Tour de France
Tour de France - ASO a envoyé une lettre à l'avocat de Nibali Photo : Sirotti

Tour de France - ASO a envoyé une lettre à l'avocat de Nibali

L'affaire Nibali-ASO n'est toujours pas terminée, loin de là. 6 mois après la chute malheureuse du Sicilien provoquée par un spectateur sur les pentes de l'Alpe d'Huez, il cherche toujours à obtenir réparation. Après avoir été entendu 3 heures par les gendarmes en décembre, le vainqueur du Tour 2014 a reçu une lettre officielle d'Amaury Sports Organisation. Le contenu global indique la politique d'ASO en matière de sécurité sur le Tour de France 2018 et fait apparaître un renforcement inédit de la sécurité, mais ne souligne pas certaines défaillances au moment de l'accident qui a anéanti les chances de Nibali sur le Tour.

Le Commandant de la Garde Républicaine du Tour de France !

 

"La Sécurité des athlètes est au premier rang de nos priorités"

Le premier destinataire de cette lettre a été le cabinet d'avocats Malucchi & Baldi, dont fait partie Fausto Malucchi, avocat du champion italien. Les principales lignes "glorifiant" les mesures de l'organisateur de la Grande Boucle ont été rendus publiques par la Gazzetta dello Sport : "La sécurité des athlètes est au premier rang de nos priorités. En 2018, nous avons adopté une série de mesures supérieures à celles proposées par l'UCI. En 2019, nous travaillons avec le ministère de Intérieur français pour les renforcer davantage. [...] 40 agents de sécurité privés ont été utilisés pour la première fois à l'Alpe d'Huez". En revoyant les images de cette fameuse 12ème étape, on voit clairement que la foule de spectateurs, si elle n'était pas aussi nombreuse qu'à l'accoutumée, n'en était pas moins compacte et parfois en furie face à des coureurs comme Chris Froome. D'où la nécessité d'avoir recruté des agents privés en plus des forces de gendarmerie classique.

Néanmoins, s'il salue la politique d'ASO, Malucchi et son client cherchent à obtenir réparation quant aux failles survenues sur cette ascension. "Nous avons apprécié la réaffirmation de la priorité accordée à la sécurité et l'implication du ministère de l'Intérieur, mais que s'est-il passé ce jour-là? L'évaluation est divergente, car plusieurs choses n'ont pas fonctionné lorsque Vincenzo a été jeté à terre : nombreux spectateurs, manque de barrières, un seul gendarme, puis assisté par un autre. Nous espérons une table élargie avec Aso, car ce qui nous est arrivé nous semble clair, tout comme il est clair que Vincenzo a été pénalisé pour ce Tour étant donné qu'il a réalisé le meilleur final de cette étape malgré la vertèbre cassée. Quand les choses sont si évidentes, il n’est pas nécessaire de s’asseoir devant un juge."

Concernant l'agresseur (involontaire) du leader de la Bahrain-Merida, il n'a pas été identifié. Tout ce que l'on sait, c'est que sur la scène de l'incident, un seul gendarme se trouvait donc sur place au milieu d'une foule particulièrement nombreuse et agitée. Celui-ci, malgré qu'il ait indiqué sa situation délicate à ses collègues, n'a pas reçu de renforts immédiats et suffisants. Toujours est-il que cette lettre demeure la première réaction officielle des organisateurs de la course... 6 mois après les faits.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Jean LEBRETON

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu