Tour de Suisse
Tour de Suisse - Tony Martin a 'pensé à la victoire' Photo : Sirotti

Tour de Suisse - Tony Martin a "pensé à la victoire"

 

Tony Martin, maillot jaune du Tour de Suisse

Tony Martin aime la Suisse ! Il y habite même… Le Tour de Suisse passera d’ailleurs très proche demain, mardi. Alors que pouvait-il rêver de mieux que d’être en jaune. Mais ce n’est pas de tout repos. Après sa victoire sur le chrono’ d’ouverture samedi, sur la deuxième comme sur cette troisième étape, la route n’était pas toute plate. Avec une équipe Omega Pharma – Quick Step dessinée autour de Tom Boonen et Mark Cavendish, ce n’est pas évident. On a d’ailleurs vu le maillot jeune tirer lui même le peloton et notamment dans les 400 derniers mètres.

« L’étape n’était pas simple. Je suis beaucoup plus épuisé aujourd’hui qu’après l’étape d’hier malgré ses trois grands cols. Au départ j’avais l’impression que mes autres concurrents étaient assez fatigués par l’étape d’hier. Mais très vite après la pleine aujourd’hui, on a commencé les ascensions. Avec la première échappée, avec Martin Kohler et Steven Kruiswijk, c’était simple de gérer. Mais la deuxième avec Danilo Wyss et Nino Schurter notamment… Ce n’était pas pareil. L’équipe a fait un super travail. Mais oui, dans le final, je me suis retrouvé seul, devant pour éviter les attaques. Si bien que j’ai pensé attaquer pour aller chercher la victoire d’étape. Mais c’était trop risqué. La journée n’avait pas été simple et j’avais peur qu’en faisant ça, si je me faisais reprendre, je perde du temps bêtement. J’ai préféré jouer la prudence. »

Les grands rendez-vous de ce Tour de Suisse seront ce week-end après le chrono’ de vendredi. En attendant, Tony Martin peut espérer garder son maillot jaune. « Je vais voir jour après jour. Mon prochain objectif est bien sûr le chrono’ de vendredi (ndlr : un chrono’ de 24,5 kilomètres pas tout plat). Après ce sera plus dur pour moi avec les deux arrivées à ascension au sommet de Verbier et de Saas Fee. »

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Antoine PLOUVIN