ITW
ITW - Cédric Vasseur : «On ne pourrait pas fermer la porte à Froome» Photo : Sirotti

ITW - Cédric Vasseur : «On ne pourrait pas fermer la porte à Froome»

Quel maillot portera Chris Froome le 29 août prochain au départ du Tour de France à Nice ? Si cette question pouvait paraître encore totalement incongrue au début de la semaine, les récentes révélations sur les dissensions entre le Britannique et Team INEOS ont fait naître la folle rumeur d'un départ du quadruple vainqueur du Tour avant même la fin de la saison 2020. Mais pour quelle formation ? Dans un sondage, Cyclism'Actu vous a demandé votre avis et il en ressort une grande gagnante, la Cofidis. Contacté par nos soins afin de parler de l'actualité de son équipe, Cédric Vasseur, le manager de la formation nordiste, s'est montré intéressé par ce résultat, avouant même qu'il serait "difficile de fermer la porte à Froome" s'il frappait à celle de Cofidis.

Vidéo - Cédric Vasseur : "Froome chez Cofidis ? Ça ferait plaisir"

 

"Je pense qu'on a le droit d'être optimiste"

Cédric, cela va bientôt faire une semaine de déconfinement. Comment vont vos coureurs ?

Le déconfinement a été une libération pour l'ensemble de l'effectif parce qu'après 55 jours à ne faire que du home trainer et à ronger son frein, on a senti un renouveau chez nos coureurs. On est aujourd'hui dans une phase de reprise de contact avec la route et sur du foncier plutôt que sur du travail spécifique qui va probablement commencer début juin.

 

Quelle est votre inquiétude principale aujourd'hui ?

Ça serait de voir la situation sanitaire redevenir critique et de voir arriver cette menace de deuxième vague. Pour l'instant, on est plutôt sur un phénomène inverse, avec des frontières qui commencent à ouvrir, des restaurants et des hôtels qui rouvrent également dans certains pays étrangers, donc on sent que ceux qui ont déconfiné n'ont pas ressenti de difficultés particulières. Je pense qu'on a le droit d'être optimiste, tout en restant très prudent. La situation critique serait de penser que tout va bien et de ne pas prendre la mesure de la menace qui est toujours présente. Le protocole de retour à la normale est en train de suivre son cours tout doucement.

 

"On est en droit de penser qu'INEOS mise plus désormais sur Bernal, Thomas et Carapaz"

Cédric, vous devez savoir que Chris Froome serait éventuellement sur le départ du Team INEOS. Notre sondage Cyclism'Actu place votre équipe en tête des prétendantes aux yeux des internautes avec 23% des votes. Qu'est-ce que cela vous inspire ?

Ça fait plaisir (rires). Ça veut dire que Cofidis est une équipe qui compte aujourd'hui dans le circuit. Ce que je peux vous dire, c'est que nous n'avons pas de discussions avec Chris Froome pour l'instant. J'ai vu cette polémique qui est en train de naître. Polémique ou rumeur ? On sent que ce n'est pas le grand amour entre les deux parties puisque si les choses allaient bien, il y aurait eu un démenti rapide de fait. On parle quand même du Tour de France, la course la plus difficile à gagner et qu'il faut aborder sereinement et avec un bon état d'esprit d'équipe. Et là on sent que c'est quasiment tout l'inverse. On est donc en droit de penser qu'INEOS mise plus désormais sur Egan Bernal, Geraint Thomas et Richard Carapaz, ce qui peut se comprendre. Mais Chris Froome veut gagner le Tour de France et il estime peut-être que sa chance de le gagner, c'est de ne pas être dans une équipe qui l'obligera à un moment donné à travailler pour l'un de ces trois coureurs. 

 

Si Chris Froome quitte la Team Ineos, dans quelle équipe il pourrait aller ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

"On ne pourrait pas fermer la porte à Chris Froome"

Mais Chris Froome chez Cofidis, ça peut être intéressant ou non ?

