Tour de l'Avenir
Tour de l'Avenir - 10 coureurs à suivre dans le futur Photos : @TourdelAvenir - Mathilde L'Azou - FB

Tour de l'Avenir - 10 coureurs à suivre dans le futur

 

Cyclism'Actu - Votre site internet de l'Actu Cyclisme

Le Tour de l'Avenir 2014 s'est achevé, ce samedi, par une étape de folie entre Saint-Michel-de-Maurienne et La Toussuire ! Effectivement, dans cette ultime journée de course, le Belge Louis Vervaeke, le favori de l'épreuve au départ de Saint-Flour, a tout tenté pour renverser le Colombien Lopez, alors solidement installé dans sa tunique jaune de leader du classement général, en partant de très loin, à plus de 80 kilomètres de la ligne finale, mais, sans réussite. Finalement, c'est bien Miguel Angel Lopez (Colombie), le meilleur grimpeur du lot, qui a été le seul coureur de cette édition 2014 à inscrire son nom au palmarès du Tour de l'Avenir. Après une très belle semaine de course entre Auvergne et Rhône-Alpes, Cyclism'Actu a décidé de tirer un bilan complet de cette 51e édition du Tour de l'Avenir, en sortant 10 noms de coureurs qui ont marqué cette édition 2014 et qui seront assurément à suivre dans le futur :

 

Miguel Angel Lopez (20 ans, Colombie), vainqueur du général :

 

Au départ du Tour de l'Avenir 2014, Miguel Angel Lopez était pratiquement un inconnu. Une semaine plus tard, après son magnifique succès dans la plus grande course du calendrier Espoirs, tout le monde se l'arrache ! En effet, la carrière, et même la vie, du jeune Colombien a pris un tout autre tournant durant cette semaine de course entre Auvergne et Rhône-Alpes. Avant reconnu dans son pays pour ses qualités de "coureur complet", Lopez est désormais convoité par le monde entier ! Originaire de Pesca, il a débuté le cyclisme en compétition il y a maintenant trois saisons. Depuis, il est tombé amoureux du sport cycliste ! D'ailleurs, un jour il a même réussi à faire fuir des voyous qui voulaient lui voler son vélo. Dans cette histoire pas si anodine que cela, il avait tout de même reçu un coup de couteau à la jambe, mais il avait gagné un nouveau surnom : Superman. Sa principale référence avant ce Tour de l'Avenir n'était autre qu'une victoire sur la Vuelta a la Juventud en 2014, une épreuve phare du calendrier Espoirs en Colombie. Lopez a construit sa victoire sur le Tour de l'Avenir 2014 en 3 temps. Il a, d'abord, réalisé un honorable prologue dans les rues de Saint-Flour, où il a terminé 13e à 11'' du vainqueur, Campbell Flakemore (Australie). Il a, ensuite, prouvé qu'il était le meilleur grimpeur du peloton, en terminant 3e, 5e et 1er des trois premières étapes de montagne. Il a, enfin, démontré tout son "sens tactique" en gérant bien la chevauchée, presque fantastique, du Belge Louis Vervaeke, qui a tenté le coup d'Etat samedi. Pour résumer, le Colombien n'a pas volé sa victoire ! Son avenir ? Il semble doré ! Miguel Angel Lopez sera à suivre de très près dès la saison 2015, où il serait pressenti du côté de la ... Colombia, malgré l'insistance des meilleures formations du World Tour.

 

Robert Power (19 ans, Australie), 2e du général :

 

