Cyclism'Actu On Board
Cyclism'Actu On Board - En stage avec Arkéa-Samsic et Bouhanni Photo : @Cyclismactu / @CyclismActu On Board

Cyclism'Actu On Board - En stage avec Arkéa-Samsic et Bouhanni

Nouvelle saison, nouvelle rubrique Cyclism'Actu On Board ! Grâce au concours et la complicité des équipes ainsi que des coureurs, Cyclism'Actu vous propose de découvrir les coulisses d'une formation en stage : les entraînements, la vie des mécanos, des kinés, des assistants, bref tout ce qui fait la vie d'un groupe et d'une équipe ! Ouvrez les yeux, vous allez être plongés quelques instants au coeur de l'univers du cyclisme pro ! Place au premier épisode : avec Arkéa-Samsic du manager général Emmanuel Hubert et Nacer Bouhanni.

Vidéo - #E1 : Cyclism'Actu au coeur d'Arkéa-Samsic avec Bouhanni

 

Retrouvez toutes les vidéos de Cyclism'Actu On Board en cliquant ICI

 

Après cinq années passées chez CofidisNacer Bouhanni s'est donc lancé un nouveau défi en rejoignant Arkéa-Samsic. Le sprinteur français va tenter de rebondir au sein de l'écurie dirigée par Emmanuel Hubert. Il y a quelques semaines, Nacer Bouhanni avait répondu aux questions de Cyclism'Actu, en évoquant son choix de carrière et ses objectifs pour 2020.

 

Nacer, pourquoi avoir décidé de rejoindre l'équipe Arkéa-Samsic en 2020 ?

Les ambitions de l'équipe. C'est une équipe qui sait se développer, et ça fait un moment que je suis son évolution. On sent aussi que les moyens sont au top pour que les coureurs performent.

 

Avez-vous envisagé de rejoindre d'autres équipes ? Avez-vous eu d'autres pistes ?

Bien sûr, j'étais en discussion avec d'autres équipes, mais le discours d'Emmanuel Hubert m'a tout de suite séduit. Ça faisait un moment déjà que je discutais avec lui, depuis l'année dernière. J'avais besoin d'être mis en confiance, c'est très important pour moi, et le discours qu'il m'a tenu m'a tout de suite plu. J'ai vraiment envie de bien faire et de faire le maximum pour cette équipe. Quand on a des gens qui vous font confiance et qui font tout pour vous mettre dans une bonne situation, ça vous donne envie de vous donner à 100%.

 

Depuis le début de votre carrière professionnelle, vous n'avez-connu que des équipes françaises (FDJ puis Cofidis). Rejoindre une équipe étrangère, c'était une possibilité ?

Ça aurait été une possibilité, mais après il y a aussi la barrière de la langue. Ça aurait été possible mais ça aurait été compliqué sur certaines choses. J'ai été en contact avec deux équipes étrangères, mais le discours d'Emmanue Hubert m'a vraiment plu et m'a mis en confiance. Et j'ai aussi besoin de retrouver du plaisir, le plaisir d'exercer mon métier. Depuis deux ans je n'avais plus aucun plaisir, je m'entraînais parce que je suis cycliste professionnel et que c'est mon métier, mais je n'avais plus cette flamme. Quand j'allais en compétition j'avais comme une boule au ventre. J'ai surtout envie de retrouver du plaisir.

 

Quels sont vos objectifs pour la saison prochaine ?

L'objectif ça va être de renouer avec la victoire dès les premières courses de la saison, c'est très important je pense. Donc dès le début de saison j'espère arriver en très bonne forme pour jouer la victoire. Ensuite, les objectifs viendront petit à petit. C'est sûr que les courses les plus importantes restent les courses World Tour, et c'est important d'y briller, que ce soit pour l'équipe ou moi-même. Notamment en début mars avec Paris-Nice, Tirreno-Adriatico, Milan San-Remo. Ce sont les grands objectifs de début de saison, comme chaque année en fait. Je ne connais pas encore complètement mon programme de course, on va en discuter pendant le stage.

 

Et le Tour de France, vous y pensez, même si votre équipe n'est pas encore officiellement invitée ? Votre dernière participation à la Grande Boucle remonte à 2017...

Bien sûr c'est dans un coin de ma tête, mais c'est encore loin tout ça et je veux vraiment me concentrer sur le début de saison, sur ma préparation hivernale. Les premiers objectifs seront les premières courses, et je prendrais les choses les unes après les autres. Le Tour de France, on y pensera le moment venu.

 

Comment va s'articuler le pôle sprint autour de vous ?

Normalement Dan McLay sera mon poisson-pilote. Après il faudra voir avec qui j'ai des bons automatismes, je ne connais pas non plus parfaitement l'équipe. Donc je vais déjà apprendre à bien connaître l'équipe, à bien connaître tout le monde. Mais il n'y a pas de raison que ça ne fonctionne pas, si tout le monde y met du sien et est professionnel, tout se passera bien.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Cyclism'Actu

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui va remporter la 103e édition du Tour d'Italie ?

















Publicité

Partenaires

Publicité