Mondiaux
Mondiaux - Romain Bardet : 'Alaphilippe, peut-être le n°1' Photo : Sirotti

Mondiaux - Romain Bardet : "Alaphilippe, peut-être le n°1"

La répétition générale pour Romain Bardet s'est plus que bien déroulée. Deuxième du Tour de Toscane battu au sprint par Gianni Moscon, l'Auvergnat a confirmé sa forme grandissante en passant à l'offensive sur la Coppa Sabatini. Désigné par Cyrille Guimard comme co-leader de l'Equipe de France aux côtés de Julian Alaphilippe, le coureur d'AG2R la Mondiale a profité de ces quelques jours en Toscane pour s'adresser à nos confrères de CyclingNews à un peu plus d'une semaine de ce rendez-vous fatidique.

Mondiaux - Les Championnats du Monde à Innsbruck en Autriche

 

"En Italie, pour préparer ma forme pour les Mondiaux"

A la différence de beaucoup de coureurs alignés sur les Mondiaux, Romain Bardet n'a pas énormément couru depuis la fin du Tour de France. Il se devait donc de rajouter à son programme ces fameuses courses italiennes pré-automnales en plus du Tour d'Allemagne disputé le mois dernier. Le 6ème du dernier Tour de France a expliqué ce qu'il attendait de ce mini bloc de course transalpin : "Si c'était une arrivée difficile, j'irais pour la victoire. Mais pour moi, c'est aussi le milieu d'un gros bloc d'entraînement. J'ai fait une grande séance d'entraînement hier et je ferai une grande séance d'entraînement demain. Je suis ici pour trouver ma meilleure forme possible pour les Mondiaux. La forme arrive, vous devez travailler beaucoup à la maison, et vous devez vous entraîner beaucoup si vous ne faites pas la Vuelta. C'est difficile, mais vous devez le faire si vous voulez être à votre meilleur pour les Mondiaux."

 

"Tout peut arriver aux Mondiaux"

Le journal a logiquement posé des questions plus profondes au natif de Brioude sur la tactique à adopter par l'Equipe de France à Innsbruck, en particulier la question du leadership. En effet, sur le papier Julian Alaphilippe apparaît comme un réel favori à la victoire finale, lui qui aime ces courses marathons même si le profil très montagneux pourrait l'user face aux purs grimpeurs. Mais le puncheur de Quick-Step a également démontré depuis le début de la saison qu'il était LA révélation de l'année : Flèche Wallonne, Clasica San Sebastian, maillot à pois et deux étapes sur le Tour de France, Tour de Slovaquie,... sa régularité a été impressionnante depuis avril. Bardet s'est donc exprimé à ce sujet : "Vous savez, Julian Alaphilippe est peut-être le coureur numéro un, mais tout peut arriver aux Championnats du monde. Toute l’équipe sera très forte. L’important, c’est qu’il reste un coureur de France à l’avant capable de remporter la victoire. Bien sûr, la dernière montée est très très difficile et la victoire sera décidée lors de cette montée, mais peut-être qu'un groupe de coureurs s'échappera avant cela. Nous ne savons pas."

Avant d'ajouter : "Nous devrons être capable de faire face à toutes les éventualités. C'est difficile, mais aussi positif car ce sera une course intéressante. Pour les grimpeurs, ce n'est pas toutes les éditions des Mondiaux que vous avez ce genre de parcours, alors c'est une bonne chose pour un coureur comme moi." Anglais oblige, CyclingNews n'a pas hésité à demander l'avis du Français concernant l'armada britannique envoyée à Innsbruck avec en amiraux conjoints les jumeaux Yates dont Simon qui sort vainqueur de la Vuelta, ce à quoi l'intéressé a répondu : "La montée leur convient parfaitement. Il y a quatre ou cinq équipes majeures aux championnats du monde et j'espère que la France pourra faire partie de cette liste."

Toutes les cotes des Mondiaux c'est ICI et pour vos Pronostics, vos Paris cliquez ICI

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Jean LEBRETON