Bilan 2020
Bilan 2020 - Giacomo Nizzolo et O'Connor font briller NTT Pro Cycling Photo : Sirotti / @ParisNice

Bilan 2020 - Giacomo Nizzolo et O'Connor font briller NTT Pro Cycling

Très décevante depuis deux ans, la formation NTT Pro Cycling - qui prenait la suite de Dimension Data - était attendue au tournant en cette saison 2020. Surtout qu'une arrivée importante était censée redonner un coup de fouet à un effectif somnolent, celle de Bjarne Riis au poste de manager général. Patron à succès chez CSC et Saxo Bank, le Danois revenait dans le vélo après cinq années d'absence afin de permettre à NTT Pro Cycling de remonter dans la hiérarchie des équipes WorldTour. Bilan des courses ? Huit victoires - soit une de plus qu'en 2018 et 2019 - et une 21e place au classement UCI, mais une meilleure impression dégagée et des coureurs qui ont su placer la structure sud-africaine sur le devant de la scène.

Vidéo - Bjarne Riis était le manager de NTT Pro Cycling en 2020

 

Giacomo Nizzolo, la valeur sûre

Excellent sprinteur et coureur capable de s'illustrer sur des parcours difficiles, Giacomo Nizzolo a de nouveau été l'homme clé de NTT Pro Cycling en 2020. Victorieux à quatre reprises cette année - trois fois sous le maillot de son équipe et une fois avec l'Italie à l'occasion des Championnats d'Europe - le Lombard a fait le travail, et ce sur des courses de haut niveau. Vainqueur d'une étape du Tour Down Under et d'une étape de Paris-Nice en début de saison, il s'est également offert un deuxième titre de champion d'Italie après celui décroché en 2016.

Mais ce n'est pas tout pour le sprinteur de 31 ans, qui s'est également illustré lors des classiques en 2020. Deuxième de Kuurne-Bruxelles-Kuurne et sixième du Samyn avant l'interruption des compétitions, il est enfin parvenu à peser en août sur le Monument qui lui convient le mieux et qui le fait rêver, Milan-San Remo. Jamais mieux que vingtième de la Primavera en quatre participations, il s'est cette fois-ci bien mieux comporté en prenant une prometteuse cinquième place. Touché au genou sur le Tour de France, sa belle saison s'est arrêtée de façon précoce, cette blessure le contraignant à faire l'impasse sur le Tour d'Italie et les classiques flandriennes.

 

Domenico Pozzovivo, le retour du "survivant"

"J’ai vu la mort en face. Je craignais une hémorragie interne. Quand vous voyez ce qu'il s’est passé, j'ai l'impression d'être un vrai survivant. C’est un miracle" : voici ce qu'avait déclaré Domenico Pozzovivo à la Gazzetta dello Sport en janvier dernier. Des mots qui rendent encore plus admirables les résultats obtenus en 2020 par celui qui avait été violemment percuté par une voiture en août 2019, un choc lui causant de grosses blessures au bras gauche et à la jambe droite. Recruté par NTT Pro Cycling malgré les doutes existant sur son retour au plus haut niveau, l'ancien coureur de la Bahrain-Merida a prouvé aux dirigeants de la structure sud-africaine qu'ils avaient eu raison de lui tendre la main.

Dans le coup dès le début de la saison avec des top 15 obtenus au classement général du Tour de La Provence et de l'UAE Tour, c'est surtout lors du dernier Tour d'Italie que l'Italien a surpris tout le monde. Dans une forme étincelante lors deux premières semaines et quatrième du classement après treize étapes, le grimpeur de poche semblait alors pouvoir monter à 37 ans sur son premier podium d'un Grand Tour. La dernière semaine fut cependant celle de trop pour Domenico Pozzovivo, qui ne put accrocher les meilleurs dans la montagne, ce qui finira par lui coûter une place dans le top 10 à Milan (11e). Mais l'essentiel était ailleurs pour le natif de Policoro, qui a montré en 2020 qu'il était bel et bien toujours au niveau.

