Chronique - Daniel Mangeas : «Benoît Cosnefroy, il a un peu de Voeckler»
Chronique
Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Chronique - Daniel Mangeas : «Benoît Cosnefroy, il a un peu de Voeckler»

Il y a quelques jours, Daniel Mangeas était de retour au micro de Cyclism'Actu pour une nouvelle chronique. L'ancien speaker du Tour de France a évoqué les performances des Français sur le Tour d'Espagne, notamment Romain Bardet et Guillaume Martin, ainsi que le retour en forme de Thibaut Pinot et les grandes performances récentes de Benoît Cosnefroy. Tout ça quelques jours avant la course en ligne des championnats d'Europe qui a lieu ce dimanche, où Mangeas voit bien un coureur tricolore finir sur le podium. 

Vidéo - Mangeas : "Cosnefroy peut devenir champion d'Europe

 

"Guillaume Martin est devenu un coureur de grande dimension"

Daniel, avant de parler des championnats d'Europe, un petit mot sur la "renaissance" de Romain Bardet sur le Tour d'Espagne, où il a remporté sa première victoire sur un Grand Tour depuis quatre ans...

Les Français nous ont fait vivre un beau Tour d'Espagne. Déjà sur les routes du Giro, Romain Bardet avait été brillant en finissant dans le top 10. Il a tout connu sur la Vuelta parce qu'il n'a pas été épargné par la malchance, mais il a su rebondir pour aller chercher une victoire d'étape. Ça confirme qu'il est resté très compétiteur, ambitieux et je pense qu'il a déjà posé ses marques pour 2022. il est en train de cerner ses objectifs, et son Giro comme sa Vuelta étaient de très bonne facture.

 

De son côté, Guillaume Martin est allé chercher la 9e place finale de cette Vuelta après avoir terminé 8e du Tour de France. Cependant, sans sa chute en dernière semaine, il aurait pu viser encore plus haut. Retenez-vous plus la déception d'être passé tout près du podium ou la satisfation de ce nouveau top 10 ?

Je savais que c'était un coureur courageux, comme tous les autres d'ailleurs, mais là Guillaume est allé au bout de la douleur pour aller chercher ce top 10. Il est bien récompensé, et cette place de 9e, il est allé la chercher avec ses tripes. Il a flirté avec le maillot rouge, ça aurait été génial qu'il s'en empare, mais il a démontré une force morale qui fait qu'il est devenu un coureur de grande dimension. Sa Vuelta avait mal commencé, mais il est remonté à la 2e place en prenant la bonne échappée. On a tous rêvé qu'il prenne le maillot de leader, mais quand il est tombé, on s'est dit qu'il allait renoncer. Or, il s'est accroché, et c'est ce que je retiens, cette volonté exceptionnelle pour surmonter la souffrance et rester dans le top 10. Ça montre aussi que s'il n'était pas tombé, il aurait fini bien plus près du podium.

 

"Le meilleur Thibaut Pinot est celui à venir"

Thibaut Pinot montre de très belles choses depuis son retour à la compétition. Comment imaginez-vous la suite pour lui ?

Ce que je retiendrais d'abord, c'est le bonheur partagé entre lui et le public lors de son retour. Au Tour du Limousin, c'était très émouvant. Puis tout de suite, il a été dans l'action, je ne pensais pas qu'il serait aussi rapidement compétitif. Il a fait un bon chrono sur le Tour Poitou Charentes et il était encore très actif le week-end dernier en Franche-Comté où il a obtenu de bons résultats. Donc le meilleur Thibaut Pinot est celui à venir, sur les championnats d'Europe, peut-être les mondiaux et surtout sur les Classiques italiennes en fin de saison, notamment le Tour de Lombardie. Vu ce qu'il fait depuis son retour, je pense qu'il peut avoir de réelles ambitions sur ces courses. Il a déjà gagné le Lombardie, il a déjà gagné Milan-Turin, et je pense qu'il peut renouer avec le succès là-bas

 

Parlons maintenant des championnats d'Europe. Nous avons discuté avec Thomas Voeckler il y a quelques jours qui nous disait que l'équipe de France n'était pas favorite. Qu'en pensez-vous ?

Thomas a ses raisons... De mon côté, j'ai quand même envie de mettre l'équipe de France dans les trois équipes de base. Le collectif que présente la France est très fort. Je suis d'un naturel optimiste, donc je pense qu'on a toutes les chances d'avoir un Français sur le podium. Compte tenu des résultats qu'ils viennent d'obtenir, les coureurs français partent avec un capital confiance très intéressant. Qui dit confiance dit ambition et qui dit ambition dit résultat.

