Route
Route - Le budget de l'équipe chinoise GCP supérieur à la Sky Photo : Sirotti

Route - Le budget de l'équipe chinoise GCP supérieur à la Sky

Alors que l'information sur la prochaine apparition d'une équipe World Tour chinoise est à peine tombée, les précisions sur les moyens engagés voient déjà le jour. Tim Kay, futur PDG de cette équipe de développement baptisée GCP (Global Cycling Project) a ainsi déclaré que le budget de cette équipe serait... supérieure à celui du Team Sky. Pour rappel, la formation de Dave Brailsford dispose du plus large budget World Tour avec 39 millions d'euros, contre 18 millions pour son dauphin Quick-Step Floors.

Suivez tout le cyclisme 2.0 avec Cyclism'Actu TV


Tim Kay : "Je ne veux pas discuter du budget, mais ce sera plus grand que la Team Sky"

C'est par ces mots que l'ancien investisseur immobilier a annoncé à Cycling Weekly la couleur pour cette équipe qu'il espère voir remporter le Tour de France d'ici 2025. Il a ajouté en outre : "Notre budget sera suffisamment important pour faire venir les meilleurs coureurs du monde dès le premier jour et donner à notre équipe la chance de gagner en 2020. Je me suis plongé dans la manière dont l'UCI fonctionnait et comment les équipes dirigeaient leurs modèles commerciaux. Team Sky est gérée comme une entreprise coopérative, ils font les choses correctement, mais beaucoup sont gérés de manière beaucoup plus souple sans structure, fondations et stratégie commerciale". Tim Kay souhaite ainsi faire ce que la plupart des équipes n'ont pas réussi à faire : développer un projet pour le cyclisme de tell façon que les sponsors trouvent un intérêt sur le long terme à investir dans le domaine du cyclisme, et ce particulièrement en Chine : " Le cyclisme a besoin d’une plate-forme, d’un modèle commercial, dans lequel les investisseurs / sponsors peuvent investir". 

 

La mondialisation du cyclisme plus que jamais en route...

Comme pour les pays du Golfe qui ont récemment investi dans le World Tour (Bahrain Merida et UAE Team Emirates), on pourrait donc voir très prochainement une équipe chinoise au premier plan sur les plus grandes courses. Si cette mondialisation du cyclisme paraît au premier abord positive pour le sport, qu'en sera-il de sa culture de la "petite reine" ? En effet la raison qu'ont eu ces pays émergents d'investir tient aux bénéfices financiers qu'ils en tireraient ainsi qu'une meilleure visibilité et une présence dans tous les domaines de la finance, sport y compris. Mais dans ces pays, on voit qu'aujourd'hui encore, la culture du cyclisme est particulièrement basse et ne représente pas d'intérêts sportifs comme ce fut le cas lors des Mondiaux de Doha pratiquement aucun spectateur ne s'était massé le long du circuit.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Jean LEBRETON


Brèves

Transferts


Sondage

Qui est le coureur de l'année 2018 ?

















Partenaires