Chronique
Chronique - Guimard : «Nicolas Portal... l'anti-star devenue taulier» Photo : Sirotti

Chronique - Guimard : «Nicolas Portal... l'anti-star devenue taulier»

Il y a deux mois, le 3 mars, Nicolas Portal nous quittait subitement à l'âge de 40 ans des suites d'un arrêt cardiaque. Coureur jusqu'en 2010, Nicolas Portal avait ensuite intégré le staff de l'équipe Team Sky (devenu aujourd'hui Team Ineos) jusqu'à devenir l'un des directeurs sportifs les plus victorieux et respectés du peloton et même "mentor" de la formation de Dave Brailsford. En tant que directeur sportif principal, Nico a tout simplement remporté en sept ans (de 2013 à 2019) six Tour de France, un Tour d'Italie et un Tour d'Espagne. Mais au-delà de ses victoires, les gens se souviennent surtout d'un personnage attachant, humble et toujours souriant. Lors des obsèques, Christian Prudhomme avait comparé Nicolas Portal à Cyrille Guimard... en raison de leur parcours similaire et de leurs nombreux succès en tant que directeur sportif, même si les deux avaient des caractères bien différents. Il était donc logique, afin de ne pas oublier et histoire de lui rendre un énième hommage, de demander au chroniqueur de Cyclism'Actu, Cyrille Guimard, tout le bien qu'il pensait ou non de Nicolas Portal "l'anti-star devenue un très grand directeur sportif". D'autant que Cyrille Guimard, comme chacun sait, n'a jamais été un fervent défenseur des méthodes de la Team Sky et aujourd'hui de la Team Ineos.

Quand Cyrille Guimard rend son hommage à Nicolas Portal !

 

"Il ne s'est jamais mis en avant, et c'est devenu le taulier"

"Nicolas Portal, c'était l'anti-star. Ce n'est jamais quelqu'un qui s'est mis en avant, il a toujours été dans une position légèrement en retrait", débute Guimard. "Il faut remettre dans le contexte, c'est quelqu'un qui a eu une carrière honnête de coureur, qui n'avait pas suffisamment de potentiel pour être leader mais qui a toujours réussi à bien s'intégrer dans les groupes ou les équipes dans lesquels il était et qui a toujours été apprécié. Sa fin de carrière avait été précipitée par des problèmes de santé au moment où il était coureur chez Sky, et des personnes dans cette équipe, comme Dave Brailsford et sûrement d'autres, se sont aperçues qu'il avait de la qualité, qu'il était intelligent, souriant... Jusqu'à ce moment-là, ce n'était pas quelqu'un qui s'était mis en avant, donc il ne gênait personne mais on connaissait ses qualités humaines. Donc il rentrait dans une équipe où il y avait déjà de très fortes personnalités, dont Brailsford, et il est resté quelque part anti-star. Il n'avait pas un égo surdimensionné, ce qui lui a permis de s'aguerrir sans gêner personne. Et au fil des années, il a fini par devenir le taulier, mais grâce à ses qualités et pas autre chose."

 

"Le Tour de France 2019 a été son Tour le plus accompli, un Tour parfait"

"Pour moi, son Tour de France le plus accompli en tant que directeur sportif, c'est celui de l'an dernier. Là, j'avoue que je l'ai trouvé vraiment très, très bon", continue Guimard. "Pendant des années, il a été le catalyseur de son équipe, il a eu sous ses ordres des coureurs avec de gros égos, et il a réussi à voyager entre tous ces égos, tous ces champions, ce qui m'amène à dire que c'était quelqu'un de très intelligent pour réussir dans ce contexte. N'oublions pas non plus que c'est un latin qui évoluait dans une culture anglo-saxonne complètement différente. Sa réussite à ce niveau-là, c'est vraiment la marque d'un grand, je dirais même d'un très grand. Et quand il a véritablement pris le pouvoir dans l'équipe, on a senti une équipe qui a changé dans son comportement."

"Elle est devenue moins arrogante, moins dominatrice, et j'ai envie de dire, et c'est pour ça que je dis que l'an dernier c'est son Tour le plus accompli, que pour un peu cette équipe aurait fini par être aimée", poursuit Le Druide. "Et ça c'est quand même fort, avec pratiquement les mêmes coureurs, mais ils n'ont pas écrasé la course, ils ont été adroits, ils n'ont pas fait de fautes, ils ont fait les efforts au moment où il fallait les faire. Pour moi, ce Tour 2019 a été un Tour parfait pour Nicolas. Malheureusement, il était arrivé au sommet de son art, et il est parti au moment où il pouvait donner une nouvelle dimension sur le plan de la popularité à son équipe qui, on ne va pas se cacher, en manquait énormément."

 

"La seule chose qu'on peut comparer, c'est qu'on gagnait tous les deux"

En tant que dirigeant d'équipe, Cyrille Guimard a gagné sept Tour de France, là où Portal en a gagné six. Avaient-ils la même recette du succès ? "Chaque individu est unique, mais il est aussi un tout. Il n'y a pas qu'une méthode qui permet d'être un grand manager, il faut fonctionner avec ses qualités, sa personnalité, son charisme, son égo. Et c'est ce mélange qui fait que tu auras une capacité à manager, mais surtout à emmener des groupes vers la victoire", explique Guimard. "C'est quoi un leader ? C'est quelqu'un qui a l'ensemble des qualités qui vont lui permettre d'être en osmose avec les gens qu'il va avoir à diriger. Moi j'avais une certaine personnalité, une certaine façon de m'exprimer et de fonctionner, et ça marchait. Nicolas en avait une autre, et elle marchait aussi, dans un contexte différent."

"D'ailleurs, on peut difficilement comparer les équipes que j'ai dirigées avec celles d'aujourd'hui où il y a 30 coureurs, 70 personnes... Ça ne fonctionne plus du tout de la même façon aujourd'hui. Est-ce que j'aurais été capable de m'adapter au système actuel ? Je ne pense pas, ou alors il aurait fallu que je sois né 30 ans plus tard. Ce sont des contextes complètement différents. La seule chose qu'on peut comparer, c'est qu'on gagnait tous les deux. On en avait d'ailleurs parlé avec Nicolas sur le Tour, et on se disait qu'on allait se rencontrer plus longuement, mais malheureusement ça ne s'est pas fait. C'est vraiment quelqu'un avec qui j'aurais aimé échanger davantage, d'autant qu'à certains moments, je faisais partie de ceux qui n'étaient pas des grands défenseurs de l'équipe Sky", conclut Cyrille Guimard.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu



News

Transferts

Publicité

Sondage

Romain Bardet doit-il quitter AG2R La Mondiale à la fin de la saison ?







Publicité

Partenaires

Publicité