Dans le Rétro de
Dans le Rétro de - Mangeas : «André Darrigade bat les Belges à Liège» Photo : @DanielMangeas / @SergeLaget

Dans le Rétro de - Mangeas : «André Darrigade bat les Belges à Liège»

En cette fin du mois de juin et tout au long de ce mois de juillet, il règne - crise sanitaire oblige - une atmosphère bizarre. Une impression de vide absolu. Habituellement, l'effervescence en France est palpable, les vrais amateurs de cyclisme sont au bord des routes. L'édition 2020 du Tour de France aurait dû se dérouler du 27 juin au 19 juillet et a donc été décalée au 29 août. Alors pour tenter de combler ce vide, Cyclism'Actu décide de regarder "Dans le rétro de Daniel Mangeas" pour vous présenter durant ces trois semaines ce qui a marqué l'histoire de la Grande Boucle avec la complicité de Serge Lagetauteur du livre "Jours de Fête, La Grande Histoire du Tour de France". Pour cette neuvième chronique de la série "Tour de France - Dans le Rétro de Daniel Mangeas", souvenons-nous de ce qu'il s'est passé un 5 juillet sur les routes du Tour de France... en 1956.

Tour de France - Dans le Rétro de Daniel Mangeas !

 

"À Liège, le Lévrier des Landes va être intouchable"

Les plus jeunes ne le savent peut-être pas, mais André Darrigade est l'un des plus grands routiers-sprinteurs de l'histoire. Quand il se présente au départ de la première étape Tour de France en 1956, qui relie Reims à Liège, il a déjà deux succès sur la Grande Boucle à son actif, un en 1953 et un en 1955. "Le 5 juillet 1956 sur la route du Tour, c'est l'arrivée à Liège. Évidemment, qui dit Liège dit Belgique, qui dit Belgique dit sprinteurs, et toute la cohorte des sprinteurs belges est en place pour aller chercher la victoire d'étape. Mais il y a dans le peloton un Français qui vient de Dax : le Lévrier des Landes, qui va être intouchable et qui va aller chercher cette victoire d'étape qui en appellera beaucoup d'autres puisqu'au total, André Darrigade, qui fut d'ailleurs champion du monde quelques années après, obtiendra 22 victoires d'étapes sur les routes du Tour de France", se rappelle Daniel Mangeas.

 

Un palmarès hors normes

En plus de la victoire d'étape, Darrigade s'empara du maillot jaune pour la première fois de sa carrière, mais pas la dernière. En effet, il porta la précieuse tunique sur cinq autres éditions de la Grande Boucle, en 1957, 58, 59, 61 et 62, en remportant à chaque fois la première ou la deuxième étape. Il s'adjugea également deux classements par points en 59 et 61 et gagna, comme l'a rappelé Daniel Mangeas, 22 étapes sur le Tour, ce qui est encore aujourd'hui le cinquième total de l'histoire (derrière Eddy Merckx, Mark Cavendish, Bernard Hinault et André Leducq). Surtout, il est le seul coureur à avoir remporté des étapes sur 11 éditions différentes dont 10 consécutives.

Mais cette victoire en 1956 avait une saveur très particulière : "Ce 5 juillet 1956, il s'impose à Liège, il obtiendra par la suite d'autres belles victoires, mais de battre les Belges chez eux dans le cadre de la plus grande et de la plus belle épreuve du monde a mis en confiance André Darrigade qui, quelques semaines plus tard, s'imposera devant les meilleurs du monde sur le Tour de Lombardie", se souvient Daniel Mangeas. En effet, en octobre, le Lévrier des Landes remporta le Lombardie le premier - et seul - Monument de sa carrière au terme d'un sprint mémorable, en devançant le héros local Fausto Coppi d'un boyau. 1956 fut donc l'année où André Darrigade, qui est aujourd'hui âgé de 91 ans, devint l'un des plus grands rois de la route.

 

1956, l'année où Darrigade aurait pu gagner le Tour

Cependant, cette année 56 restera aussi comme celle de la désillusion pour Darrigade, qui avait une occasion en or de remporter le Tour de France. Louison Bobet, le triple tenant du titre, était blessé et forfait ; trop jeune, Jacques Anquetil n'avait pas été retenu ; Fausto Coppi, Ferdi Kübler et Hugo Koblet, tous vainqueurs de l'épreuve auparavant, étaient eux aussi absents. Ce Tour 1956 était donc plus ouvert que jamais, et Darrigade, maillot jaune au soir de la 11e étape, semblait tenir la corde. Mais une crevaison survenue sur la 13e étape entre Luchon et Toulouse puis une mésentente avec le directeur technique de l'équipe de France, Macrel Bidot, en ont décidé autrement, et c'est le surprenant Roger Walkowiak qui remporta finalement la Grande Boucle cette année, Darrigade finissant 16e.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur va remporter Milan-San Remo le 8 août ?



















Publicité

Partenaires

Publicité