Bilan 2020
Bilan 2020 - Trek-Segafredo, des gros coups et une grande déception Photo : Sirotti

Bilan 2020 - Trek-Segafredo, des gros coups et une grande déception

En baisse statistiquement parlant en 2019, la Trek-Segafredo avait magnifié sa saison grâce à deux très grandes performances réalisées en fin d'année, en l'occurrence le titre mondial de Mads Pedersen à Harrogate et la victoire sur le Tour de Lombardie de Bauke Mollema. L'optimisme était donc de mise à la veille d'attaquer 2020, la formation américaine ayant de plus accueilli Vincenzo Nibali, l'un des plus grands champions de la dernière décennie, arrivé en provenance de la Bahrain-Merida

Vidéo - Richie Porte a terminé sur le podium du Tour de France 2020

Au final, les coureurs de Trek-Segafredo auront scoré à neuf reprises durant cette saison si particulière, dont six fois en WorldTour. Des résultats qui permettent à l'équipe managée par Luca Guercilena de finir à la sixième place mondiale et de placer deux hommes dans le top 10 du classement individuel, Richie Porte et Vincenzo Nibali, respectivement septième et dixième. Deux coureurs aux destins bien séparés en 2020 et sur lesquels nous allons notamment revenir dans ce bilan consacré à la Trek-Segafredo.

 

La surprise Richie Porte

Il lui aura fallu attendre d'avoir 35 ans pour savourer son podium sur un Grand Tour. Et quel Grand Tour ! Celui qu'il a visé pendant de très nombreuses années mais sur lequel il n'avait jamais connu la réussite, le Tour de France. Équipier de Chris Froome lors de ses années Sky, puis malchanceux en 2017 et 2018 après avoir fini cinquième en 2016 sous les couleurs de la BMC, l'Australien semblait sur la pente descendante depuis son passage chez Trek-Segafredo la saison dernière. Incapable d'accrocher le top 10 lors de la Grande Boucle 2019, il était loin d'être considéré comme un candidat au podium cette année.

Vainqueur du Tour Down Under et troisième du Tour des Alpes-Maritimes et du Var avant le confinement, le natif de Tasmanie a repris la compétition en bonne condition en août dernier - sixième de la Route d'Occitanie et deuxième du Mont Ventoux Dénivelé Challenge - avant de monter sérieusement en puissance durant le Tour de France. Neuvième du général à l'issue des deux premières semaines, il a alors réalisé un excellent passage dans les Alpes et un solide contre-la-montre final pour s'installer sur la troisième marche du podium. Une consécration pour Richie Porte, qui a conclu sa saison par de belles performances sur les classiques ardennaises, et notamment une huitième place lors de La Flèche Wallonne. Mais sa saison était d'ores et déjà réussie dès le 20 septembre dernier.

 

Mads Pedersen remet les pendules à l'heure

Parfois moqué, souvent décrié, Mads Pedersen a connu une saison 2020 en arc-en-ciel loin d'être idyllique. Sentant en permanence  le besoin de devoir prouver qu'il n'était pas un champion du monde au rabais, le Danois de 24 ans a mis beaucoup de temps à se sentir à l'aise dans son costume. Il aura fallu attendre le 6 août et une surprenante victoire au sprint sur le Tour de Pologne - devant un cador de la discipline comme Pascal Ackermann (BORA-hansgrohe) - pour que Mads Pedersen se libére d'un poids qui l'empêchait d'évoluer à son meilleur niveau.

Auteur d'un excellent Tour de France, que ce soit individuellement - deuxième à Nice et sur les Champs-Élysées - ou aux services de Richie Porte, le deuxième du Tour des Flandres 2018 a ensuite brillé sur des terrains qu'il apprécié particulièrement, en finissant tout d'abord cinquième de l'exigeant BinckBank Tour - avec une victoire d'étape en prime - puis en remportant sa première grande classique, à savoir Gand-Wevelgem. Considéré logiquement comme l'un des grands favoris du Tour des Flandres une semaine plus tard, il est en revanche passé à côté de son Ronde (59e), jetant ainsi une légère part d'ombre sur une fin de saison qui a néanmoins dû convaincre les plus sceptiques.

 

La déception Vincenzo Nibali

Il était le chaînon manquant de l'équipe Trek-Segafredo depuis la retraite d'Alberto Contador en 2017. Postulant à une cinquième victoire sur un Grand Tour, Vincenzo Nibali avait ciblé le Tour d'Italie, qu'il avait déjà remporté en 2013 et 2016. Plutôt convaincant avant le confinement - troisième de la Royal Bernard Drôme Classic et quatrième de Paris-Nice - le champion italien, à l'image d'Alejandro Valverde (Movistar), a indiscutablement été déstabilisé par le confinement et l'interruption de la saison.

Semblant dans les temps sur les courses d'un jour italiennes disputées en août, signant notamment deux top 10 sur le Tour de Lombardie et le Tour d'Emilie, le Requin de Messine n'a en revanche jamais réussi à élever son niveau en septembre et en octobre. Dans l'incapacité de se mêler à la course pour le titre mondial à Imola, il a été dominé dans les grandes largeurs sur le Giro par la jeunesse dorée du cyclisme mondial, incarnée sur cette course par Tao Geoghegan Hart (INEOS Grenadiers), Jai Hindley (Sunweb) et Joao Almeida (Deceuninck-Quick Step). "C'est une mauvaise année en effet mais ça peut arriver", expliquait-t-il à La Gazzetta dello Sport il y a quelques jours. "Plusieurs erreurs ont été commises. Le Giro ne s'est pas déroulé comme prévu, cela ne fait aucun doute. Les jeunes ont mieux géré une saison comme celle-ci." Vincenzo Nibali aura donc à coeur de se racheter en 2021.

