ITW - Clément Russo : «Les Mondiaux, mon plus beau souvenir de 2021»
ITW
Photo : @Cyclismactu / Sirotti

ITW - Clément Russo : «Les Mondiaux, mon plus beau souvenir de 2021»

Mine de rien, le Lyonnais s’impose année après année comme un coureur important du cyclisme tricolore, comme l’atteste sa sélection en équipe de France lors des derniers championnats du monde. Dans une longue interview accordée à Cyclism’Actu, Clément Russo (26 ans / Team Arkéa-Samsic) a fait le bilan de sa saison 2021 durant laquelle il a multiplié les places d’honneur, est revenu sur son amour pour les classiques flandriennes et a évoqué ses objectifs pour l’année prochaine, avec une grosse envie (d’enfin) lever les bras en course. Entretien.

Vidéo - ITW - Russo : "Je vais tout faire pour lever les bras"

 

"J'ai commencé la préparation physique, ainsi que les sorties en vélo"

Clément, comment se passe votre intersaison après une année intense durant laquelle vous avez multiplié les courses du mois de janvier à octobre ?

Je viens de reprendre les entraînements après une bonne coupure d'un mois. J'ai commencé la préparation physique, ainsi que les sorties en vélo. On essaye d'alterner les séances de renforcement musculaire et celles sur route avec le vélo. Pour l'instant, c'est plutôt tranquille, il n'y a pas encore de très longues sorties. C'est juste histoire de remettre en route la machine.

 

Vous allez augmenter le niveau d'intensité dans les prochaines semaines...

Effectivement, les trois premières semaines sont plutôt tranquilles, même si elles vont être assez dures après la coupure. Petit à petit, on va augmenter les séances et les heures d'entraînement. Cela passera également par les stages. Avec l'équipe, on va partir en camp d'entraînement début décembre, puis en janvier avant que les courses reprennent, donc la grosse préparation hivernale sera faite.

 

On le sait, vous êtes aussi un spécialiste du cyclo-cross (ancien champion de France espoirs). Avez-vous prévu de faire un tour dans les sous-bois cet hiver ?

Je ferai une ou deux épreuves cette année [il participera notamment au cyclo-cross de son club le 18 décembre prochain], mais un peu moins qu'auparavant. J'y vais pour m'amuser et prendre du rythme avant le début de la saison, parce que j'axe vraiment ma préparation pour mon année 2022 sur route.

 

"Les Mondiaux ? L'un de mes plus beaux souvenirs"

Il y a un peu plus d'un mois, vous avez conclu votre saison 2021 à l'occasion de Paris-Tours. Avec un peu de recul désormais, que retenez-vous de votre année ?

Il y a eu des hauts et des bas. Je retiens tout de même quelques déceptions comme le Tour de France (abandon). Mais il y a eu des satisfactions, par exemple les Classiques de Printemps où j'ai pu bien progresser et découvrir un peu plus ces courses. J'ai fait une bonne campagne cette année et j'ai l'espoir de faire mieux en 2022. Je n'oublie pas non plus ma participation aux championnats du monde, même si ma condition n'était pas optimale pour la course notamment en raison de ma chute sur le Tour de France [fracture des côtes]. J'ai quand même pu apporter un soutien à Julian (Alaphilippe) lors de l'épreuve.

 

Justement, est-ce que la course en ligne des Mondiaux est votre plus beau souvenir de l'année 2021 ?

Oui, je pense que c'est le plus beau et même l'un de mes plus beaux en tant que coureur professionnel. C'était vraiment une expérience énorme et je garde vraiment des bons souvenirs, en espérant revivre de telles émotions dans le futur.

 

Comment avez-vous appris votre sélection pour les Mondiaux ?

Le parcours faisait appel aux qualités des coureurs de Classiques, avec des secteurs pavés, des parties où il fallait frotter et être bien placé... Ce sont des qualités que je peux avoir et on en a discuté avec Thomas (Voeckler) qui m'a dit qu'il était intéressé par mon profil. J'ai également montré mon intérêt pour participer à la course, en voulant apporter ce que je savais faire pour épauler les leaders. Après cette discussion, on s'est mis d'accord : Thomas comptait sur moi et, de mon côté, j'étais dévoué à 100% pour l'équipe.

