Tour de France
Tour de France - Fayet : 'Sky le gagnant, le cyclisme perdant' Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Tour de France - Fayet : "Sky le gagnant, le cyclisme perdant"

Membre de l'équipe des chroniqueurs de Cyclism'ActuMarc Fayet vous livre aujourd'hui son regard sur la 12e étape du Tour de France, remportée par le maillot jaune Geraint Thomas (Team Sky) à l'issue d'un final mouvementé où l'hostilité de certains spectateurs à l'égard de Christopher Froome a marqué les esprits. Auteur dramatique et comédien présent sur les scènes de théâtre depuis près de 30 ans, Marc Fayet est également un fervent défenseur du cyclisme, lui qui est notamment impliqué auprès du Tour du Finistère, de la LNC, de la FFC et de l'UNCP. Il n’en demeure pas moins un libre penseur. C’est son regard décalé et malicieux que nous vous proposons de découvrir régulièrement sur Cyclism'Actu.

Nicolas Portal : "J'ai ce sentiment de honte"

Ce matin je n’ai pas acheté la presse, je n’ai pas allumé ma radio ni ouvert ma télévision. Je n’ai consulté aucun site d’information, prêté attention à aucune alarme sur mon téléphone, ni lu aucun mail de mes amis plus ou moins bien intentionnés, je me suis même bouché les oreilles en prenant mon café au bistrot du coin pour ne pas entendre les commentaires de ceux qui pensent détenir la vérité, surtout depuis qu’ils sont tous champions du monde. Le café du commerce a pris le pouvoir et je ne veux pas m’y résoudre. Non, ce matin à cause d’hier -qui est la conséquence d’avant-hier et le résultat de ces neufs derniers mois passés- j’ai voulu me préserver de ce qui ne pourrait qu’alimenter à tort ou à raison l’ensemble des commentateurs du plus grand événement sportif mondial. La raison en est simple : nous connaissons le vainqueur du Tour 2018 et je doute que ça réjouisse beaucoup de monde car s’il y en a un qui devait ne pas l’emporter selon le souhait d’une prétendue justice c’est bien lui, ou bien l’autre, et ceux qui les entourent, lui, ou bien l’autre, et le voile flou qui enveloppe l’ensemble de l’organisation qui les ont fait grandir, s’épanouir et s’affranchir. Moi je ne sais pas, je suis comme vous, je lis et je tente de faire le tri sans n’avoir aucun dossier sous les yeux qui m’éclaire enfin sur l’épisode le plus rocambolesque que le vélo ait connu depuis longtemps. Alors je laisse les langues se délier, l’acrimonie se diffuser, la colère surgir pour revenir à l’essentiel qui est de savoir en définitive qui est le perdant dans l’histoire.

A première vue ils sont plusieurs et je ne parle pas seulement de ceux qui ont subi une chute, trois crevaisons de suite ou qui démontrent un manque de forme évident, non je parle de ceux qui ont la lourde responsabilité d’encadrer, de structurer tous les terrains des exploits possibles, j’ai nommé l’UCI et ASO qui concentrent à eux deux l’ensemble du pouvoir cycliste mondial. On parle souvent d’effet boomerang dans le cyclisme et les consultants aiment à utiliser cette métaphore qui décrit la tentative d’un champion de lancer une attaque un peu folle et qui en raison de son incapacité évidente de la concrétiser, court le risque de voir revenir sur lui ses adversaires qui ne manqueront pas de le lâcher irrémédiablement comme pour le punir d’avoir osé croire en ses chances. J’ai bien peur que l’UCI et ASO tous deux embarrassés par leurs hôtes encombrants qu’’ils avaient tenté de mettre sur la touche ne se retrouvent à subir de la part de cette troisième puissance, qui n’a rien à leur envier financièrement, à un retour de bâton terrible qui a pour conséquence d’alimenter la bêtise des crétins et la méchanceté des abrutis.

Attention ! J’aime le public au bord des routes, j’en fais partie. J’aime cette manifestation spontanée, simple, mais en raison de leur compréhension ou plutôt de leur incompréhension après des mois de considérations alimentant une prétendue ou supposée suspicion, voilà que nous découvrons un assistance vociférant, huant, menaçant, bien loin de ce public qui depuis toujours accompagne le cyclisme et qui passe pour le plus bienveillant de tous les sports réunis. Pour la première fois depuis bien longtemps j’ai la sensation que le sport de mes rêves, la discipline de mes plus beaux songes est venu occuper le scénario de mes cauchemars : Des vainqueurs un peu trop supérieurs, des commentaires un peu trop définitifs, des suiveurs un peu trop blasés, des spectateurs un peu trop excités, à moins qu’ils ne soient simplement désabusés. Que de noires images pour de grises pensées.

Lorsqu’en début de tour certains craignaient le danger potentiel d’une agressivité physique risquant d’attenter à l’intégrité d’un coureur en particulier et d’une équipe en général, je crois qu’on n’imaginait pas à quel point cette crainte pourrait se transformer en peur mais cette peur qui est la mienne aujourd’hui se concentre sur une seule hantise celle de voir un sport perdre à nouveau de sa superbe car, in fine, s’il y a un perdant, un seul dans cette histoire en dépit de tous les fantasmes plus ou moins argumentés, c’est bien le cyclisme.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Marc FAYET

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu