Route
Route - Wout Van Aert : privé de saison sur route... ? Photo : Sirotti

Route - Wout Van Aert : privé de saison sur route... ?

Wout Van Aert pourra-t-il courir la saison sur route en 2019 ? En conflit avec son équipe Vérandas Willems-Crelan (propriété de Sniper Cycling) depuis plusieurs mois, le triple champion du monde de cyclo-cross avait alors décidé de rompre son contrat avec sa formation en septembre, en espérant rejoindre la LottoNL-Jumbo (avec qui il a un contrat  de trois ans à partir de 2020) dès 2019. Mais voilà, rompre un contrat de manière unilatérale - comme l'a fait Van Aert - n'est pas chose aisée, et il ne peut donc pas courir tant que sa situation n'est pas réglée. Pour porter les couleurs de la LottoNL-Jumbo dès l'an prochain, il lui faut en effet l'accord de son ancienne équipe (il pourrait ainsi racheter la dernière année de son contrat), ce qui est loin d'être garanti vu les tensions entre les deux parties ces dernières semaines.

Wout Van Aert : "Un rêve d'être au départ de Paris-Roubaix"

Walter Van Steenbrugge, l'avocat de Van Aert, a présenté le problème à l'UCI en espérant que cette dernière décide que son coureur n'ait pas à honorer son année de contrat, et il attend une réponse d'ici la fin du mois de novembre. "On ne trouvera pas d'accord avec Sniper Cycling, on ne compte pas là-dessus", a-t-il déclaré à Het Laaste Nieuws. "Mais pour des raisons d'urgence, nous avons présenté le cas à l'UCI. Si l'UCI donne son accord, il n'y a rien qui empêcherait Van Aert de signer avec Jumbo". De son côté, l'avocat de Sniper CyclingRudi Desmet, a répondu : "Nous n'accepterons rien tant que nous ne recevrons pas de compensation financière de la part de Van Aert. Parce que quand il a rompu son contrat, nous avons perdu des sponsors. Si l'UCI va dans son sens, alors un contrat ne vaut plus rien. Si ça va à l'UCI, alors le cyclisme est un gros problème." En attendant, Van Aert pourra toujours participer à la saison de cyclo-cross grâce à son sponsor privé Cibel-Cebon.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY