Chronique
Chronique - Daniel Mangeas : «Romain Bardet n'aura pas l'angoisse...» Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Chronique - Daniel Mangeas : «Romain Bardet n'aura pas l'angoisse...»

Notre chroniqueur Daniel Mangeas revient en 2020 pour nous parler vélo. L'ancien speaker du Tour de France garde toujours un oeil avisé sur l'actualité cycliste et suit de près les exploits de tous les champions. Il était d'ailleurs présent à Flamanville pour les championnats de France de cyclo-cross, une discipline qu'il apprécie particulièrement et qu'il souhaite voir se développer comme il l'a expliqué à Cyclism'Actu. Daniel Mangeas a également évoqué la saison sur route à venir et attend beaucoup de Romain Bardet, qu'il voit réaliser de grandes choses.

Vidéo - Mangeas : "Bardet avait envie de goûter à autre chose"

 

Daniel, vous étiez présent à Flamanville dimanche dernier pour assister aux championnats de France de cyclo-cross. Une discipline qui semble prendre de plus en plus d'importance dans le cyclisme français...

Pour moi le cyclo-cross peut être un avenir pour le cyclisme, parce que ça se déroule en toute sécurité et que c'est très télévisuel. C'est très agréable à regarder, le public suit en permancence le déroulement de la course... Il y a à chaque fois un beau succès populaire dans le cyclo-cross. C'est une discipline qui attire aussi beaucoup de jeunes, on voit par exemple beaucoup de cadets en Coupe de France.

 

Le cyclo-cross est extrèmement suivi en Belgique et aussi aux Pays-Bas. Comment développer davantage cette discipline en France ?

Il suffit qu'on obtienne des bons résultats à l'international, il y a des organisateurs et des passionnés qui ont envie de développer cette discipline. Si un jour on a un Français qui rivalise avec Mathieu van der Poel, Wout Van Aert ou Toon Aerts, la machine sera lancée. Il faudrait aussi davantage de compétitions de grande envergure sur le sol français, comme on a eu ce dimanche avec la manche de Coupe du Monde à Nommay. En France, on peut conquérir un vrai public de cyclo-cross. C'est vrai que si on avait des coureurs au plus haut niveau mondial, et ça arrive maintenant avec Antoine Benoist ou Mickaël Crispin, qui est devenu champion d'Europe, si ces deux coureurs confirment dans le futur, ils vont revitaliser le cyclo-cross. Après, peut-être qu'ils vont toucher à la route de manière plus intensive plus tard, mais je ne pense pas qu'ils aient envie d'abandonner cette discipline tout de suite.

On a aussi un coureur comme Steve Chainel, ses plus belles années sont derrière lui mais il a quand même failli remporter la Coupe de France cette année, et c'est quelqu'un qui sait motiver les nouvelles générations vers le cyclo-cross. C'est un champion indispensable au développement du cyclo-cross, notamment grâce à sa structure Chazal-Canyon. Il faut des gens comme lui pour faire avancer la discipline.

 

Après plusieurs mois d'attente, la saison sur route va enfin débuter. Les coureurs français seront-ils au rendez-vous ?

Je suis un éternel optimiste, donc je m'attends à de belles choses de la part des coureurs français. Dès février, avec le Grand Prix La Marseillaise, l'Étoile de Bessèges qui fête ses 50 ans, le Tour de La Provence, le Tour du Haut-Var, ça s'annonce très intéressant et relevé. Et avant ça, on a les courses en Australie avec notamment le Tour Down Under où on retrouvera Romain Bardet.

 

En parlant de Romain Bardet, cette saison 2020 s'annonce spéciale pour lui, sans Tour de France mais avec le Tour d'Italie au programme. Est-ce que vous pensez que c'était le bon moment pour lui de découvrir le Giro et de faire l'impasse sur le Tour ?

Ça, lui seul peut le dire, mais j'ai remarqué une chose, c'est qu'il est bien avec lui même. Quand je l'ai vu, je l'ai trouvé bien dans sa tête, et j'ai l'impression qu'il vit cette situation comme un challenge avec une vraie envie de découvrir autre chose, ce qui peut se comprendre. Je l'ai trouvé très heureux et impatient de débuter cette saison et de découvrir son nouveau programme. Et puis il n'est pas sur le Tour cette année, mais il est encore jeune et il retournera sur le Tour dans le futur.

Bardet est passé tout près de la victoire sur le Tour en terminant deuxième puis troisième en 2016 et 2017, mais ces deux dernières années, il était moins en réussite, donc il a envie de goûter à autre chose. Pour moi, le choix qu'il a fait est le bon choix. Peut-être que son année 2020 aurait été bonne s'il était resté sur le Tour, mais il lui aurait été très difficile de vivre une nouvelle année délicate sur le Tour. Là, il va avoir de nouveaux objectifs qui vont alimenter et augmenter sa motivation. Il va débuter la saison motivé, conquérant et sans l'angoisse du Tour de France. Ces deux dernières années, il n'a pas obtenu les résultats qu'il voulait sur le Tour, ça peut entraîner une angoisse et un doute que là il n'aura pas. Cette année, il peut aussi briller aux Jeux Olympiques et aux Mondiaux. Je pense que Bardet va nous apporter de grandes satisfations en 2020, il va croquer sa saison à pleines dents.

 

Attendez-vous un Julian Alaphilippe au même niveau cette année que l'an passé ?

Comme Romain Bardet, lui aussi va croquer sa saison à pleines dents. Dès qu'il est sur un vélo, c'est un combattant, et l'enchaînement des très bons résultats qu'il a obtenus depuis quelques années va se poursuivre. Il a tout le temps envie de donner le meilleur de lui-même, pour lui mais aussi pour le public. Ça le rend heureux de rendre le public heureux. Le cyclisme français est redevenu l'un des meilleurs mondiaux en partie grâce à lui, et ce n'est pas demain que ça va s'arrêter. Bien sûr, Julian sait que ce ne sera pas évident de faire un aussi belle saison cette année, mais il a un tel tempérament qu'il va encore être au top niveau, j'espère autant qu'en 2019.

 

Pour conclure, quelles sont vos prédictions pour 2020 ?

C'est difficile à dire car la compétition n'a pas encore commencé, mais je vois une très belle édition des championnats de France à Plumelec avec Alaphilippe, Bardet, Pinot et Barguil s'expliquer dans le final, sans oublier Benoît Cosnefroy qui a gagné le Grand Prix de Plumelec l'an passé. Je vois aussi un Romain Bardet sur le podium du Giro, et j'espère sur la plus haute marche. Je souhaite également un Français maillot jaune sur le Tour de France, même si je pense que Bernal sera encore un très gros client cette année.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Que retenez-vous de ce 107e Tour de France ?















Publicité

Partenaires

Publicité