Tour de Lombardie - Cyrille Guimard : «Evenepoel, c'est le grand favori»
Tour de Lombardie
Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Tour de Lombardie - Cyrille Guimard : «Evenepoel, c'est le grand favori»

Cyrille Guimard est de retour sur Cyclism'Actu pour une nouvelle chronique ! Le Druide est d'abord revenu sur le très beau Paris-Roubaix auquel on a assisté dimanche, en mettant notamment l'accent sur la performance de Florian Vermeersch, deuxième derrière Sonny Colbrelli. Ensuite, Cyrille Guimard a évoqué le Tour de Lombardie, le dernier Monument de la saison qui a lieu samedi, avec une bataille attendue entre Remco Evenepoel, Julian Alaphilippe et Primoz Roglic. Dix jours après son deuxième titre de champion du monde, Julian Alaphilippe a remis un dossard ce mercredi à l'occasion de Milan-Turin. Leader de la Deceuninck-Quick Step avec Joao Almeida, le Français a tenu son rang jusqu'à 4,5 kilomètres de l'arrivée, moment où il s'est fait distancer par le groupe des cadors. Arrivé en 25e position à 3'18" de Primoz Roglic (Team Jumbo-Visma), Julian Alaphilippe a senti assez rapidement qu'il devait laisser le leadersphip à son coéquipier portugais, comme il l'a expliqué après la course. La Chronique Cyrille Guimard sur, entre autre, la question et le cas Julian Alaphilippe pour le le Tour de Lombardie, ce samedi.

Vidéo - Cyrille Guimard : "Tout se joue dans l'émotion"

 

Qui va remporter le Tour de Lombardie samedi ?



  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

"Vermeersch est la grande révélation de Paris-Roubaix"

Cyrille, qu'avez-vous pensé de Paris-Roubaix ?

On a vécu une belle course. On a eu des tragédies, des chutes, des crevaisons, des pleurs... Tout ce qu'on aime sur Paris-Roubaix, on l'a eu. C'est aussi dû au fait que personne n'a vraiment dominé la course, et tout s'est joué entre l'échappée du matin et les poursuivants, et finalement les poursuivants ont gagné, même si ça s'est joué à pas grand-chose. C'était vraiment une superbe course avec la révélation d'un espoir de 22 ans, Florian Vermeersch, qui a été absolument fabuleux tout au long de la journée. J'ai rarement vu un coureur de cet âge-là partir dans l'échappée matinale et venir faire le sprint à l'arrivée, alors qu'entretemps il a fait 30 ou 40 kilomètres devant avec un seul compagnon. Pour moi, c'est la grande révélation de Paris-Roubaix.

 

Selon vous, quelle est la place de ce Paris-Roubaix dans l'Histoire de la course ?

C'est difficile à dire. Quand une course crée un maximum d'émotions, elle va rester. Cette année, c'était une course très tactique, faite d'erreurs, et elle a été belle pour les techniciens, pour ceux qui connaissent vraiment le vélo. Pour ceux qui sont en recherche d'émotions, et on l'est tous, c'est différent. La victoire de Van der Poel sur le Tour de France où il prend le maillot jaune, c'est extraordinaire, celle de Julian Alaphilippe la veille aussi. Là, en tant que Français, on n'était pas dans l'émotion car il n'y avait pas de Français devant. On souhaitait presque tous que Mathieu van der Poel l'emporte, parce qu'il est 50% français, mais derrière, il n'y avait pas de coureurs charismatiques ou connus. On a eu un final avec des coureurs qui ne sont pas des stars, en dehors de Mathieu. La fin de course était donc insipide sur le plan du spectacle, alors que ça a été un des plus beaux Paris-Roubaix. Mais on retiendra d'abord les Paris-Roubaix qui ont provoqué de l'émotion. Tout se joue dans l'émotion.

 

"Est-ce que Julian Alaphilippe sera motivé ?"

Désormais, place au Tour de Lombardie samedi, dernier Monument de la saison. À quoi vous attendez-vous sur cette course ?

Je pense que le grand favori est Evenepoel. Un cran en-dessous, on va retrouver Julian Alaphilippe, mais est-ce qu'il aura récupéré psychologiquement de son titre mondial ? Est-ce que Julian sera motivé ? Je ne pense pas qu'il puisse avoir la même motivation, mais c'est quand même un garçon qui a un tout petit peu de talent. Parfois, au fil des kilomètres, on se remet dedans et si la jambe va bien... Mais il est aussi l'équipier d'Evenepoel, donc il faudra voir comment ça va se passer entre eux, même si je fais confiance à Patrick Lefevere et son staff pour bien gérer tout ça. Surtout qu'ils viennent de prendre une petite fessée sur Paris-Roubaix, donc ils vont avoir à coeur de régler les problèmes sur le Tour de Lombardie. Donc on a Alaphilippe et Evenepoel, Primoz Roglic aussi, et après ? Il y a Nibali, il a du métier, il descend bien, il a la science de la course, mais je pense qu'il est quand même un cran en-dessous des autres.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Publicité

Sondage

Qui est la plus grosse déception de la saison 2021 ?















Partenaires

Publicité
Publicité