Derrière l'intouchable Colombien Miguel Angel Lopez, on retrouve l'Australien Robert Power. 2e du classement général, à 30'' du maillot jaune, le jeune Australien de 19 ans a tout simplement été le meilleur grimpeur de ce Tour de l'Avenir 2014 derrière Lopez, et à égalité avec le Russe Aleksey Ribalkin, 3e. Power a d'ailleurs été le seul à suivre Lopez lors de la montée de La Rosière, sur la 6e étape, là où le Colombien a façonné sa victoire finale. Sa place de second, il l'a doit surtout à sa régularité implacable en altitude : 8e, 4e, 2e et 5e des quatre étapes de montagne. Mais, le fan de Cadel Evans n'a pas forcément gagné son podium en montagne. En effet, c'est son très bon prologue d'ouverture, dans les rues de Saint-Flour, où il a terminé 4e à seulement 4'' de son coéquipier et vainqueur Campbell Flakemore, qui lui a permis d'être second au final devant Ribalkin. Lors de cet unique effort solitaire, le leader de l'équipe d'Australie a été le meilleur de tous les grimpeurs. Preuve qu'il est aussi fort en contre-la-montre qu'en montagne ! Ses qualités de rouleur, il les a acquises sur la piste, lieu du commencement de son histoire avec le vélo, il y a maintenant 6 ans. Également 4e du classement du meilleur sprinteur et 2e du classement du meilleur grimpeur, Power a donc été présent sur tous les fronts. À 19 ans, le vainqueur du GP Capodarco - Comunità di Capodarco a impressionné. Et, il semble désormais logique de dire que le natif de Perth, au sud-ouest de la côte occidentale de l'Australie, a un bel avenir devant lui ! Power représente le futur du cyclisme australien dans les courses par étapes, avec son compatriote Jack Haig, 20 ans, 12e du Tour de l'Avenir. Pour information, le jeune Power n'a toujours pas signé de contrat pro pour la saison prochaine. Même si cela peut paraître un peu tôt, à 20 ans, les offres des équipes du World Tour ne vont pas manquer ! Mais, lui, n'a qu'un seul rêve : courir le Tour de France avec l'équipe ... Orica-GreenEDGE. Son avenir semble donc tracer chez les Aussies !

 

Aleksey Ribalkin (20 ans, Russie), 3e du général :

 

Au départ du Tour de l'Avenir 2014, le Russe Aleksey Ribalkin était le co-leader de son équipe nationale avec Alexander Foliforov. Au final, après une semaine de compétition dans le centre et dans l'est de la France, c'est le plus jeune des deux qui a terminé sur le podium de la course, l'objectif initial de la Russie. La 3e place de Ribalkin est plutôt logique à la vue de ses performances en haute montagne. Un peu en retrait lors de la première arrivée en altitude, au Plateau de Solaison, 7e, Ribalkin a, ensuite, fait jeu égal avec le vainqueur de l'épreuve Miguel Angel Lopez (Colombie). 3e des deux dernières étapes décisives, à La Rosière puis à La Toussuire, le jeune Russe de 20 ans vient de prouver toutes ses qualités de pur grimpeur, déjà montrées en début de saison sur la Vuelta a Castilla y Leon, où il avait terminé 4e du classement général. Le coureur de l'équipe Lokosphinx peut donc sortir de ce Tour de l'Avenir 2014 avec la tête haute, même s'il aurait pu terminer second avec un meilleur prologue, 69e, une discipline qui est un peu son point faible. Mais, à 20 ans, sa marge de progression est encore considérable !

 

Louis Vervaeke (20 ans, Belgique), 5e du général :

 

Au départ de Saint-Flour, le Belge Louis Vervaeke apparaissait clairement comme le favori numéro 1 de ce Tour de l'Avenir 2014. Rien de plus normal après ses magnifiques succès du début de saison : vainqueur notamment sur la Ronde de l'Isard et sur le Tour des Pays de Savoie. Professionnel depuis le 1er juillet dans la formation Lotto-Belisol, le Tour de l'Avenir était l'objectif prioritaire de Vervaeke, en 2014, pour sa dernière saison chez les Espoirs. 5e au final, à 1'15'' du vainqueur Miguel Angel Lopez (Colombie), le natif de Renaix, au coeur des Ardennes Flamandes, ne disposait peut-être pas de sa forme du mois de juin et ses adversaires étaient sûrement plus forts qu'il y a deux mois. Malgré sa 10e place sur le prologue inaugural, le jeune Belge de 20 ans a été un peu l'ombre de lui-même jusqu'au dernier jour de la course. 9e, 15e et 8e des trois premières arrivées au sommet, Vervaeke s'est, en effet, montré au grand jour, samedi, lors de la dernière étape entre Saint-Michel-de-Maurienne et La Toussuire. Mais quel grand jour, où il a d'ailleurs failli renverser la situation en sa faveur ! Maillot jaune virtuel jusqu'au pied de l'ascension finale vers La Toussuire, après un numéro de toute beauté, à l'avant, entre le Col du Molard et le Col de la Croix de Fer, Vervaeke a échoué de peu dans sa tentative de "coup d'Etat". Même s'il n'a finalement pas réussi à remporter le classement général, Louis Vervaeke peut tout de même se targuer d'avoir remporté cette dernière étape, en hommage à son compatriote Igor Decraene décédé le même jour, après un long raid de 85 kilomètres à travers les Alpes. Une "simple" performance qui en dit très long sur le talent du Belge ! En venant sur ce Tour de l'Avenir, Vervaeke, avec la pancarte dans le dos, "avait plus à perdre qu'à gagner". Au final, il a perdu un peu, mais il a quand même gagné quelque chose ! En effet, sur ce Tour de l'Avenir 2014, où il visait "un Top 5 et une victoire d'étape", il a effacé, pour de bon, la "plus grande déception de (sa) carrière", qu'il avait connu l'an dernier, à pareille époque, dans le Col de la Madeleine, sur la 4e étape du Tour de l'Avenir 2013. Une bonne chose de faite avant de poursuivre sa carrière dans le World Tour sur le GP de Québec, le GP de Montréal, le Tour de Pékin et peut-être même le Tour de Lombardie. Un nouveau monde qui ne devrait pas être trop grand pour le jeune Belge !

