Route
Route - Gianni Bugno : 'Chris Froome, il n'a jamais dit merci' Photo : @CPA / @Cyclismactu

Route - Gianni Bugno : "Chris Froome, il n'a jamais dit merci"

Les critiques de Christopher Froome à propos de l'Association des cyclistes professionnels (CPA) et des prochaines élections gênent le président Gianni Bugno, qui précise l'avoir pourtant beaucoup défendu. Bugno et l'association sont sous le feu des projecteurs à l'approche des élections. L'Italien affronte le candidat David Millar et doit faire face aux critiques d'un processus électoral jugé injuste. Bugno a déclaré auprès de Cycling Weekly : "Cela me fait très mal d'être critiqué par Chris Froome. Je suis fan de Froome, un fan de Team Sky. Je n'ai rien contre eux. Je l'ai défendu dans les incidents, le crachat dans le Tour et dans le cas de l'allergie Vuelta. Mais cela me dérange qu'ils écrivent de mauvaises choses à propos du CPA, alors que c'est nous qui pouvons défendre leurs droits". Froome a récemment écrit sur Twitter : "Il me semble que le CPA dirige une dictature, pas une démocratie qui représente vraiment tous les coureurs. Je me demande qui représente réellement cette union". 

Tour de France 2018 - Bugno : "Faut respecter Chris Froome"

 

L'élection à la présidence du CPA : Gianni Bugno vs David Millar !

L'un des problèmes pointé du doigt est le processus électoral qui voit six membres du conseil d'administration voter en bloc pour leur pays. Par exemple, si l’Italie, l’un des membres, décide de voter en faveur de Bugno, alors tous les votes de ses cyclistes iront à Bugno au lieu que chaque coureur italien ait son propre vote individuel. Les autres cyclistes dont le pays ne siège pas au conseil peuvent voter individuellement, mais ils doivent être présents pour le faire. Le vote aura lieu jeudi à Innsbruck, en Autriche, et tous les coureurs ne paient pas pour le voyage. Ceux qui courent peuvent rentrer à la maison après la fin des épreuves contre la montre mercredi et les autres participants aux courses sur route risquent de ne pas arriver à temps pour voter. Gianni Bugno s'est expliqué sur ce sujet : "J'ai toujours essayé de prendre la critique et d'être neutre. Ce système électoral a été mis en place, rien n'a été fait pour le changer. Ce sont les règles de l’UCI. Le système électronique de vote pourrait fonctionner, mais cela peut être compromis. Donc, jusqu'à ce qu'il y ait un autre système, je dois respecter les règles de vote".

L'actuel président du CPA est ravi d'être en concurrence avec David Millar : "Je respecte MillarJe suis content qu'il soit là avec ses idées. J'aurais aimé pouvoir courir il y a deux ans, je le voulais mais il était occupé. Maintenant, c'est une époque différente et c'est une phase différente. Ce serait beaucoup plus difficile pour lui maintenant que s'il était venu avant. Je suis content du défi, mais nous ne devrions pas mettre le CPA ou son fonctionnement sous un mauvais jour. Je demande ça à Froome. Ne mettez pas le CPA en doute". 

 

Gianni Bugno : "Chris Froome ne m'a jamais parlé"

Bugno justifie qu'il n'a aucun moyen de contacter Froome sans son numéro ou son e-mail. Ces dernières semaines, Geraint Thomas (Sky), Daniel Martin (Emirats Arabes Unis) et de nombreux autres coureurs ont fait des commentaires sur le CPA et le processus électoral. Les mots de Froome font le plus mal pour l'Italien : "Oui, ça me dérange parce qu'il ne m'a jamais parlé. Je n'ai jamais eu l'occasion de parler avec lui. Je n'ai jamais entendu parlé de lui. Maintenant, il parle de ce vote électronique et lui dit qu'il votera pour Millar. Il n'a jamais dit merci quand le CPA l'a défendu, pas moi, mais tous ceux qui travaillaient au CPA". 

Les règles d'élection semblent peu susceptibles de changer à court terme. Bugno a déclaré qu'il était prêt à changer et a déclaré que Ben Greetham, président de l'Association britannique et irlandaise des cyclistes professionnels, était venu explorer son groupe : "Ils disent qu'ils ne peuvent pas voter, mais ils ont alors un délégué pour le faire, il suffit de créer une association pour la Grande-Bretagne. C'était l'un de mes objectifs, comme nous l'avons fait pour l'Amérique du Nord - ANAPRC (Association des cyclistes professionnels nord-américains). Ben Greetham est venu et a été demandé à quelques reprises de créer une association mais il ne l'a jamais fait", a déclaré Bugno.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Thomas LANGEARD