 

Ben O'Connor, Gino Mäder et Matteo Sobrero s'illustrent sur les Grands Tours

Grand espoir du cyclisme australien, Ben O'Connor avait très vite confirmé son potentiel en 2018 sur les courses par étapes, terminant notamment onzième du Tour de Catalogne et septième du Tour des Alpes - avec une victoire d'étape en prime - avant d'effectuer un très bon Tour d'Italie - il était douzième du général - jusqu'à son abandon lors de la 19e étape. Après ça ? Plus grand chose ou presque, sa saison 2019 s'étant avérée très décevante.

Le grimpeur de 25 ans devait donc une revanche à ses dirigeants cette saison, ce qu'il a parfaitement su faire en remportant une étape sur l'Etoile de Bessèges en février, puis en montrant une santé éclatante lors de la dernière semaine du Tour d'Italie en octobre. Deuxième à San Daniele del Friuli derrière Jan Tratnik (Bahrain-McLaren), il trouva la force de repartir au combat dès le lendemain, se montrant alors le plus fort des échappés dans la montée finale de Madonna di Campiglio. Futur coureur d'AG2R Citroën Team, il a ainsi terminé son aventure avec l'équipe sud-africaine de la plus belle des façons.

Moins en réussite que Ben O'Connor puisqu'ils n'ont pas eu l'occasion de lever les bras en 2020, les jeunes Gino Mäder et Matteo Sobrero ont eux aussi montré de très belles choses sur les Grands Tours. Pour sa deuxième saison dans l'élite, le Suisse de 23 ans s'est véritablement révélé à l'occasion du Tour d'Espagne, qu'il a conclu au vingtième rang du classement général. Mais c'est surtout sa deuxième place derrière David Gaudu (Groupama-FDJ) au sommet de la Covatilla qui a le plus impressionné, le troisième du Tour de l'Avenir 2018 s'offrant ainsi son premier très grand résultat chez les professionnels. Quant à Matteo Sobrero, il a confirmé ses grosses qualités de rouleur en terminant cinquième du Championnat d'Italie, mais surtout septième et onzième des deux premiers chronos disputés sur le Giro.

 

Victor Campenaerts pas en réussite, les déceptions Valgren, Meintjes et Boasson Hagen

Pour sa première saison sous ses nouvelles couleurs après deux années passées chez Lotto Soudal, Victor Campenaerts n'aura pas eu l'honneur de glaner un bouquet. Figurant toujours parmi les meilleurs rouleurs du monde, le Belge est, malheureusement pour lui, tombé à plusieurs reprises sur un impérial Filippo Ganna (INEOS Grenadiers), qui l'a dominé sur le Tour d'Italie et sur Tirreno-Adriatico. Battu également aux Championnats de Belgique par Wout Van Aert (Jumbo-Visma) et sur une étape en ligne du Giro par Jan Cerny (CCC Team), il a ainsi décroché quatre places de deuxième tout au long de la saison. Sa médaille de bronze décrochée aux Championnats d'Europe demeure tout de même une belle satisfaction.

Quel est le point commun entre Michael Valgren, Louis Meintjes et Edvald Boasson Hagen ? Ils vont tous les trois quitter NTT Pro Cycling le 31 décembre prochain sans avoir particulièrement brillé en 2020. Arrivé en 2019 en provenance d'Astana, le Danois a complètement manqué son passage dans l'équipe sud-africaine, à qui il n'aura apporté aucun podium ! Le bilan est le même pour Louis Meintjes, dont les deux top 10 décrochés sur le Tour de France en 2016 et 2017 semblent bien loin malgré un léger mieux constaté cette saison à l'occasion de Tirreno-Adriatico (12e) ou du Tour de Burgos (14e). Quant à Edvald Boasson Hagen, qui avait apporté de beaux succès à sa formation les années précédentes, il n'a pu cette fois trouver l'ouverture, et notamment lors de la septième étape du Tour de France bouclée en deuxième position derrière Wout Van Aert (Jumbo-Visma).