 

Alexander Foliforov (22 ans, Russie), 4e du général : 

 

Après un gros début de saison, Alexander Foliforov arrivait sur le Tour de l'Avenir 2014 avec de grandes ambitions. Sans chiffrer réellement son objectif de départ, le Russe pouvait clairement viser un podium sur la plus grande course du calendrier Espoirs. Et ses performances sur la dernière édition de la Ronde de l'Isard, au mois de mai, où il avait gagné deux étapes et terminé 6e du classement général, n'allaient pas contredire cela. Mais, au final, le Russe de 22 ans a terminé au pied de ce podium, 4e à 51'' du vainqueur Miguel Angel Lopez (Colombie), et derrière son compatriote Aleksey Ribalkin. Une performance honorable pour le natif de Kovrov, une ville de l'oblast de Vladimir. Le coureur de l'équipe Itera-Katusha, peut-être un peu moins frais que ses concurrents, a été très régulier en haute montagne : 6e, 2e, 4e et 2e des quatre arrivées en altitude de ce Tour de l'Avenir. Le Russe a donc tenu son rang en montagne, là où il était attendu. Dans les ascensions, il a été le quatrième homme de ce Tour de l'Avenir, devant des coureurs comme Vervaeke et Latour, et derrière Lopez, Power et Ribalkin. Pour le reste, il a réalisé un bon, mais décevant, prologue. À la vue de ses qualités de rouleur, entrevues notamment sur la Settimana Internazionale Coppi e Bartali, où il avait terminé 5e du contre-la-montre final, Foliforov aurait pu mieux faire. Malgré cela, cette 4e place sur le Tour de l'Avenir 2014 reste un beau résultat pour Alexander Foliforov, qui a prouvé sa constance tout au long de la semaine française. Une autre qualité qui devrait bien lui servir dans le futur, qu'il souhaite sûrement poursuivre, dès 2015, du côté de la formation Katusha !

 

Pierre-Roger Latour (20 ans, France), 6e du général : 

 

À Saint-Flour, au départ du Tour de l'Avenir 2014Pierre-Roger Latour était annoncé comme le leader de l'équipe de France. Finalement 6e du classement général, à 2'25'' du vainqueur Miguel Angel Lopez (Colombie), il a démontré qu'il n'avait pas volé sa place. Bien aidé par un bon collectif France, et surtout par un solide Jérémy Maison en montagne, très bon 9e du général, le Français de 20 ans a tenu la dragée haute pendant cette semaine de compétition. En effet, le coureur du Chambery CF, a, d'abord, réalisé un prologue correct sous la pluie battante à Saint-Flour, 48e, puis il a, ensuite, imposé ses qualités de grimpeur en terminant 4e, 6e, 5e et 6e des quatre dernières étapes de ce Tour de l'Avenir. Le futur coureur de l'équipe AG2R La Mondiale, est "content" du résultat, mais aussi "déçu d'avoir perdu du temps les deux derniers jours". Le bilan final du natif de Romans-sur-Isère, dans la Drôme, est donc mitigé, mais il a tout de même tenu son rang, ancré depuis le début de saison : 17e de la Ronde de l'Isard, 5e du Tour des Pays de Savoie et 9e du Tour de l'Ain. Latour peut aussi être fier d'avoir rempli correctement son rôle de leader de l'équipe de France, une chose pas toujours facile pour un jeune de 20 ans, qui a débuté le cyclisme en 2008 et qui a connu le maillot national dès les Juniors en 2011. La nouvelle pépite française pour les courses par étapes, c'est lui !