Ce n'est pas possible aujourd'hui. Il est à un tarif que Cofidis ne peut pas mettre sur la table. S'il baisse son tarif ? Il faudra alors en discuter avec les gens de Cofidis. Très honnêtement, je n'en ai pas discuté avec Thierry Vittu, le président de Cofidis Compétitions. Après, si Chris Froome venait à contacter Cofidis, on étudierait la possibilité ou pas de le voir. Je crois que pour gagner le Tour de France, il faut avoir une équipe qui a les moyens de défendre un maillot et très sincèrement, on n'a pas ces capacités là actuellement. On est plus axé sur les victoires d'étapes avec Elia Viviani et essayer de faire des coups avec Guillaume Martin. Je ne pense pas que Chris Froome puisse rejoindre une structure comme Cofidis pour gagner le Tour. Parmi les équipes françaises, celle qui correspondrait le plus à cette philosophie-là, ce serait Groupama-FDJ. 

 

Cofidis serait-il capable de mettre ce qu'il faut pour l'accueillir si jamais Chris Froome faisait part de son envie de vous rejoindre ?

Évidemment, ce serait un super challenge de voir un coureur affirmer qu'il veut venir chez Cofidis et qu'il a envie de gagner un cinquième Tour de France avec Cofidis. On ne pourrait pas lui fermer la porte. On serait obligé de l'accueillir à bras ouvert, de s'asseoir autour d'une table et de voir les possibilités de réaliser ce challenge. Si on reçoit la semaine prochaine un coup de téléphone de l'entourage de Chris Froome et qu'il nous dit qu'il est sur le marché, on ne peut pas dire, et c'est le cas pour toutes les équipes, qu'on ne serait pas intéressé de le voir rejoindre nos rangs et essayer d'aller titiller le record de Bernard Hinault, de Jacques Anquetil, d'Eddy Merckx et de Miguel Indurain.

 

"Aujourd'hui, la mission de Froome d'aller gagner le Tour de France est presque impossible"

Pour en revenir à des choses moins fictives, pensez-vous que la disparition de Nicolas Portal bouleverse un peu la donne ?

Malheureusement oui. Je pense que Nicolas Portal était un élément très important pour Chris Froome. Il est probablement l'homme qui lui a permis d'obtenir les résultats qu'il a obtenus. Il a été le maillon essentiel de la réussite de Froome. Nicolas n'est malheureusement plus des nôtres et c'est quelque chose qui a dû précipiter les choses du côté du clan de Chris Froome, c'est une certitude. C'est une motivation pour aller gagner un cinquième Tour parce que ce serait le plus bel hommage qu'il pourrait lui rendre, mais c'est sûr que ça doit l'affaiblir au sein du Team INEOS. 

 

Cyrille Guimard a déclaré que Chris Froome n'avait plus sa place chez INEOS. Que pensez-vous de ces propos ?

Cyrille parle en connaissance de cause. C'est probablement l'un des hommes qui connait le mieux le cyclisme. Personnellement, je partage son avis. Je ne dirai pas qu'il n'a plus sa place mais que sa position devient difficile. On sait que la structure de Dave Brailsford a l'habitude de mettre en concurrence des champions, avec notamment la cohabitation entre Bradley Wiggins et Chris Froome, et on sent désormais qu'Egan Bernal lui est supérieur. On sait donc que chez INEOS, on ne fait pas dans le sentimental et qu'on veut simplement gagner le Tour de France. On sent qu'ils misent plus sur Bernal et à partir de là, c'est à Froome de tirer des conclusions de cet état de fait. Mais je rejoins Cyrille Guimard pour dire que s'il veut gagner le Tour, il n'a plus sa place au sein de Team INEOS. Il doit aller le gagner dans une autre équipe, même si c'est très compliqué. On est au mois de mai d'une année très compliquée et on ne peut pas s'improviser vainqueur du Tour sans un travail derrière. Aujourd'hui, la mission de Chris Froome d'aller gagner le Tour de France est presque impossible.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur va remporter le 75e Tour d'Espagne ?



















Publicité

Partenaires

Publicité