Tour d'Espagne
Tour d'Espagne - Bouhanni : 'Quitter Cofidis, je l'ai envisagé' Photo : Sirotti

Tour d'Espagne - Bouhanni : "Quitter Cofidis, je l'ai envisagé"

La Vuelta débute samedi, et Nacer Bouhanni est dans les starting blocks. Non sélectionné par la formation Cofidis pour le Tour de France, le sprinteur vosgien a soif de revanche. A la recherche d'une victoire au niveau WorldTour depuis mars 2017, Bouhanni prendra le départ de son quatrième Tour d'Espagne à Malaga après avoir participé à l'épreuve en 2012, 2014 et 2015. En dépit de son abandon lors du Tour de Pologne, il a confié au quotidien L'Equipe avoir de bonnes sensations : "Je pèse 66 ou 66,5 kilos, le poids où je me sens le mieux. C'était mon poids lorsque j'ai gagné trois étapes au Giro et deux à la Vuelta, en 2014. Après le Championnat de France, je n'ai pas coupé, je me suis toujours entraîné : des semaines à quinze heures de vélo, sans trop taper dedans non plus. J'ai remis en route fin juillet, au Grand Prix Pino-Cerami, avant le Tour de Pologne. Je sens que la forme va crescendo. L'objectif, c'est d'être à 100% au Tour d'Espagne".

Tour d'Espagne - Le parcours de la Vuelta 2018

Interrogé sur ses relations avec Cédric Vasseur et le staff de sa formation, Bouhanni a expliqué : "Les choses se sont apaisées. Cet été, ça s'est calmé, j'ai pu travailler avec l'esprit plus libéré". Une certaine distance persiste tout de même entre le coureur et le management nordiste : "Quand les choses ne vont pas, il faut se mettre autour d'une table. C'est dans la discussion que l'on peut avancer et trouver les moyens de s'entendre. Mais il n'y a pas vraiment d'échanges chez Cofidis. Je vais sur les courses où on me demande d'aller. Je reçois ma convocation par mail, je ne sais pas quels sont les coureurs qui sont avec moi, je vais à la course, et voilà..."

Le champion de France 2012 a d'ailleurs avoué que l'idée de changer d'équipe lui avait traversé l'esprit : "Je l'ai envisagé. J'ai eu un contact avec quatre, cinq équipes. Quand la situation se dégradait de plus en plus, j'ai pensé que peut-être Cofidis ne voulait plus de moi. Je voulais savoir. Avant le Championnat de France, on a discuté avec Thierry Vittu et Cédric. Ils ont dit qu'ils voulaient me garder jusqu'à la fin de mon contrat en 2019. Thierry est un dirigeant d'une entreprise importante, il prend de la hauteur sur les événements, c'est quelqu'un de modéré, et moi, ce que je veux, c'est travailler dans la sérénité".

 

Toutes les cotes de la 73e La Vuelta c'est ICI et pour vos Pronostics, vos Paris cliquez ICI

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Quentin BALLUE