 

Campbell Flakemore (22 ans, Australie), vainqueur du prologue :

 

L'Australien Campbell Flakemore a été le premier maillot jaune de ce Tour de l'Avenir 2014 ! Oui, c'est ce jeune Australien de 22 ans qui a remporté le prologue de Saint-Flour et qui a donc, par conséquent, porté la tunique jaune sur la 1ère étape, entre Saint-Flour et Brioude. Pendant la semaine française, Flakemore a été l'un des fers de lance du cyclisme australien avec Robert Power, 2e du général, Jack Haig, 12e, et Caleb Ewan, vainqueur de la 2e étape. Cette équipe d'Australie a, d'ailleurs, impressionné en imposant son rythme à la fois en plaine et en montagne. Mais, avant sa démonstration en peloton, l'Australie avait déjà brillé sur une épreuve individuelle, lors du prologue, où elle avait terminé en jaune, grâce au très grand chrono de Campbell Flakemore. Le natif d'Hobart, en Tasmanie, qui aimerait ressembler à Richie Porte, a donc été le meilleur chronoman de ce Tour de l'Avenir 2014 ! Le chrono justement, il en a fait sa spécialité cette saison : 2e du Championnat d'Océanie Espoirs et 4e du Championnat d'Australie Espoirs du contre-la-montre. Sur ce point-là rien à dire, il est l'un des tous meilleurs Espoirs au monde et ceci est déjà une bonne base pour passer un nouveau cap : signer dans une équipe du World Tour. Mais, ce n'est pas tout, Flakey, son surnom dans l'Avanti Racing Team, a aussi démontré de belles dispositions en montagne, en soutien de ses leaders, Power et Haig, en terminant 20e de la dernière étape à La Toussuire. Le garçon a donc un profil plutôt complet et sera à suivre de près dans un futur proche et lointain.

 

Emanuel Buchmann (21 ans, Allemagne), 7e du général : 

 

Au départ du Tour de l'Avenir 2014, la star de la sélection d'Allemagne était Silvio Herklotz, 3e du Szlakiem Grodòw Piastowskich, 8e du Rhône-Alpes Isère Tour, 6e du Tour de Luxembourg et 12e du Tour Alsace en 2014. Une semaine plus tard, le coureur du Team Stölting est toujours la tête de gondole allemande, mais un coureur s'est rapproché de son trône : Emanuel Buchmann. Deux ans plus âgé qu'Herklotz, 17e de la course, le coureur de la formation Rad-Net Rose Team, a réalisé un très bon Tour de l'Avenir : 7e du classement général final et trois Top 10 d'étapes. Une belle performance pour le natif de Ravensburg, une ville du Bade-Wurtemberg dans le sud-ouest de l'Allemagne. Buchmann, qui a débuté le vélo à l'âge de 14 ans, est un grimpeur longiligne : 1m81 pour 64 kilos. Ses performances en montagne pendant ce Tour de l'Avenir attestent ses qualités-là : 11e, 10e, 9e et 7e des arrivées au sommet. Emu, son surnom, est aussi un honorable rouleur et sa 32e place sur le prologue de Saint-Flour ne contredit pas cela. Sa faiblesse ? "Le sprint". Pas tant que cela puisqu'il a tout de même terminé 21e de l'arrivée massive à Brioude, et donc 18e du peloton, lors de la première étape de ce Tour de l'Avenir, qui l'aura révélé au grand public. Avec Silvio Herklotz et Emanuel Buchmann, le futur du cyclisme allemand s'annonce donc plutôt radieux. Le Tour de l'Avenir 2014 du second prouve en tout cas que l'Allemagne va disposer, dans les années à venir, d'un nouveau coureur pour les course par étapes. Et ça, ce n'est pas de refus pour un pays qui compte surtout des sprinteurs et des rouleurs !

