pense que la FFC est aussi perdue que nous. Même s'ils ont un peu plus d'informations que les licenciés, la fédération reste dans le flou. Et leurs informations communiquées la semaine dernière restent très vagues pour nous. Ça ne donne pas de réponses à nos questions. Elle a des sujets très délicats sur lesquels elle va devoir débattre et prendre des décisions, et notamment par rapport aux Juniors et aux Espoirs qui sont l'avenir du cyclisme amateur et professionnel. La grosse question actuellement est sur ça, sur la suite de la saison 2020 et sur ce qu'on fera en 2021.

 

"Je me prépare à une saison blanche"

Selon vous, se dirige-t-on malheureusement vers une saison blanche ?

La saison 2020 sera quoi qu'il arrive une saison complètement différente et il faudra en tirer les conséquences pour l'avenir. Je me prépare à une saison blanche. Si des courses ont finalement lieu, il faudra voir dans quelles conditions elles auront lieu, sous quelle forme... Il y a aussi des points d'interrogation sur ça. Il faut donc imaginer une saison blanche et aussi préparer l'après 2020.

 

Et pour vous occuper la tête et les jambes durant ce confinement, vous avez créé une équipe BDO sur Zwift ?

Pour des sportifs, passer deux mois confinés lors d'une période de l'année lors de laquelle on est normalement toujours partis sur les courses le week-end, sur les entraînements, sur les stages, c'est compliqué à gérer. D'un point de vue personnel, je suis encore à l'école donc j'ai du travail et de quoi m'occuper, mais on a aussi trouvé, nous les coursiers, cette solution Zwift. On a essayé de dynamiser ce confinement et le secteur du cyclisme  en créant une petite équipe entre copains sur Zwift.

 

"Cette période est un vrai tournant pour le cyclisme, et notamment chez les amateurs"

Comment on voit son avenir dans le vélo quand on est cycliste amateur comme vous ?

Personnellement, c'était sûr que c'était l'une de mes dernières saisons. Et sincèrement, ce confinement et cette crise qui nous touchent tous est un vrai coup d'arrêt aujourd'hui. Il faut tout de même relativiser, on a de la chance, nous les coureurs du Grand Ouest et du Centre, de vivre dans des régions peu touchées par le coronavirus. Beaucoup de coureurs professionnels et amateurs souffrent de la situation dans l'Est de la France et je pense à eux. C'est pour ça que je pense que c'est un vrai tournant pour le cyclisme, et notamment chez les amateurs, avec, selon moi, beaucoup d'arrêts chez ceux qui souhaitaient passer dans le monde professionnel ou qui avaient un avenir tracé dans le vélo. Il y aura forcément des conséquences. Je rédige actuellement un mémoire sur les causes de certains épuisements physiques et mentaux chez les athlètes de très haut niveau, et vu la situation dans laquelle on est, on se rapproche un petit peu de ce sujet. C'est une période très compliquée à gérer. Beaucoup de coureurs s'inquiètent pour leur avenir dans le vélo et imaginent emprunter une autre voie que le cyclisme. 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur va remporter Milan-San Remo le 8 août ?



















Publicité

Partenaires

Publicité