 

Un nouveau nom, Qhubeka Assos, et un nouvel élan en 2021 ?

Lâché par NTT, qui a souhaité se désengager de l'équipe cycliste, et par Bjarne Riis, qui a donné sa démission, Douglas Ryder, le propriétaire de la structure sud-africaine, s'est battu comme un lion pour assurer la survie de cette dernière. Et ses efforts et son obstination ont fini par payer, la marque de vêtement suisse Assos s'engageant pour la saison 2021. Nommé Team Qhubeka Assos à partir du 1er janvier prochain et disposant d'un budget en nette diminution, l'ancienne NTT Pro Cycling a dû également se reconstruire un effectif, 19 coureurs ayant fait leurs valises, dont Michael Valgren (EF Education-NIPPO), Roman Kreuziger (Gazprom-RusVelo), Edvald Boasson Hagen (Total Direct Energie) ou encore Gino Mäder (Bahrain-McLaren).

En contrepartie, 17 nouveaux coureurs porteront les couleurs de Qhubeka Assos la saison prochaine. En quête de rachat après trois années très compliquées chez UAE-Team Emirates, Fabio Aru tentera de se reconstruire, puis de retrouver son meilleur niveau. Recrutés également cet automne, Sergio Henao (UAE-Team Emirates), Simon Clarke (EF Pro Cycling) ou encore Kilian Frankiny (Groupama-FDJ) présentent également des profils susceptibles d'apporter de bons résultats à Qhubeka Assos. Restés fidèles à Douglas Ryder, Victor Campenaerts, Giacomo Nizzolo, Domenico Pozzovivo et Max Walscheid - deux victoires en 2020 - auront également des responsabilités sur les épaules et tenteront de porter une équipe qui, sur le papier, sera de nouveau l'une des plus faibles du WorldTour.

 

Mouvements

Arrivées : Sean Bennett (EF Pro Cycling), Lukasz Wisniowski (CCC Team), Karel Vacek (Colpack Ballan), Simon Clarke (EF Pro Cycling), Kilian Frankiny (Groupama-FDJ), Dimitri Claeys (Cofidis), Connor Brown (NTT Continental), Harry Tanfield (AG2R La Mondiale), Emil Vinjebo (Riwal Securitas), Fabio Aru et Sergio Henao (UAE-Team Emirates), Lasse Norman Hansen (Alpecin-Fenix), Matteo Pelucchi (Bardiani-CSF-Faizanè), Sander Armée (Lotto Soudal), Mauro Schmid (Leopard Pro Cycling), Bert-Jan Lindeman (Jumbo-Visma), Robert Power (Sunweb)

Départs : Ben O'Connor (AG2R La Mondiale), Ryan Gibbons (UAE-Team Emirates), Rasmus Tiller (Uno-X Pro Cycling Team), Amanuel Ghebreigzabhier (Trek-Segafredo), Michael Valgren (EF Pro Cycling), Edvald Boasson Hagen (Total Direct Energie), Roman Kreuziger (Gazprom-RusVelo), Louis Meintjes (Circus-Wanty Gobert), Ben King (Rally Cycling), Samuele Battistella, Stefan de Bod et Matteo Sobrero (Astana), Michael Carbel, Enrico Gasparotto et Jay Robert Thomson (Retraite), Gino Mäder (Bahrain-McLaren), Danilo Wyss (fin de contrat), Benjamin Dyball (Team UKYO), Shotaro Iribe (Weakling Pedal Cycling Team)

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Transferts

Publicité

Sondage

Lequel de ces coureurs remportera l'UAE Tour samedi ?












Partenaires

Publicité
Publicité