Dans le Rétro de
Dans le Rétro de - Daniel Mangeas : Miguel Indurain et son crépuscule Photo : @DanielMangeas / @SergeLaget

Dans le Rétro de - Daniel Mangeas : Miguel Indurain et son crépuscule

En cette fin du mois de juin et tout au long de ce mois de juillet, il règne - crise sanitaire oblige - une atmosphère bizarre. Une impression de vide absolu. Habituellement, l'effervescence en France est palpable, les vrais amateurs de cyclisme sont au bord des routes. L'édition 2020 du Tour de France aurait dû se dérouler du 27 juin au 19 juillet et a donc été décalée au 29 août. Alors pour tenter de combler ce vide, Cyclism'Actu décide de regarder "Dans le rétro de Daniel Mangeas" pour vous présenter durant ces trois semaines ce qui a marqué l'histoire de la Grande Boucle avec la complicité de Serge Lagetauteur du livre "Jours de Fête, La Grande Histoire du Tour de France". Pour cette neuvième chronique de la série "Tour de France - Dans le Rétro de Daniel Mangeas", souvenons-nous de ce qu'il s'est passé un 6 juillet sur les routes du Tour de France... en 1996.

Tour de France - Dans le Rétro de Daniel Mangeas !

 

Indurain en quète d'un sixième Tour de France

Au départ du Tour de France 1996, qui s'élance de Bois-le-Duc aux Pays-Bas, Miguel indurain est encore le grand favori. Vainqueur du Critérium du Dauphiné quelques jours plus tôt, L'Espagnol a remporté les cinq dernières éditions de la Grande Boucle, et il cherche à devenir le premier homme à gagner l'épreuve six fois. Ses principaux adversaires sont Laurent Jalabert et Alex Zülle de la ONCE, Abraham Olano et Tony Rominger de la Mapei, Evgueni Berzin de la Gewiss (le seul coureur à avoir battu Indurain sur un Grand Tour ces dernières années, sur le Giro 94), Bjarne Riis de la Telekom ou encore Richard Virenque de la Festina.

 

"Indurain sait que les jambes ne répondent plus de la même manière"

La première semaine se passe sans encombre. Zülle remporte le prologue néerlandais et conserve le maillot jaune trois jours avant de le céder aux Français Frédéric Moncassin puis Stéphane Heulot. Les favoris n'ont pas eu l'occasion de se départager, et le premier test arrive le 6 juillet avec l'entrée dans les Alpes et une 7e étape entre Chambéry et Les Arcs. Daniel Mangeas se souvient : "Le 6 juillet 1996 sur la route du Tour, direction les Arcs. Là, c'est un peu le crépuscule de Miguel Indurain. Déjà cinq fois vainqueur du Tour, Indurain est au terme de sa carrière et il sait que les jambes ne répondent plus de la même manière. La jeune génération arrrive et contrarie son projet d'aller chercher une sixième victoire sur le Tour. Je l'ai dit, le physique n'est plus tout à fait le même." En effet, sur cette 7e étape, le Roi Miguel va descendre de son piédestal pour la première fois.

Pourtant, tout s'est bien passé pour l'Espagnol jusqu'à la montée finale, ce qui n'a pas été le cas de certains de ses adversaires. Jalabert était lâché très tôt dans la course, et Zülle était victime d'une chute impressionnante dans la descente de la Madeleine. À 6 kilomètres de l'arrivée, Indurain ressentit alors une "sensation bizarre" et quelques instants plus tard, il s'écarta brutalement, victime d'une fringale, et laissa filer les autres favoris. Pendant que Luc Leblanc l'emportait au sommet, Indurain cédait près de quatre minutes. Pour la première fois depuis très longtemps, l'Espagnol était redevenu humain.

 

"Son très beau livre avec le Tour de France se referme"

"Dommage pour Miguel, car le Tour cette année-là fait étape à Pampelune qui accueille d'ailleurs Miguel Indurain comme un véritable héros. Mais il sait que son très beau livre avec le Tour de France se referme", se rappelle Daniel Mangeas"Il terminera 11e de ce Tour de France, mais ce qu'il retiendra de ce Tour, ce n'est peut-être pas sa défaillance des Arcs mais l'accueil très chaleureux et enthousiaste du public de Pampelune qui attendait ce moment depuis tellement longtemps." Les étapes suivant celle des Arcs, Indurain était parvenu à résister, mais il n'était clairement plus le coureur qui écrasait tout les années précédentes. Bjarne Riis était en jaune depuis l'arrivée à Sestrières et avait notamment réalisé une (un peu trop) grande démonstration sur la 16e étape à Hautacam, où Indurain avait encore perdu du temps. Le lendemain, le Tour faisait escale en Espagne pour rendre hommage à son roi, mais c'est au cours de cette étape marathon qu'il perdit définitivement sa couronne.

Incapable de suivre dans le Port de Larrau, Indurain laissa filer huit hommes - Riis, Ullrich, Virenque, Dufaux, Leblanc, Ugrumov, Luttenberger et Escartin - qui termineront aux huit premières places de ce Tour 96. Sur cette étape qui arrivait dans son pays, Indurain perdit 10 minutes et dit adieu à ses rêves de record. Il termina finalement 11e de son dernier Tour de France remporté par Riis devant son jeune coéquipier Jan Ullrich et Richard Virenque, avant de s'offrir un dernier exploit quelques semaines plus tard à Atlanta en devenant le premier champion olympique de contre-la-montre de l'histoire.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui va remporter le Critérium du Dauphiné ?



















Publicité

Partenaires

Publicité