 

Davide Martinelli (21 ans, Italie), maillot vert  :

 

Depuis quelques années, l'Italien Davide Martinelli apparaît comme un bon rouleur-sprinteur en devenir. Sur le Tour de l'Avenir 2014, le fils de Giuseppe Martinelli, manager de l'équipe Astana, a, cette fois, confirmé pour de bon ses prédispositions au plus haut niveau Espoirs. Et son maillot vert final parle pour lui ! Le coureur du Team Colpack, né à Brescia en 1993, avait un grand objectif sur ce Tour de l'Avenir : remporter le prologue à Saint-Flour et porter le premier maillot jaune de l'épreuve. Le Champion d'Italie Espoirs du contre-la-montre n'est pas passé bien loin d'assouvir son envie : battu pour une seule petite seconde par l'Australien Campbell Flakemore. Une déception qu'il a vite voulu effacer en jouant le jeu du maillot vert. Rôdé au cyclisme sur la piste, Martinelli a alors tout fait pour remporter cette tunique verte : en terminant, notamment, 6e des deux premières arrivées au sprint et en remportant le sprint intermédiaire lors de l'étape de montagne arrivant aux Carroz d'Arraches. Après une rude bataille avec le Colombien Fernando Gaviria, 20 ans et 2e de ce classement, Martinelli a finalement remporté ce maillot vert du meilleur sprinteur à la Peter Sagan, en allant chercher des points un peu n'importe où. Le médaillé d'argent sur le Championnat d'Europe du contre-la-montre Espoirs 2014 semble donc avoir un bon sens tactique et un beau moteur sous le capot. Il va, d'ailleurs, pouvoir démontrer tout cela chez les pros, et dès maintenant, à l'occasion de son stage au sein du Team Sky, qui n'a pris qu'un seul stagiaire cette saison. Preuve que l'Italien, qui souhaite vite se faire un ... prénom, a quelque chose pour lui !

 

Dylan Teuns (21 ans, Belgique), vainqueur de la 5e étape : 

 

Au départ du Tour de l'Avenir 2014, le talent de Dylan Teuns n'était déjà plus à prouver. Mais la plus grande course du calendrier Espoirs a tout de même confirmé un peu plus que ce jeune Belge de 21 ans avait tout l'avenir devant lui ! En effet, en remportant en solitaire la 5e étape, au sommet des Carroz d'Arraches, le natif de Diest, dans la province du Brabant Flamand, a prouvé que son profil de chasseur d'étapes et de gagneur n'était pas usurpé. Avant cette grande performance, le stagiaire à la BMC Racing Team, où il y passera pro dès le 1er janvier 2015, avait déjà remporté une étape sur le Tour de Bretagne et sur le Giro Ciclistico della Valle d'Aosta Mont Blanc et s'était classé second de Liège-Bastogne-Liège Espoirs et de l'Omloop Het Nieuwsblad Espoirs. Et pour sa première course sous les couleurs de la BMC, Teuns avait bouclé le Tour de l'Utah à la 18e place finale avec le maillot de meilleur jeune en prime. Un grand résultat ! Ni pur grimpeur ni pur sprinteur, le fan de Philippe Gilbert, est en tout cas un bon mélange des deux ! Teuns, qui raffole des pâtes, rêve de gagner Liège-Bastogne-Liège. Son Tour de l'Avenir 2014, terminé à la 22e place finale, a prouvé à tout le monde qu'il avait déjà certaines qualités indispensables pour remporter, un jour, ce Monument du cyclisme. Avant de penser à cela, Teuns a encore un objectif en 2014 : la course en ligne des Championnats du Monde Espoirs à Ponferrada en Espagne. Le Belge semble, en tout cas, avoir le profil adéquat pour ce circuit espagnol. Et quand on connaît la précision de Teuns au moment où il faut mettre la balle au fond, il se pourrait bien que ce grand Belge empoche un dernier accessit mondial chez les Espoirs avant de poursuivre sa carrière dans le World Tour.

 

Alexis ROSE.


Photos : Mathilde L'Azou.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Alexis ROSE