Chronique
Chronique - Daniel Mangeas : 'Alaphilippe et Bardet seront là' Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Chronique - Daniel Mangeas : "Alaphilippe et Bardet seront là"

La page des Flandriennes tournée, place aux Ardennaises ! Victorieux sur Paris-Roubaix dimanche dernier, Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step) fait partie des rares coureurs à s'attaquer au Cauberg, au Mur de Huy ou encore à la côte de La Redoute, après s'être frotté aux pavés. Le Belge, quadruple vainqueur de l'Amstel Gold Race, sera-t-il capable de lever les bras sur l'un des volets du triptyque ardennais ? Quid de son coéquipier Julian Alaphilippe, en grande forme ces dernières semaines ? Notre chroniqueur Daniel Mangeas livre son ressenti sur la question. L'ancien speaker du Tour de France dresse également le bilan de la campagne des classiques flandriennes, avec un regard admiratif sur les prestations de Mathieu van der Poel et Wout Van Aert.

Flèche brabançonne - Julian Alaphilippe après sa 2e place

 

Quels enseignements tirez-vous à l'issue de la campagne des Flandriennes ?

D'abord, la confirmation de Mathieu van der Poel. On savait qu'il avait du talent, il gagne A Travers la Flandre et la Flèche brabançonne, il finit quatrième de Gand-Wevelgem et du Tour des Flandres. On peut penser que sans sa chute au Tour des Flandres, il pouvait espérer le podium, voire mieux. On a eu la confirmation d'un talent, ça ne nous a pas surpris. Je pense qu'il ne sera pas loin du vainqueur à l'Amstel dimanche. Il est dans une spirale de victoire, il a un capital confiance. Ce que je retiendrai aussi, c'est le couronnement de Philippe Gilbert à Paris-Roubaix. Quel parcours réalisé depuis sa chute sur les routes du Tour de France ! J'ai assisté à sa rentrée au GP d'Isbergues, qu'il avait gagné, et là il gagne Paris-Roubaix à 36 ans. Le physique a peut-être été martyrisé par cette chute, mais je vois que le mental est intact. Je suis ravi qu'il ait gagné ce Paris-Roubaix, c'est un champion exemplaire. Un grand bravo aussi à Evaldas Siskevicius, courageux devant la voiture balai l’an passé, et qui termine 9e. La persévérance a du bon !

 

Ce printemps est venu apporter la certitude que Wout Van Aert et Mathieu van der Poel seront là dans les années à venir ?

Oui, tout à fait. Comme son père Adrie a brillé dans le Tour des Flandres et l'Amstel, Mathieu veut inscrire le nom Van der Poel de la génération suivante. Et Van Aert a lui aussi prouvé qu'il faudra compter sur lui. C'est une rivalité saine, qui va les amener tous les deux vers les sommets. Ils sont encore en phase de découverte.

 

Philippe Gilbert a atteint son objectif en remportant Paris-Roubaix. Il est capable de réaliser le Grand Chelem en ajoutant Milan-San Remo à son palmarès d'ici la fin de sa carrière ?

Oui, il sait qu'il n'a pas de temps à perdre car il a 36 ans, mais c'est un coureur extraordinaire. Il s'était révélé sur la Coupe de France, sous les couleurs de Marc Madiot. Il sait fixer ses objectifs et je crois qu'il pense très fort à Milan-San Remo, ce qui lui permettrait d'ajouter le Monument qui manque à son palmarès. Depuis le début de saison, il est omniprésent et l'année prochaine, sans trahir un secret, il sera certainement surmotivé au départ de la classique italienne.

 

En revanche, Greg Van Avermaet et Peter Sagan ont déçu sur ces classiques.

Ce n'est pas une grosse surprise, ils pesaient beaucoup moins depuis le début de saison sur les résultats. Toutes les années ne se ressemblent pas, on a parfois plus de mal à prendre le rythme. Les années passent et surtout, l'opposition se muscle, il y a de plus en plus de coureurs qui révèlent leur talent. Plus l'opposition est forte, plus les chances de gagner se réduisent.

 

On a très peu vu Arnaud Démare sur les Flandriennes. A-t-il atteint une sorte de plafond de verre sur ces courses ?

Je ne pense pas. C'est un vrai talent, il a gagné Milan-San Remo, il a déjà brillé sur Gand-Wevelgem, et on voit qu'il y a très peu d'écart entre le 15e et le 3e. Quand il arrivera au départ de Paris-Roubaix en se disant qu'il n'a rien à perdre, c'est peut-être là qu'il obtiendra son meilleur classement. Mais on connaît son attachement pour cette classique, et il a envie de faire du mieux possible, ça ajoute une pression. Si on aborde une Classique un petit peu plus détendu, peut-être que c'est à ce moment qu'on réalise les plus belles choses. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire.

J'y crois toujours, il est encore jeune et des coureurs ont attendu très longtemps pour gagner Paris-Roubaix, rappelons nous de Gilbert Duclos-Lassalle. Il a l'avantage d'avoir des expériences sur la course, c'est quelqu'un de volontaire. Je ne pense pas qu'il y a un plafond de verre. Au-delà de Démare, il faut aussi souligner ce qu'a fait Florian Sénéchal, sixième et premier Français. C'est un classement qui en appelle de meilleurs dans les années à venir. Il y a eu un bon comportement des Français sur Paris-Roubaix, ils sont cinq dans les 20 premiers. Derrière Florian Sénéchal, il y a Adrien Petit, Arnaud Démare, Anthony Turgis et Hugo Hofstetter qui entrent tous dans le top 20. 

 

Pour en venir aux Ardennaises, quel regard portez-vous sur la préparation de Julian Alaphilippe ?

Je pense qu'il va être là. Julian Alaphilippe a déjà connu le podium et la victoire sur les Ardennaises. C'est un gagneur, il ne se contente pas d'une place de deuxième. Il va vouloir retrouver la victoire après sa deuxième place sur la Flèche brabançonne. Il peut en décrocher une, notamment sur la Flèche Wallonne ou Liège-Bastogne-Liège. Son équipe sera encore une fois très forte avec aussi Philippe Gilbert, qui va évoluer chez lui. Gilbert a déjà gagné ces courses, je pense qu'il peut le refaire, et il aura la faveur de tout un public.

 

Qu'en est-il de Romain Bardet, qui vient tout juste de reprendre la course sur Paris-Camembert ?

Romain Bardet sera aussi dans le coup je pense, par rapport à ce que j'ai vu sur Paris-Camembert. Il a fait une bonne rentrée en travaillant pour ses coéquipiers et il a déjà connu le podium à Liège. L'Amstel arrive peut-être un peu trop tôt, mais je le vois bien sur la Flèche et à Liège. Attention aussi à Benoît Cosnefroy, qui vient de gagner Paris-Camembert et qui progresse très vite. On a de bons coureurs français qui sont en train de franchir un palier. Il y a une belle armée française, avec également Rudy Molard et Guillaume Martin, ils peuvent faire de belles choses.

 

Un mot pour finir sur Alejandro Valverde, qui n'a gagné qu'une fois depuis le début de la saison ?

Il arrive sur son terrain. Un coureur est toujours très motivé quand il revient sur un terrain où il a déjà gagné, il a une affection particulière pour ces compétitions, et peut-être que les Ardennaises vont être vraiment le point de départ de sa saison 2019.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Quentin BALLUE

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


Brèves

Transferts


Sondage

Qui remportera le 74e Tour d'Espagne ?















Partenaires