Paris-Roubaix
Paris-Roubaix - Boasson-Hagen et Thomas fin prêts Photo : Team Sky

Paris-Roubaix - Boasson-Hagen et Thomas fin prêts

 

L'attraction chez Sky en ce dimanche de Paris-Roubaix, c'est évidemment Bradley Wiggins. Le coureur britannique, premier vainqueur du Tour de France à participer à l'Enfer du Nord depuis Greg LeMond, ne sera toutefois pas le seul pion de l'équipe dirigée par Dave Brailsford. "Wiggo" sera accompagné par Edvald Boasson-Hagen et Geraint Thomas, peut-être plus à-même de réaliser une grosse performance sur la Classique française, puisque davantage spécialiste du terrain. 

Le Norvégien a d'ailleurs confié ses ambitions avant le départ : "C'est bien d'avoir l'occasion d'être leader. C'est mon plus grand objectif jusque là cette saison. Nous avons une très bonne équipe ici. Nous devons jouer les bonnes cartes et essayer d'en tirer le meilleur. Bien sûr, on veut toujours faire de son mieux. La pression, c'est celle qu'on se met à soi-même. Je me sentais bien au Tour des Flandres, et dans cette période des Classiques, je me sens de mieux en mieux à chaque course. Je suis assez content de ma forme et de ma condition. Je pense que le Tour des Flandres et Paris-Roubaix me conviennent. Et même si Roubaix est plat, c'est tout aussi difficile que les monts pavés. Mes résultats n'ont pas été les meilleurs à Roubaix, mais je sens que je suis plus fort chaque année."

Le Scandinave poursuit : "Nous avons reconnu le parcours. Il semble que nous allons avoir du temps sec, et ça devrait être une course rapide et excitante. Il y a beaucoup de douleur sur la selle sur les pavés, mais ce sont également les courses les plus amusantes. C'est un sentiment étrange, rouler sur des routes que vous n'auriez jamais emprunté normalement. Ce n'est pas naturel, mais c'est ce qui le rend spécial."

Troisième du Grand Prix E3 d'Harelbeke et huitième du Tour des Flandres, Geraint Thomas s'attend également à une course très intense, comme les précédentes : "Les chutes, les crevaisons et la malchance font partie de la course. L'important, c'est de voir comment vous réagissez par rapport à ça. Ce n'est jamais agréable de voir vos coéquipiers ou quelqu'un chuter. Je suppose que c'est juste la course. Sur le plan des résultats purs, cette campagne de Classiques a été meilleure pour nous que celle de l'an dernier. Avec (Ian) Stannard, on a gagné l'Omloop Het Nieuwsblad et j'ai fait troisième à l'E3 et top 10 au Ronde. Tous ces résultats sont meilleurs que l'an dernier."

Quant à ce qu'il pense de la course du jour : "Cancellara est évidemment en grande forme mais il n'est pas invincible. Il y a beaucoup d'autres bons coureurs présents et je pense que Roubaix sera un peu plus ouvert que le Tour des Flandres. C'est arrivé plusieurs fois que des coureurs montent sur le podium alors qu'ils n'étaient pas nécessairement favoris. Beaucoup de choses peuvent se produire et la tactique de l'équipe pourrait jouer un grand rôle aussi. C'est ce qui rend les Classiques si excitantes à courir et à regarder. Pour notre équipe, être en nombre dans le final est l'élément clé. Eddy (Boasson-Hagen) est le leader et nous allons tout faire pour lui, nous le pouvons. Évidemment, si quelque chose lui arrive et qu'il n'est plus là alors j'espère que nous aurons d'autres gars pour semer la pagaille. Je pense Roubaix convient probablement plus à tous nos coureurs que le Tour des Flandres."

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Alexandre MIGNOT