Chronique
Chronique - Pinot, Alaphilippe... : Andy Schleck vous dit tout Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Chronique - Pinot, Alaphilippe... : Andy Schleck vous dit tout

Cyclism'Actu profite de cette intersaison pour s'entretenir avec ses chroniqueurs et connaître leurs sentiments sur la saison qui vient de s'écouler et sur celle vers laquelle nous allons petit à petit nous tourner. Après Daniel Mangeas, c'est au tour d'Andy Schleck de s'exprimer et de nous faire partager ses analyses pertinentes. Le vainqueur du Tour de France 2010 avait beaucoup de choses à raconter, notamment sur la Grande Boucle 2020 et nos coureurs Français, sans oublier d'avoir une pensée émue pour Raymond Poulidor.

Andy Schleck sur le Tour de France 2019

 

Andy, un petit mot pour commencer sur la mauvaise nouvelle de la semaine, la disparition de Raymond Poulidor ?

Raymond, il faisait un peu partie de la famille puisqu'il était dans les pelotons avec mon père il y a maintenant de nombreuses années. C'est vraiment un caractère du Tour qui nous a quittés cette semaine, une figure importante, certainement la plus populaire. Je l'ai cotoyé sur le Tour en tant que coureur puis en tant que suiveur, on était tous les matins ensemble... J'avais entendu qu'il n'était pas bien, c'est une nouvelle qui me rend très triste.

"Les jeunes ont déjà pris le pouvoir en 2019"

Pour en revenir à une actualité plus légère, Cyclism'Actu vous avait contacté avant les Mondiaux et vous aviez mis Mathieu van der Poel en favori de cette course. Finalement, c'est le surprenant Mads Pedersen qui s'est imposé. Qu'avez-vous pensé de cette course rendue folle par les conditions climatiques ?

C'est vrai que Mathieu van der Poel était le grand favori de cette course et il l'était encore jusqu'à 10 kilomètres de l'arrivée d'ailleurs. C'était un Championnat du monde très, très particulier, avec beaucoup d'abandons. Van der Poel était certainement le plus fort avec Peter Sagan, mais ce n'est pas toujours le plus fort qui gagne. On a vu un Danois qui a fait une course très intelligente, il a montré qu'il était très solide sous la pluie, donc il a mérité son titre de champion du monde. Ce n'est pas le coureur le plus connu, mais il était dans une journée exceptionnelle.

 

Mads Pedersen est âgé de 23 ans, il est donc lui aussi un symbole de cette nouvelle génération qui a fait de grandes choses en 2019, à l'image également d'Egan Bernal, Tadej Pogacar ou encore Remco Evenepoel. Pensez-vous que tous ces jeunes prendront définitivement le pouvoir dès 2020 ?

Je pense qu'ils l'ont déjà pris en 2019, notamment avec la victoire d'Egan Bernal sur le Tour. Il y a bien sûr des coureurs un peu plus vieux qui dominent certaines courses, mais c'est vraiment la nouvelle génération qui a dominé cette saison. En tout cas, ce qui est sûr, c'est que pour les coureurs de ma génération, comme Philippe Gilbert par exemple, on sent que ça se termine, les jeunes poussent très fort derrière eux.

"Thibaut Pinot a toujours un souci dans la troisième semaine"

La saison 2019 aura également été marquée par les coureurs français, avec notamment le phénomène Julian Alaphilippe, auteur d'une saison tout simplement incroyable...

C'est clair que Julian Alaphilippe a réalisé la meilleure saison de sa carrière en 2019, et je suis persuadé qu'il sera encore très fort en 2020. Après, on a également vu un Thibaut Pinot brillant sur le Tour de France, il était vraiment très fort. C'était pour moi le favori pour se battre avec Egan Bernal, jusqu'à sa blessure... Mais ce sont vraiment ces deux coureurs français là qui auront marqué 2019 et qui ont tiré vers le haut l'ensemble du cyclisme français.

 

Et avec quelques mois de recul, est-ce que vous estimez que Thibaut Pinot était en capacité de battre Egan Bernal lors des deux dernières étapes des Alpes ?

