Route
Route - Un cru historique pour la Quick-Step d'Alaphilippe ! Photo : @Quickstepteam

Route - Un cru historique pour la Quick-Step d'Alaphilippe !

2018 restera une année historique pour Quick-Step Floors. Depuis le mois de janvier, la formation belge a en effet remporté 73 victoires, dont 38 en WorldTour. Un nouveau record pour une équipe dirigée par Patrick Lefevere, effaçant le total de 71 victoires obtenues par la formation Mapei en 2000. A titre de comparaison, la Sky ne compte que 43 succès dont 21 en WorldTour cette année. Quick-Step Floors reste donc l'équipe la plus prolifique du peloton, un titre qui lui revient pour la sixième année consécutive. Retour sur l'incroyable chef d'oeuvre collectif du Wolfpack, couronné par la victoire au classement UCI World Tour par équipes.

Tour de France - Alaphilippe et Quick-Step Floors à la fête

 

Elia Viviani, l'homme aux 18 victoires

Parmi les 14 coureurs de l'équipe à avoir levé les bras en 2018, Elia Viviani se distingue tout particulièrement. Le sprinteur italien s'est transformé en une machine à gagner inarrêtable ou presque sous le maillot de Quick-Step Floors. Il est l'homme ayant levé le plus souvent les bras en 2018, avec 18 succès. Des victoires obtenues du Tour Down Under au Tour d'Espagne, en passant par le Tour de Dubaï, le Tour d'Abu Dhabi, l'Adriatica Ionica Race et le Tour d'Italie, où il a remporté quatre étapes ainsi que le classement par points. Viviani est également devenu champion d'Italie fin juin, avant de décrocher la troisième classique WorldTour de sa carrière à Hambourg. Difficile de faire mieux.

 

L'explosion de Julian Alaphilippe

Autre homme fort du Wolfpack : Julian Alaphilippe. Le Français a littéralement explosé cette année. En jambes dès sa reprise en Colombie, il frappe deux fois sur le Tour du Pays basque, avant de s'offrir la Flèche Wallonne devant le maître des lieux Alejandro Valverde. Vainqueur d'étape sur le Critérium du Dauphiné et médaillé de bronze lors des Championnats de France, le Montluçonnais confirme son envol à l'occasion du Tour de France. Offensif, il voit ses efforts et son tempérament récompensés par deux étapes et le maillot à pois. Sur un nuage, Alaphilippe enchaîne en remportant coup sur coup la Clasica San Sebastian, le Tour de Grande-Bretagne et le Tour de Slovaquie. Une saison à la hauteur du talent du coureur, avec 12 succès dont 7 en WorldTour.

 

Fernando Gaviria confirme, Niki Terpstra assure

Excellent en 2017, Fernando Gaviria a confirmé en décrochant neuf victoires cette année. Le sprinteur colombien a notamment remporté deux étapes sur le Tour de France, qu'il disputait pour la première fois. Dans un registre différent, Niki Terpstra a répondu aux attentes en remportant le Samyn, l'E3 Harelbeke et le Tour des Flandres - en plus d'être monté sur le podium de Paris-Roubaix (3e) et de Paris-Tours (2e). Bob Jungels a lui aussi apporté sa pierre à l'édifice en inscrivant son nom au palmarès de Liège-Bastogne-Liège. Le champion de Belgique Yves Lampaert en a fait de même sur A Travers la Flandre. Bilan positif également pour Philippe Gilbert, vainqueur du Grand Prix d'Isbergues et très souvent dans le coup, sur le Samyn (2e), l'E3 Harelbeke (2e) ou encore le Tour des Flandres (3e). Preuve de la mainmise de la formation belge sur ce type d'épreuves, 7 des 20 courses d'un jour du calendrier World Tour ont été remportées par un coureur de l'équipe Quick-Step Floors en 2018.

 

La révélation Enric Mas, deuxième de la Vuelta

Les membres du Wolfpack ne sont pas en reste sur les Grands Tours avec cinq étapes et le classement par points du Giro, quatre étapes et le maillot à pois du Tour de France, ainsi que quatre étapes et un podium final sur la Vuelta. Les talents de l'écurie belge s'y sont exprimés à merveille, à l'image d'Enric Mas. Vainqueur d'une étape en Andorre et deuxième du classement général, le jeune grimpeur s'est révélé aux yeux du monde entier en Espagne, après s'être déjà distingué lors du Tour du Pays basque (6e) et du Tour de Suisse (4e). Au point que certains le comparent déjà avec son illustre aîné Alberto Contador... Maximilian Schachmann a quant à lui profité du Tour d'Italie pour s'illustrer. Auteur d'une bonne première semaine, l'Allemand a concrétisé en enlevant une étape à Prato Nevoso. Celui qui courra pour BORA-Hansgrohe en 2019 a par ailleurs remporté une étape du Tour de Catalogne et a terminé place sur le contre-la-montre des Championnats d'Europe (3e), le Tour d'Allemagne (3e), le BinckBank Tour (4e) et la Flèche Wallonne (8e). 

 

Des néo-pros déjà au niveau

Particulièrement bien fournie en matière de sprinteurs, l'équipe Quick-Step Floors a vu éclore Fabio Jakobsen (7 victoires dont 3 en WorldTour) et Alvaro Hodeg (5 victoires dont 3 en WorldTour), deux sprinteurs de la génération 1996. Arrivé en avril, Kasper Asgreen a progressivement pris ses marques. Dixième du contre-la-montre de la 16e étape de la Vuelta, le Danois a participé au contre-la-montre par équipes des Championnats du monde, remporté par sa formation. De son côté, James Knox a réalisé de belles performances sur le Tour de Wallonie (6e) et la Clasica San Sebastian (19e) pour sa première participation à l'épreuve espagnole. Jhonatan Narvaez a également pris date pour l'avenir. Âgé de 21 ans, l'Equatorien a accompagné les meilleurs lors de la Colombia Oro y Paz (10e). Il s'est aussi distingué sur la Faun Environnement - Classic de l'Ardèche Rhône Crussol (6e), la Royal Bernard Drôme Classic (2e), A Travers la Flandre Occidentale (7e) et le Tour de Wallonie (5e). Malheureusement pour Patrick Lefevere, il poursuivra la suite de sa carrière chez Sky.

 

Un ADN de vainqueur partagé par les équipiers

Les habituels hommes de l'ombre ont également endossé le costume de vainqueur, à l'image de Maximiliano Richeze, qui a levé les bras sur le Tour de San Juan et le Tour de Turquie. Idem pour Michael Morkov, le champion du Danemark, et Rémi Cavagna, vainqueur d'A Travers la Flandre Occidentale. D'autres coureurs comme Petr Vakoc (2e de la Flèche Brabançonne) et Pieter Serry (3e du Tour de Wallonie) ont obtenu des résultats malgré une marge de manoeuvre limitée. C'est également le cas de Florian Sénéchal, convaincant pour sa première année au sein du Wolfpack. Dévoué à ses leaders, le Français a également su se mettre en évidence à plusieurs occasions en montant sur le podium d'A Travers la Flandre Occidentale (2e), du Grand Prix d'Isbergues (3e) et du Tour du Piémont (2e). Au-delà des leaders, c'est ainsi l'ensemble les coureurs de l'équipe Quick-Step Floors qui a répondu présent en 2018. Comme un symbole de la suprématie collective du Wolfpack, la formation belge a remporté le titre de championne du monde du contre-la-montre par équipes à Innsbruck, et ce pour la quatrième fois. Un record.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Quentin BALLUE