Route
Route - André Greipel : 'Je n'ai plus rien à prouver' Photo: Sirotti

Route - André Greipel : "Je n'ai plus rien à prouver"

A deux jours du départ du Tour Down Under les nombreux coureurs World Tour présents vont avoir enfin l'occasion de s'exprimer que ce soit les grimpeurs comme Richie Porte ou les sprinteurs tels qu'André Greipel. L'Allemand de 35 ans s'est confié à Cyclingnews sur ses amibtions et son moral après une année 2017 décevante sur le plan des victoires.

Suivez tout le cyclisme 2.0 avec Cyclism'actu TV

"Retrouver ma force sur cette course"

Le "Gorille de Rostock" veut se servir comme beaucoup de sprinteurs de cette première course par étapes pour mesurer son niveau actuel. Sur le plan du parcours il y aura d'ailleurs de nombreuses opportunités pour les sprinteurs avec 5 possibilités au total pour les Greipel, Ewan, Sagan... Mais pour le sprinteur allemand cette course doit faire office plus encore que  les autres de grand retour au premier plan : "Ce n'est pas toujours facile de terminer la saison en octobre et recommencer à courir mi-janvier". De plus son bilan sportif de 2017 est loin d'être rose puisque pour la première fois de sa carrière Greipel n' a pas levé les bras une fois sur les trois semaines du Tour de France, le plus souvent déposé par l'intouchable Marcel Kittel. 

"Il y a des choses plus importantes dans la vie que de gagner des courses"

Mais c'est également sur le plan privé que l'année 2017 a été particulièrement difficile pour le triple champion d'Allemagne. Il a malheureusement du vivre le décès tragique de sa mère malade sur laquelle il a veillé avec sa soeur. Coureur assez réputé pour sa timidité, l'Allemand affirme à ce sujet: "Etre là l'un pour l'autre, c'est ce qui fait la famille, je ne dirai jamais que la maladie de ma mère a affecté mes résultats en course, je ne le vois pas comme ça. Mais je reste aussi un être humain et je ne peux pas tout mettre de côté, c'était une année pleine d'émotions mais il est temps de se tourner vers l'avenir." Tout cela n'a pas aidé l'équipe Lotto-Soudal qui l'année dernière n'a pas glâné autant de bouquets qu'elle l'aurait voulu.

"Je veux être là avec l'équipe pour les Classiques"

Greipel garde donc toujours son esprit de compétition intact et c'est ce qu'il va essayer de prouver dès mardi et la premièr étape de la course d'Adelaïde. Ensuite le double vainqueur du Tour Down Under 2008 et 2010 s'est livré sur ses objectifs du début de saison. Si le Tour d'Italie ne devrait pas faire partie de son programme, les Classiques du printemps restent dans sa ligne de mire, lui qui n'a encore jamais obtenu de succès de renom contrairement à ses grands rivaux que sont Sagan, Cavendish et autres. Mais le leader de la Lotto-Soudal garde une importance aux Classiques : "Pour une équipe belge, toutes les classiques sont importantes et nous devons avoir une équipe solide. J'espère que je pourrais être sélectionné à Roubaix, c'est mon principal objectif." Enfin en toute vraisemblance le coureur allemand s'alignera sur les routes du Tour de France en juillet prochain avec la ferme intention de glâner au moins un douzième bouquet.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Jean LEBRETON