Dans le Rétro de
Dans le Rétro de - Daniel Mangeas, et le drame Tom Simpson... Photo : @DanielMangeas / @SergeLaget

Dans le Rétro de - Daniel Mangeas, et le drame Tom Simpson...

En cette fin du mois de juin et tout au long de ce mois de juillet, il règne - crise sanitaire oblige - une atmosphère bizarre. Une impression de vide absolu. Habituellement, l'effervescence en France est palpable, les vrais amateurs de cyclisme sont au bord des routes. L'édition 2020 du Tour de France aurait dû se dérouler du 27 juin au 19 juillet et a donc été décalée au 29 août. Alors pour tenter de combler ce vide, Cyclism'Actu décide de regarder "Dans le rétro de Daniel Mangeas" pour vous présenter durant ces trois semaines ce qui a marqué l'histoire de la Grande Boucle avec la complicité de Serge Lagetauteur du livre "Jours de Fête, La Grande Histoire du Tour de France". Pour cette quatrième chronique de la série "Tour de France - Dans le Rétro de Daniel Mangeas", souvenons-nous de ce qu'il s'est passé un 13 juillet sur les routes du Tour de France... en 1967.

Tour de France - Dans le Rétro de Daniel Mangeas !


La journée surnommée "l'étape de la soif" 

"Une journée de drame !" Ce sont par ces mots graves que Daniel Mangeas débute sa rétrospective du 13 juillet. La 13e étape du Tour de France 1967 entre Marseille et Carpentras (211,5 kilomètres) a été marquée par une tragédie. Tom Simpson, champion du monde sur route deux ans auparavant, a trouvé la mort sur les pentes du mont Ventoux en raison de la forte chaleur (35° degrés) mais aussi de la privation d'eau (le ravitaillement n'est pas autorisé en course). Sixième de la Grande Boucle 1962, en portant pendant une journée le maillot jaune, le Britannique voulait conjurer le sort de ses deux précédents Tour de France (abandon lors de la dernière semaine en 1965 et 1966). "L'ancien champion du monde, qui connaît bien cette épreuve de trois semaines, veut absolument réussir cette édition", assure Daniel Mangeas.

Surtout que l'ancien coureur abordait la Grande Boucle 1967 en confiance après sa victoire sur Paris-Nice, quelques mois auparavant, sans oublier ses deux victoires d'étapes sur le Tour d'Espagne (l'épreuve se disputait en avril et en mai). Leader de l'équipe britannique sur la 54e édition, l'Anglais réalisait une bonne entame. Il pointait à la septième place du classement général, le 13 juillet au matin, avant le départ de la 13e étape entre Marseille et Carpentras (211,5 kilomètres), surnommée "l'étape de la soif", qui lui sera fatale. "Les coureurs du peloton le disent souvent : le mont Ventoux n'est pas un col comme les autres", explique Daniel Mangeas avant de raconter les faits de cette journée tragique qui reste dans l'histoire du Tour de France.

 

"Il est pris d'un malaise..."

"Ce jour-là, il arrive dans le mont Ventoux où la chaleur est étouffante, raconte Daniel Mangeas. Et d'un coup, Tom Simpson est pris d'un malaise, s'écroule mais veut remonter sur le vélo. Il repart, s'écroule à nouveau. Le docteur Dumas est à ses côtés." Ce dernier ainsi que les spectateurs massés dans le Géant de Provence constataient ainsi le corps de l'ancien champion du monde fatigué par l'effort mais surtout par la forte chaleur et le manque d'eau. Ils apercevaient également la prise d'amphétamines, qui repousse le besoin de repos mais ne l'annule pas. Tom Simpson trouvait la mort dans l'hélicoptère en direction d'Avignon (Vaucluse). "C'est un moment qui restera à jamais dans la mémoire du public, des coureurs et des journalistes. Non seulement, le Tour de France se termine pour lui mais le Britannique perd la vie ce jour-là", insiste Daniel Mangeas.

 

Selon les premières expertises, la mort de l'Anglais est dû à "un collapsus cardiaque imputable à un syndrome d'épuisement duquel ont pu jouer des conditions atmosphériques défavorables, un surmenage intense, l'usage de médicaments". Cette tragédie marquait les esprits. "Plus de 50 ans après, chacun, de nous qui gardons ces images, depuis l'enfance ou bien plus tard, de Tom Simpson sur les pentes du Mont Ventoux, se souvient de ce drame", confirme Daniel Mangeas avant d'évoquer la personnalité de l'Anglais : "Il était l'un des champions les plus populaires et attachants du cyclisme." Néanmoins, la mort de l'ancien vainqueur de Paris-Nice a fait l'effet d'un électrochoc dans le peloton ainsi que dans les organisations et instances.

 

Le bel hommage de Barry Hoban

Les ravitaillements en course sont autorisés à partir de cette édition et les contrôles antidopage sont effectués à l'issue de chaque étape. Une stèle a été posée à 1,5 kilomètre du sommet au même endroit où il s'était assis avant de partir ailleurs. L'ancien médaillé de bronze en cyclisme sur piste lors des Jeux olympiques en 1956 fait partie des quatre coureurs décédés sur les routes de Tour de France : Aldophe Hélière (1910), Francisco Cepeda (1935) et Fabio Casartelli (1995). Et si la 13e étape est allée à son terme avec la victoire de Jan Janssen (Pays-Bas) devant Felice Gimondi (Italie) et le maillot jaune Roger Pingeon (France), la journée suivante a été dédiée au Britannique.

La 14e étape du Tour de France 1967 entre Carpentras et Sète était un hommage à Tom Simpson et le vainqueur de cette dernière était plus que symbolique. "Le lendemain de son décès, c'est son meilleur copain Barry Hoban qui obtiendra la victoire avec l'adhésion du peloton", se souvient Daniel Mangeas. En effet, grand ami et coéquipier de l'ancien champion du monde lors de cette 54e édition, Barry Hoban remportait cette étape avec l'accord du peloton. Quelques années après le décès de Tom Simpson, il épousait sa veuve Hélène Sherburn.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Clement LABAT-GEST

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui va remporter le Critérium du Dauphiné ?



















Publicité

Partenaires

Publicité