Egan Bernal était fort et je ne pense pas que Pinot l'aurait lâché. Mais je pense par contre qu'il serait resté avec lui, et s'il était resté avec lui, il aurait remporté le Tour 2019. Après le problème avec Thibaut, c'est qu'il y a toujours quelque chose avec lui dans un Grand Tour. C'est malheureux pour lui et malheureux pour la France, mais il a toujours un souci dans la troisième semaine. J'espère qu'il va gagner en maturité et en stabilité, qu'il pourra régler les petits soucis qu'il peut connaître à gauche ou à droite, et s'il réussit à faire ça, il sera alors un favori pour le Tour de France 2020.

"Alaphilippe a les qualités pour monter sur le podium du Tour"

Vous le pensez donc mentalement capable de dépasser la désillusion de 2019 ?

Ça a été une énorme déception pour lui, c'est sûr, mais je pense qu'il faut qu'il se concentre uniquement sur le Tour. Il a le physique pour le gagner.

Et Julian Alaphilippe, doit-il également se concentrer que sur le Tour ou faut-il qu'il continue à courir derrière plusieurs objectifs ?

Je pense que Julian a les qualités pour monter sur le podium du Tour et qu'il devra donc un jour se focaliser sur cette course. Les classiques lui correspondent peut-être mieux actuellement, mais ce qu'il a montré sur le Tour 2019, c'était fort. Il ne faut pas oublier qu'il a porté le Maillot Jaune durant quasiment tout le Tour, ce qui veut dire de la pression, du stress supplémentaire. Il a payé tout ça dans la haute montagne. Ce garçon a quand même monté le Tourmalet avec les meilleurs, et quand tu as monté le Tourmalet avec les meilleurs, tu peux également le faire dans tous les cols du monde. Il va juste falloir qu'il apprenne à se préserver un peu et à garder de l'énergie pour les moments les plus décisifs de la course.

"Le favori du Tour 2020, c'est Egan Bernal"

Que pensez-vous du parcours du Tour de France 2020, avec ces nombreux cols au programme et ce faible kilométrage en contre-la-montre ?

C'est un Tour sur lequel il faudra arriver à 100 % et être prêt dès la première semaine. Ça va être très nerveux et la montagne va arriver très vite, donc si on se concentre sur la dernière semaine, cela ne sera pas suffisant pour remporter ce Tour.

Et toujours par rapport à ce Tour 2020, le duel entre le Team Ineos de Chris Froome et Egan Bernal et la Jumbo-Visma de Tom Dumoulin et Primoz Roglic est très attendu. Comment voyez-vous cette lutte entre les deux équipes les plus puissantes du peloton ?

C'est sûr qu'ils se regarderont mutuellement. Après, il y a encore beaucoup d'interrogations sur ce Tour 2020, notamment sur le fait que Chris Froome puisse retrouver ou non le niveau qu'il avait avant son accident. Lui dit que oui mais il ne faut pas quand même pas oublier ce qu'il a vécu avec cette chute, son corps n'est plus comme avant. Mais s'il y a bien un coureur qui peut se remettre de cela, c'est bien lui. Après, le favori pour moi, c'est Egan Bernal. Il est encore jeune et il va encore progresser. Concernant la Jumbo-Visma, ce sera une véritable armée en 2020. Ils ne viendront pas pour faire un podium cette fois-ci, ils viendront pour gagner le Tour. Ils auront peut-être l'équipe la plus forte sur le Tour l'année prochaine.

"J'aimerais bien voir un vainqueur français à Paris"

Et justement, si vous étiez directeur sportif de la Jumbo-Visma, vous feriez plutôt confiance à Tom Dumoulin ou à Primoz Roglic ?

