Route
Route - Heinrich Haussler : 'Paris-Roubaix, mon objectif n°1' Photo : @BarhainMerida

Route - Heinrich Haussler : "Paris-Roubaix, mon objectif n°1"

En retrait ces dernières saisons, Heinrich Haussler n'en reste pas moins toujours coureur professionnel au sein de l'équipe Barhain-Merida. Surtout, l'Australien d'origine allemande espère avoir épuisé sa réserve de pain noir. Il faut dire qu'une blessure au genou vient de lui causer certainement la "pire année de sa carrière". Comme pour combattre ses propres démons, l'ancien vainqueur d'étape sur le Tour (2009) s'est longuement confessé au site Cyclingnews. Morceaux choisis.

Suivez tout le cyclisme 2.0 avec Cyclism'Actu TV

En se confiant au site anglophone, Haussler reconnait en premier lieu avoir perdu beaucoup de temps au cours de sa carrière : "je suis pro depuis 13 années et je dois avouer que parfois vous n'êtes pas sérieux et vous laissez les choses un peu aller. Maintenant je vois cela différemment et je vis à 100 % pour le sport. Je ne suis pas si âgé, mais je viens de vivre la pire année de ma vie. Mentalement plus que tout autre chose. Ce n'était pas juste difficile de ne pas courir. Mais ne pas pouvoir monter sur un vélo..." 

Voulant précipiter à plusieurs reprises son retour à la compétition, notamment pour les classiques d'avril, ses problèmes de genou lui sont revenus en plein visage tel un boomerang. Et Haussler de s'épancher sur l'aspect mental de son incapacité. "Chaque nuit au moment d'aller se coucher vous pensez à votre genou et vous vous réveillez toujours en y pensant. C'était absolument épouvantable. Mais chaque athlète passe par des hauts et des bas. Parfois vous devez passer par des jours moins pour voir les bons. Si je réussis à passer au travers des mauvais, alors j'utiliserai cette expérience pour devenir un meilleur coureur."

"Paris-Roubaix, mon objectif numéro 1"

Si d'aventure l'homme de 33 ans devait accompagner son écurie sur la campagne flandrienne 2018, ce ne sera pas sans ambition. Même si celle-ci s'avère quelque peu revue à la baisse, notamment en raison de la présence au sein de l'effectif de Sonny Colbrelli"Sonny est dans l'équipe et nous allons travailler ensemble. Je suis plus vieux maintenant et je sais que les Flandres sont trop difficiles pour moi, c'est pour Sonny. Et afin d'y obtenir le meilleur résultat, il a besoin de mon expérience et d'un gars comme moi qui peut se sacrifier dans les derniers kilomètres.

Personnellement l'ancien pensionnaire de l'équipe Cervélo explique également apprécier le Het Nieuwsblad et le GP E3 Harelbeke. Mais son dévolu se jette sans surprise sur Paris-Roubaix qu'il considère comme son "objectif numéro 1". "J'aime cette course où tout peut se passer. Bien entendu vous devez être forts pour gagner, néanmoins si l'on regarde les précédentes éditions on s'aperçoit que c'est bien souvent un vainqueur différent. Ce n'est pas comme les autres courses", conclut Haussler à propos de l'Enfer du Nord.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Matthieu HENROTEAUX


Brèves

Transferts


Sondage

Qui va remporter le 105e Tour de France ?



















Partenaires