 

"Benoît Cosnefroy doit penser au maillot arc-en-ciel"

Même si la France mise surtout sur un gros collectif, le leader de l'équipe n'est-il pas Benoît Cosnefroy, lui qui vient de remporter la Bretagne Classic et le Tour du Jura ?

Benoît Cosnefroy a eu des problèmes au genou en début de saison, mais là il est dans une forme ascendante et il n'y a pas beaucoup de monde pour le battre. La manière dont il a géré sa fin de course sur la Bretagne Classic alors qu'il était face à deux coureurs de la Deceuninck-Quick Step, Mikkel Honoré et surtout Julian Alaphilippe... Il a gagné le Tour du Jura, a travaillé pour Dorian Godon sur le Tour du Doubs. Avec Valentin Madouas, qui l'a devancé sur la Polynormande, ils sont deux belles cartes de l'équipe de France vu leur forme. Je rajouterai aussi Franck Bonnamour, qui a pris une autre dimension depuis le Tour de France. Il a fait un super mois d'août, même s'il lui manque la victoire, mais on assiste à l'explosion d'un talent.

Pour revenir à Benoît Cosnefroy, je trouve qu'il a un peu de Thomas Voeckler. Il sent la course, il fait rarement d'erreurs. Dans le final de la Bretagne Classic face à Alaphilippe, il a dit qu'il était confiant, qu'il savait qu'il pouvait gagner. Au-delà de ses qualités physiques, il a cette confiance qui peut lui permettre de gagner les plus grandes courses. Pour moi, il est capable de devenir champion d'Europe, mais aussi champion du monde. Il l'a déjà été en espoirs, et j'ai comme l'impression que retrouver le maillot arc-en-ciel est une pensée qui doit l'accompagner de temps à autre. Il a tout pour être un leader et rend souvent une copie sans faute, un peu comme Julian Alaphilippe. Quand il voit Cosnefroy ou Alaphilippe, Thomas Voeckler doit se retrouver un peu chez ces coureurs, et on a l'impression qu'il devine ce qu'ils vont faire. C'est une osmose indispensable entre un directeur d'équipe et ses coureurs.

 

 

 

Pour conclure, j'aimerais rendre hommage à un ami qui est parti récemment. Hormis les grands événements, le cyclisme français repose sur des bénévoles, et un grand nous a quitté en la personne de Jean-Paul Waterloos, l'organisateur du Tour du Finistère. Il sera inhumé samedi en Bretagne, et il faisait partie de ces personnages qui font le cyclisme dans une région. Donc je pense très fort à lui et à sa famille et je voulais lui rendre un bel hommage car c'est grâce à des gens comme lui que les courses existent.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

15/10 Média Toutes vos vidéos vélo sont à retrouver sur Cyclism'Actu 15/10 Tour de France Julien Jurdie : "Bravo à ASO... ce Tour est génial !" 15/10 Route Richard Carapaz disputera le Tour de l'Équateur mi-novembre 15/10 Tour de France Cyrille Guimard : "Si j'étais à la tête d'une équipe..." 15/10 Transfert Direction la Caja Rural-Seguros RGA pour Fernando Barcelo 15/10 GP du Morbihan Godon, Viviani... Le GP du Morbihan, c'est samedi ! 15/10 Tour de France Femmes Marion Rousse : "Je réalise la chance que j'ai" 15/10 Sondage Ce parcours du Tour de France 2022, il est parfait pour... ? 15/10 Cyclo Les Gascons Riders rendent un hommage à Nico Portal ce week-end 15/10 Transfert Le retour de Miguel Angel Lopez chez Astana, c'est fait ! 15/10 Tour de France Bernard Hinault : "Si moi... j'étais directeur sportif" 15/10 Route L'UCI s'inquiète d'une Coupe du monde de foot tous les deux ans 15/10 Infirmerie Gianni Moscon aurait visblement des problèmes cardiaques ! 15/10 Média Pour rejoindre la rédaction Cyclism'Actu d'ici la fin octobre ! 15/10 Route Latour : "L'arrivée de Peter Sagan nous amènera que du bon... " 15/10 Cyclo Roulez avec Alaphilippe... c'est en Corse lors de l'Isula Race 15/10 Route Mal embarquée, Team Qhubeka NextHash tente le tout pour le tout ! 15/10 Tour de France Gaudu : "On décidera avec l'équipe de qui y sera !" 15/10 Tour de France Julian Alaphilippe : "J'ai hâte d'y être et on verra..." 15/10 Transfert Kristian Aasvold va courir pour la Rally Cycling en 2022
Publicité

Sondage

Le parcours du Tour de France 2022, il est parfait pour qui ?



















Partenaires

Publicité
Publicité