Ça fait un moment qu'on n'a pas vu Tom Dumoulin à l'oeuvre. Il a été blessé et surtout mal diagnostiqué, donc il a été absent beaucoup de temps. Il va vraiment falloir qu'il roule tout l'hiver à bloc pour arriver en forme au mois de juillet. Après, il a changé d'équipe, et je pense qu'il ne l'a pas fait pour le côté financier de la chose. Il a signé chez Jumbo-Visma pour avoir une meilleure équipe à ses côtés dans les grandes courses et une meilleure structure autour de lui. Il a voulu tout mettre de son côté pour enfin remporter le Tour de France. Et concernant la cohabitation entre lui et Roglic, il faut voir comment tout cela va s'organiser. Personnellement, je pense que Tom Dumoulin a un peu plus de talent que Primoz Roglic, même si celui-ci n'est pas encore à son top à mon avis. Je trouve Dumoulin plus mature.

Et concernant les coureurs français, peut-on s'attendre à les voir aussi bien qu'en 2019 et donc se battre avec les cadors dont nous venons de parler ?

Je pense que oui. Pour moi, c'est peut-être l'ultime chance pour Thibaut Pinot de remporter le Tour, et je pense qu'il est bien conscient de cela. Il faut savoir que c'est très dur de se préparer pour gagner un Tour de France, on ne peut pas le faire pendant dix ans. Thibaut est déjà là depuis pas mal d'années, donc s'il veut gagner le Tour, ce doit être en 2020 parce qu'après, je pense que son corps et sa motivation risquent de lâcher un peu. Et il faut aussi dire que le profil du Tour de France 2020 lui correspond vraiment très bien. J'aimerai bien voir un vainqueur français à Paris en plus.

"Pinot est plus le chouchou des Français que Bardet"

On a également appris cette semaine que Romain Bardet ferait l'impasse sur le Tour 2020 pour se concentrer sur le Giro, les Jeux olympiques et les Mondiaux. C'est un bon choix selon vous ?

C'est une bonne décision. Il aurait pu certainement faire encore un top 5 ou un podium sur le Tour, mais je pense par contre qu'il ira sur le Giro pour le gagner. C'est une grande course et ça serait une très belle victoire. C'est mieux pour lui de se concentrer là-dessus que de faire un nouveau podium sur la Grande Boucle.

Donc vous estimez que Romain Bardet, contrairement à Thibaut Pinot, ne peut pas gagner un Tour de France ?

Pour moi, il y a une différence de caractère entre ces deux coureurs. Thibaut veut gagner en France, veut remporter le Tour de France. Romain, c'est différent, j'ai l'impression qu'il veut plutôt se construire une belle carrière. Et je trouve que Thibaut Pinot est aussi un peu plus le chouchou des Français que Bardet.

 

"Bob Jungels peut briller sur toutes les classiques"

Et pour conclure, nous allons évoquer le cyclisme luxembourgeois, avec notamment un Bob Jungels qui souhaite donner une nouvelle orientation à sa carrière semble-t-il, en se consacrant peut-être un peu plus aux classiques de début de saison. Que pensez-vous de ce choix ?

Pour moi, et je le dis depuis des années, Bob n'est pas un coureur qui peut monter sur le podium d'un Grand Tour. Je sais que c'était son rêve, que c'était son but, mais ça me paraît trop compliqué. Il a montré qu'il pouvait être bien sur ces épreuves, mais être bien ne suffit plus aujourd'hui, il faut être exceptionnellement fort vu la densité du niveau actuel. Par contre, il peut briller sur toutes les classiques, hormis peut-être Milan-San Remo. C'est donc une bonne décision de sa part, il va pouvoir attaquer 2020 avec une toute nouvelle motivation. Et pourquoi pas aussi pour lui, se concentrer sur un Critérium du Dauphiné ou un Tour de Suisse, qui sont des épreuves qui peuvent lui convenir.

Un petit mot également sur Kevin Geniets, qui a intégré l'effectif professionnel de la Groupama-FDJ en mars dernier, qui a 22 ans et qui a réalisé une saison plus que correcte. Comment voyez-vous le potentiel de coureur ?

Il faut lui laisser encore quelques années pour se développer. Ce qui est sûr, c'est qu'il a une bonne équipe autour de lui et qu'il va pouvoir dorénavant disputer de grandes courses. Mais il faut encore attendre pour voir jusqu'où il peut aller.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


News

Transferts


Sondage

Qui est le coureur de l'année 2019 ?















Partenaires