Tour de France
Tour de France - Mangeas : 'Alaphilippe... comme Voeckler !' Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Tour de France - Mangeas : "Alaphilippe... comme Voeckler !"

Après dix jours de course, les coureurs du Tour de France ont pu profiter d'une journée de repos ce mardi, l'occasion pour notre chroniqueur Daniel Mangeas de faire un point après cette première semaine de compétition. L'ancien speaker emblématique de la Grande Boucle est principalement revenu sur le phénomène Julian Alaphilippe, qui pourrait porter le maillot jaune pendant 10 jours, comme un certain Thomas Voeckler en 2004 et 2011, voire plus... Il a également évoqué Thibaut Pinot, Romain Bardet et Warren Barguil, qui restent dans le coup malgré plusieurs péripéties.

Et si Julian Alaphilippe portait le maillot jaune à Paris ?

 

Daniel, Julian Alaphilippe jouit d'une popularité sur le Tour comparable à celle qu'a connue Thomas Voeckler en 2011, quand il avait porté le maillot jaune pendant 10 jours. Quel parallèle peut-on faire entre ces deux coureurs ?

C'est sûr que l'amour du public pour ces deux coureurs est énorme. Et Julian aime tellement les gens... Quand tu aimes les gens avec sincérité, le public te le rend. Il y a une liaison presque amoureuse entre le public et Julian. Et comme Voeckler, ils sont rentrés de la même manière dans le coeur du public. Julian a beau être numéro un mondial de sa discipline, il a une bienveillance et une empathie incroyables envers le public. En plus c'est un coureur à l'ancienne, les gens apprécient ça. Pourtant, c'est rare que les Français aiment les vainqueurs, ils préfèrent en général les valeureux seconds. Mais Julian est un vainqueur et il fait l'unanimité, il a une vraie cote d'amour qui est sans doute due à sa simplicité et à son authenticité. Il n'a pas changé depuis ses débuts chez les pros, il reste les pieds sur terre, c'est un vrai bon mec.

 

En 2011, Voeckler avait terminé 4e du général. Cette année, les gens attendent beaucoup d'Alaphilippe et se mettent à rêver d'une victoire sur le Tour. Qu'en pensez-vous ?

Au cours de sa carrière, il pourra faire comme Voeckler, et cette année je le vois bien dans le top 10. Voeckler avait ses projets bien ancrés dans son esprit mais il était relativement secret de tout cela. Quand il a fait 4e tout le monde se demandait quand est-ce qu'il allait prendre un éclat, mais il s'est battu avec une volonté farouche. Déjà en 2004 quand il a pris le maillot jaune, il est entré dans le coeur des Français. Et en 2011 il s'en est vraiment fallu de peu pour qu'il accroche le podium. C'est difficile de comparer deux coureurs, mais il y a eu la Virenque-mania, la Voeckler-mania et maintenant la Julian-mania. Les gens commencent à se demander s'il va gagner le Tour un jour. C'est un puncheur, coureur de Classiques, mais le grand public veut l'installer en tant que potentiel vainqueur du Tour.

 

Ce qui marque aussi chez Alaphilippe, c'est cette force mentale qu'il dégage...

Il gère parfaitement la pression. Il me donne l'effet d'un gamin heureux qui fait le métier, qui réalise son bonheur. Il gagne et tant mieux, tout lui sourit. C'est un jeune homme qui croque la vie à pleine dent. C'est un extraverti, contrairement à Romain Bardet qui est plus introverti mais qui est quelqu'un de très attachant et qui a aussi un vrai contact avec son public. Pour Julian, on a l'impression que c'est tous les jours Noël. Un coureur comme lui, avec la popularité qu'il a, est très important pour l'avenir de notre cyclisme et pour donner envie à des jeunes de pratiquer notre sport. Raymond Poulidor disait souvent que s'il n'était pas sur le Tour, le public lui manquerait. J'ai l'impression que nos coureurs, qui sont brillants mais qui sont populaires en même temps, sont heureux quand ils donnent du bonheur aux gens. C'est quelque chose d'authentique, et il faut que ça reste.

 

Cette popularité d'Alaphilippe fait-elle de l'ombre à Pinot, Bardet et Barguil ?

C'est la magie du maillot jaune. Après, tout le monde continue de parler de Pinot, Bardet et Barguil. Barguil fait un bon début de Tour, il est bien revenu, et Pinot a des jambes de feu même s'il a perdu du temps lundi. Mais il ne faut jamais enterrer un grand champion, tout est encore possible. Quand j'ai lu les titres qui sortaient et qui disaient "catastrophe pour Pinot", tout le monde lui tombe dessus... Il n'y a rien de dramatique, il reste encore largement dans le coup pour le podium voire mieux. Ce Tour est tellement exaltant, avec chaque jour des rebondissements... Je crois aussi à une belle remontée de Bardet au général. Je suis quelqu'un d'optimiste, et voir Alaphilippe, Bardet, Pinot et Barguil dans le top 10-12, j'y crois. Et je vois même un Français sur le podium. Mon seul petit regret, c'est de ne pas avoir de sprinteur français sur ce Tour, puisque le seul était Christophe Laporte et il a abandonné.

En conclusion, pour les quatre fantastiques Alaphilippe, Bardet, Pinot et Barguil, auxquels j'ajouterais Guillaume Martin mais aussi tous les autres Français, le meilleur est peut-être à venir. Et je voulais aussi tirer un coup de chapeau à Yoann Offredo. On a eu très peur pour lui après sa chute sur le Grand Prix de Denain. Il a réussi à être au départ du Tour, il est tombé malade mais il continue de se battre. C'est sa plus belle victoire, et je pense qu'il doit savourer pleinement.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


Brèves

Transferts


Sondage

Qui remportera le 74e Tour d'Espagne ?















Partenaires