Route
Route - Carlo Saronni sur les ambitions de UAE Team Emirates Photo: Sirotti

Route - Carlo Saronni sur les ambitions de UAE Team Emirates

Interrogé par Cyclingnews, le manager général de l'équipe UAE Team Emirates Carlo Saronni a évoqué les différentes possibilités de calendrier pour ses coureurs l'année prochaine en affirmant que son équipe devrait se battre sur plusieurs fronts, notamment les grands tours avec Fabio Aru et Daniel Martin, fraîchement arrivés.

Suivez tout le cyclisme 2.0 avec Cyclism'actu TV

 

"Etre une des meilleures équipes d'ici 2020"

Palliant à tous les départs de ces coureurs (Louis Meintjtes, Andrea Guardini...) par d'autres stars des grands Tours (Aru et Martin) ainsi que le sprinteur Alexander Kristoff, l'Italien a évoqué ses objectifs pour les prochaines années: "Nous ne voulons pas rester immobiles : l'année prochaine, nous voulons être dans le top 10 des trois grands Tours et l'année d'après, nous pourrons nous tourner vers les cinq voire les trois premières places". Pour ce qui est de 2018 les différents leaderships se partageront entre le Sarde et l'Irlandais: "Je les aurai tous les deux sur le Tour l'année prochaine mais il est possible que Fabio Aru choisisse le Giro (qu'il n'a pas pu faire cette année pour blessure ndlr), la Vuelta et les championnats du Monde tandis que Dan viserait un meilleur résultat sur le Tour".

 

Aucune raison au conflit entre Aru et Vinokourov

Carlo Saronni est également revenu sur le récent conflit entre le manager général de l'équipe Astana et Fabio Aru. De son côté le manager a souligné: "Pour en arriver à ce point, nous avons eu des discussions avec son agent, nous n'avons que travaillé sur les plans de l'année prochaine." Selon plusieurs rapports le coureur sarde et son ancienne équipe auraient pu renouveler son contrat avec une option mais l'intéressé ne l'a jamais signé, ce qui lui laissait la liberté de partir après la date fixée par l'UCI le 1er août. Néanmoins Vinokourov reproche surtout au Sarde de ne pas l'avoir averti de son départ ce qui laisse l'équipe kazakhe dans l'impossibilité de lui trouver un leader de rechange de son niveau. Saronni lui, refuse de se mêler à ce litige en arguant que "l'accord que nous avons conclu était normal, avec un contrat standard comme nous en faisons signer à tous nos autres coureurs".

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Jean LEBRETON


Brèves

Transferts


Sondage

Cédric Vasseur sera-t-il un bon manager général pour la Team Cofidis ?








Partenaires