Tour de France
Tour de France - Chris Froome : 'Je suis plus frais que jamais' Photo : Sirotti

Tour de France - Chris Froome : "Je suis plus frais que jamais"

À deux jours de la Grande Boucle, dont il est le double tenant du titre et qu'il a déjà remporté trois fois, Chris Froome s'est confié lors de la conférence de presse à Düsseldorf sur ce Tour de France 2017. Le coureur de la Team Sky s'est notamment exprimé sur sa préparation et sa forme du moment et sur le parcours, ses rivaux, etc. "Je suis plus frais que je ne l'ai jamais été", a déclaré le leader de Sky et tenant du titre Chris Froome, avant le départ du Tour de France ce samedi.

Chris Froome : "En forme pour les trois prochaines semaines"


"Le Tour de France est une course vraiment spéciale"

Avant de déblatérer la moindre information croustillante sur la mouture 2017 du Tour, Froome a d'abord expliqué la relation qu'il entretient avec la Grande Boucle. Selon le natif de Nairobi, "le Tour de France est une course vraiment spéciale"  "durant 3 semaines il faut pouvoir gérer les situations les plus extrêmes" et où "tout est intensifié". Le tout étant de pouvoir gérer la pression : "Vous devez pouvoir faire face à l'inattendu, comme l'année dernière sur les pentes du Ventoux. Vous savez qu'au cours de ces trois semaines se passeront des choses qui échapperont à votre contrôle. C'est aussi ça qui fait de la course ce qu'elle est. Le Tour m'a donné une foule de souvenirs inoubliables, dont je me souviendrai toute ma vie. J'adore cette course. Pour être honnête, aucune autre compétition ne vous fait ressentir de telles émotions".


"Ma préparation s'est bien déroulée"

Contrairement aux années précédentes, du moins lorsqu'il s'est imposé en juillet, on avait pour habitude de voir Froome écraser la concurrence sur les épreuves de préparation. On pense en premier lieu au Critérium du Dauphiné, où avant d'atteindre Paris en jaune (en 2013, 2015 et 2016), il gagnait à chaque fois au mois de juin l'épreuve alpestre. Cette année pas de victoire sur le Dauphiné, mais une préparation qui semble avoir été volontairement retardée. Le leader de l'équipe britannique s'en explique : "Ma préparation s'est bien passée. J'ai doucement construit ma forme actuelle, mais cela a toujours fait partie du plan. L'été s'annonce long avec bien évidemment le Tour, mon principal objectif, mais aussi La Vuelta. Il reste donc encore beaucoup de courses à venir." L'an dernier déjà, celui qui a grandi en Afrique du Sud avait déjà discrètement prôné cette approche. "Effectuer un début de saison plus léger m'a bien aidé la saison dernière puisque j'ai dû composer notamment avec les Jeux olympique et La Vuelta après le Tour. Cette année, j'ai débuté de façon plus relax encore. Je n'ai pas pris part à autant d'épreuves que les années précédentes, mais cela va m'aider à arriver beaucoup plus frais sur la période où je roule le plus."


"Je ne pense pas que le parcours me convienne aussi bien que les autres années"

Au moment d'aborder le parcours de cette 104e édition du Tour de France, l'homme de 32 ans se veut moins enthousiaste qu'à l'accoutumée. "Je ne pense pas que le tracé de cette année me correspond aussi bien que les précédents. Je dis cela en raison du manque d'arrivée au sommet (3 sont au programme) et aussi du manque de kilomètres de contre-la-montre. Ceci étant dit, cela signifie que ce sera une course beaucoup plus serrée et beaucoup plus excitante pour les fans", a-t-il prévenu. Dans ces conditions, le leader de la Sky est conscient qu'il devra aborder la course différemment : "Je ne peux pas compter sur ce que j'ai fait auparavant. Je dois toujours essayer de chercher à améliorer, essayer de faire ma propre course. Je vais devoir profiter de toutes les occasions que m'offre la route."

 

"L'important c'est de gagner, pas nécessairement la manière dont vous le faites"

On reproche souvent à l'équipe Sky sa manière de courir, tel un rouleau compresseur, limitant ainsi le spectacle proposé. Froome s'en défend : "Ce qui compte à la fin, c'est de gagner et pas nécessairement la manière dont vous le faites. Mais si je regarde en arrière, sur certaines étapes j'ai quand même pris certains risques. Je pense notamment en descente (lors de la première étape de montagne du Tour 2016) où lors de l'étape avec un fort vent contraire lors de laquelle je me retrouve avec Sagan. Cette étape-là aurait dû se terminer par un sprint massif. Cela rend les choses plus excitantes, même pour moi. Et cela rend la course vivante".

 

"Les étapes de l'Izoard et du Mont du Chat seront capitales"

CyclingTips a également demandé au vainqueur sortant de se pencher sur le parcours 2017 et de l'analyser. Quant à savoir quelles seront les étapes clés pour ce dernier, il ne pointe rien d'autre que le sommet du Col de l'Izoard et le Mont du Chat : "Cette année, je pense que les volets les plus importants seront l'arrivée au sommet de l'Izoard, qui dépasse les 2000 m d'altitude et le neuvième opus durant laquelle nous devront franchir le Mont du Chat ainsi que sa dangereuse descente menant à Chambéry." Froome estime néanmoins que "le Tour ne se perdra pas à cause d'une seule étape, mais à cause de l'accumulation de trois semaines de course."


 

"Il est difficile de nommer un seul rival"

Une chose est sûre, le Tour apparaît bien plus ouvert qu'il ne l'a été ces dernières années. Si l'Anglais s'avance en tant que favori numéro 1, lui-même a du mal à désigner son principal concurrent pour la course juilletiste. "Il est difficile de nommer un seul rival. Richie Porte est l'une d'entre-eux, tout comme Nairo Quintana ou Romain Bardet, deuxième en 2016. Vous ne pouvez jamais exclure non plus Alberto Contador. Je pense qu'il y a peut-être une douzaine de coureurs capables de gagner le Tour cette année, mais je pense que mon principal rival est Richie (Porte). Je dis depuis longtemps qu'il a le potentiel pour gagner la Grande Boucle. C'est juste une question de temps pour que cela fonctionne pour lui. Je pense que la tracé s'adapte vraiment à un coureur tel que Bardet. Par ailleurs, il a montré l'année dernière qu'il était un prétendant sérieux. Il est certainement l'un des gars à surveiller. De son côté, Quintana a toujours dit qu'il était plus fort dans le deuxième Grand Tour, je m'attends donc à ce qu'il soit très fort."


"Cela serait juste fantastique de gagner un 4e Tour"

À l'occasion du Tour, le 104e du nom, Chris Froome peut écrire l'histoire, mais aussi son histoire. En s'imposant une quatrième fois sur les cinq dernières éditions, il ne serait qu'à une victoire du record de de 5 victoires détenus conjointement par Anquetil, Merckx, Hinault et Indurain. "Il serait incroyable de gagner une quatrième fois. Beaucoup de gens disent que c'est juste un autre nombre, mais chaque Tour raconte une histoire différente. Chaque Tour est unique. Je veux tenter de me retrouver avec ceux qui ont gagné plusieurs Tours. Ils sont considérés comme faisant partie de l'histoire du Tour et c'est un but pour moi que de me joindre à eux", conclut Froomey.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Matthieu HENROTEAUX