 

"J'aimerais me rapprocher d'un top 10 ou d'un top 15 à l'avenir"

Pour revenir à vos résultats durant la saison 2021, vous avez multiplié les belles performances sur les Classiques, en enchaînant les places d'honneur (5e du GP de l'Escaut, 11e de Brugges-La Panne...). Cela montre vos dispositions sur ces courses-là...

C'est un axe sur lequel je vais travailler durant les prochains mois. Il y a un niveau très relevé sur les grandes classiques, notamment celles du World Tour. Ce sont des courses où j'aimerais me rapprocher d'un top 10 ou d'un top 15 à l'avenir. J'ai envie de continuer à progresser et grappiller année après année des bons résultats. C'est un peu l'objectif que je me fixe !

 

Avez-vous passé un cap cette année sur ces Classiques ?

Ce sont des courses où on apprend beaucoup en les faisant. C'est important de bien connaître les routes, de bien se placer, donc c'est vraiment en participant à ces Classiques que l'on apprend et que l'on progresse. J'ai disputé des épreuves pour la première fois cette année, d'autres je les connaissais déjà. J'emmagasine de l'expérience et j'ai clairement senti que j'avais bien progressé, mais j'espère me développer encore plus.

 

Qu'est ce vous plaît le plus dans ces courses flandriennes ?

Les pavés, l'engouement autour des épreuves belges... c'est quand même une atmosphère particulière ! Même les courses, on ne sait jamais trop ce qu'il peut se passer, ça peut partir de loin... Ce sont des Classiques où il faut vraiment aimer y aller, avec parfois des conditions climatiques difficiles, des parcours atypiques sans oublier les passages étroits ou les monts flandriens. Il y a un truc spécial, presque indescriptible, que j'apprécie.

 

"Je n'ai pas eu forcément d'approche à l'étranger..."

Cette année, vous avez prolongé votre contrat avec Arkéa-Samsic (jusqu'en 2023). Pensez-vous être dans le bon environnement pour exploiter vos qualités ?

C'est pour ça que je continue avec l'équipe, malgré plusieurs propositions d'autres formations. Je me sens très bien ici. Les dirigeants me font énormément confiance depuis pas mal de temps en me faisant participer à des courses importantes comme le Tour de France. J'ai trouvé ma place et c'est en partie pour ça que je souhaite continuer l'équipe.

 

Avez-vous été contacté par des formations étrangères ?

Non, je n'ai pas eu forcément d'approche à l'étranger... Même si j'ai beaucoup évolué au cours des quatre dernières années, je pense que j'ai encore des choses à apprendre et à faire avec Arkéa-Samsic. Ma décision a été la bonne et j'en suis ravi !

 

"Si j'ai l'occasion de lever les bras en 2022, ce serait beau !"

Votre saison 2022 sera-t-elle orientée autour des Flandriennes ?

Effectivement, mais pas que ! Je vise aussi d'autres courses, comme les manches de coupe de France ou des étapes d'une épreuve d'une semaine durant lesquelles j'espère tirer profit de mes qualités pour essayer de décrocher un succès et obtenir les meilleurs résultats possibles. Je prends également du plaisir à faire mon travail d'équipier sur les courses par étapes pour mes leaders, pas forcément en montagne mais sur le plat avec des journées venteuses. Je l'ai déjà fait pour Warren (Barguil). Je peux épauler Nacer (Bouhanni) pour les sprints. C'est un rôle que j'affectionne et où je souhaite progresser.

 

Quel est votre plus grand souhait pour la saison prochaine ? Obtenir une victoire ?

Bien sûr, à titre personnel, si j'ai l'occasion de lever les bras en 2022, ce serait beau ! Je l'espère, je vais tout faire pour que ça arrive mais ce ne sera pas facile, le niveau est très élevé. Il y a certaines fois où je serai équipier, mais dès que j'aurai l'opportunité de jouer ma carte personnelle, j'essaierai de la saisir. Je vais tout faire pour lever les bras !

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Clement LABAT-GEST

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Publicité

Sondage

Quel coureur est le meilleur rouleur de la saison 2021 ?















Partenaires

Publicité
Publicité