 

Les soucis physiques de Giulio Ciccone et Bauke Mollema

Auteur d'une saison remarquable en 2019 - victoire d'étape et maillot de meilleur grimpeur sur le Tour d'Italie, port du maillot jaune sur le Tour de France - Giulio Ciccone semblait être sur le chemin de la confirmation. Mais tout a basculé début septembre pour le grimpeur italien, qui a contracté la Covid-19 quelques jours avant le départ de Tirreno-Adriatico, sa dernière course de préparation avant le Tour d'Italie. Aligné tout de même sur les routes du Giro pour soutenir Vincenzo Nibali, il n'aura jamais pu évoluer à son meilleur niveau, se retirant même à une semaine de l'arrivée.

Évoluant sur un front différent de celui de Giulio Ciccone, Bauke Mollema a lui aussi connu un épisode qui a totalement bouleversé sa saison 2020. Très convaincant lors de ses trois courses de rentrée, à savoir la Route d'Occitanie (5e), le Tour de l'Ain (6e) et le Tour de Lombardie (4e), le grimpeur néerlandais réalisait également un bon Tour de France aux côtés de Richie Porte, avant de tomber lors de la treizième étape et de se fracturer le poignet. Son année s'est donc terminée le 11 septembre.

 

La perf' de Stuyven, des Français au niveau, des jeunes à revoir

On ne peut faire un bilan 2020 de la Trek-Segafredo sans évoquer la très belle victoire en février dernier de Jasper Stuyven sur le Circuit Het Nieuwsblad. Souvent placé mais jamais récompensé sur les grandes classiques du Nord - il avait entre autres fini quatrième et cinquième de Paris-Roubaix en 2017 et 2018 - le solide coureur belge de 28 ans avait décroché à cette occasion la plus grande victoire de sa carrière en maîtrisant parfaitement Yves Lampaert (Deceuninck-Quick Step) dans le final. Il s'est en revanche montré décevant lors de la campagne des classiques de fin de saison.

Parmi les coureurs français évoluant à l'étranger, deux figurent dans l'effectif de la formation américaine, Julien Bernard et Kenny Elissonde. Membre de la Trek-Segafredo depuis ses débuts professionnels en 2016 et considéré comme un excellent coéquipier, Julien Bernard a franchi un nouveau cap cette saison en remportant au sommet du Mont Faron sa première victoire personnelle en début de saison sur le Tour des Alpes-Maritimes et du Var. Sur la demande du champion italien, il a également accompagné Vincenzo Nibali sur les routes italiennes en septembre et octobre. De son côté, et même s'il n'a pas gagné ou décroché un résultat marquant, Kenny Elissonde a prouvé que les dirigeants de la Trek-Segafredo avaient eu raison de le recruter en 2020, le natif de Longjumeau ayant effectué tout au long de la saison un précieux travail pour ses leaders dès que la route s'élevait.

 

Outre Vincenzo Nibali, Kenny Elissonde ou encore Alexander Kamp, plusieurs très jeunes recrues avaient signé dans la formation américaine pour la nouvelle saison : Quinn Simmons, Michel Ries, Juan Pedro Lopez et Charlie Quarterman. Si les trois derniers ont beaucoup couru et emmagasiné de l'expérience - Ries et Lopez ayant même disputé le Tour d'Espagne - Quinn Simmons a tout de suite confirmé son immense potentiel à 19 ans. Deuxième du Tour de Hongrie, sixième de la Bretagne Classic ou encore seizième du Tour de Pologne, le champion du monde Juniors 2019 n'a peur de rien et devrait très vite ouvrir son compteur chez les professionnels. Il devra en revanche faire attention à ce qu'il publie sur les réseaux sociaux, un post pro-Trump lui ayant valu une suspension de la part de son équipe.

 

Quelles perspectives pour 2021 ?

Si elle ne pourra plus compter sur Richie Porte, qui a souhaité retourner chez INEOS Grenadiers, l'équipe Trek-Segafredo comptera la saison prochaine sur le retour de Vincenzo Nibali à un niveau plus élevé. Désormais âgé de 36 ans, le vainqueur du Tour de France 2014 va devoir se relever après un exercice 2020 loin de répondre aux attentes de ses dirigeants et de ses supporters. Il en sera de même pour Giulio Ciccone, qui est amené à prendre la suite du Requin de Messine et dont on attend monts et merveilles dans la montagne. Quant à Bauke Mollema, sa légendaire régularité devrait encore assurer de très bons résultats à son équipe.

Pour ce qui est des spécialistes des courses d'un jour, Mads Pedersen, déchu de son maillot arc-en-ciel, aura moins de pression sur les épaules. Il cherchera à remporter son premier Monument et à confirmer ses nouvelles dispositions dans les sprints massifs. Il formera de nouveau un très beau duo avec Jasper Stuyven, duo qui pourrait bien être complété par Quinn Simmons dès la saison prochaine. On surveillera également avec attention les progrès réalisés par Matteo Moschetti, Niklas Eg et Nicola Conci, trois coureurs qui ont montré de belles choses en 2020, et les débuts au plus haut niveau d'Antonio Tiberi, Mattias Skjelmose Jensen et Jakob Egholm, trois des quatre recrues - la dernière étant Amanuel Ghebreigzabhier - de la Trek-Segafredo pour 2021.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Transferts

Publicité

Sondage

Lequel de ces coureurs remportera l'UAE Tour samedi ?












Partenaires

Publicité
Publicité