ITW
ITW - Antonio Nibali : 'Tout est possible avec Vincenzo' Photo : @Bahrain_Merida

ITW - Antonio Nibali : "Tout est possible avec Vincenzo"

Dans l'ombre du champion d'exception qu'est son frère, Antonio Nibali gravit progressivement les échelons au sein du peloton. Passé professionnel avec l'équipe continentale Marchiol Emisfero en 2014, le cadet de Vincenzo a ensuite rejoint le niveau supérieur chez Nippo-Vini Fantini (2015-2016), avant de retrouver son frère chez Bahrain-Merida en 2017. Une saison qui lui a permis de découvrir les exigences du World Tour ainsi que des courses comme le Tour de Catalogne, la Flèche Wallonne, le Critérium du Dauphiné ou encore le Tour de Lombardie. Le coureur de 25 ans a également pu disputer le premier Grand Tour de sa carrière à l'occasion de la Vuelta, qu'il a terminée. Le grimpeur italien a répondu aux questions de Cyclism'Actu avant le Tour d'Oman

Le teaser officiel du Tour d'Oman 2018

Antonio, comment s'est passée votre rentrée sur le Tour de San Juan ?

Je ne me sentais pas vraiment bien lors des premiers jours, j'ai eu du mal. Mais c'était mieux lors des dernières étapes et j'ai pu aider Siutsou à rester dans le top 10 du classement.

 

Quel bilan faites-vous de votre saison 2017, la première de votre carrière chez Bahrain-Merida ?

C'était une saison positive. J'ai eu l'occasion de faire des courses que je n'avais jamais disputées auparavant et surtout, j'ai terminé mon premier Grand Tour. La Vuelta m'a aussi permis de prendre davantage conscience de mes capacités.

 

La découverte du niveau World Tour a-t-elle été plus difficile que vous le pensiez ?

Chaque course ressemblait à un championnat du monde ! Le niveau est très élevé et vous devez être à 100% sur chaque course, sinon vous ne pouvez pas suivre le rythme. Il n'y a aucune course facile.

 

Vous avez couru assez souvent avec Vincenzo en 2017. Comment est-ce de travailler avec son frère ?

Nous nous entendons bien pendant et en dehors de la course. Il est très calme et gère bien le stress, c'est un grand avantage pour quelqu'un comme moi qui a encore beaucoup à apprendre. Je suis très fier de la carrière de Vincenzo. Cela me motive pour toujours essayer de faire mieux.

 

Quels sont vos prochains rendez-vous ?

Concernant le Tour d'Oman, je vais travailler pour l'équipe et pour Vincenzo, qui sera notre leader. Je ne sais pas si je serai sur Paris-Nice ou Tirreno-Adriatico. Mais en mai, je serai au départ du Tour d'Italie. 

 

Vous avez découvert la Flèche Wallonne en 2017. Les Classiques sont-elles des courses qui vous plaisent ?

J'ai couru à la fois en Flandre et dans les Ardennes. Ce sont des courses qui ont un charme particulier, le public est fantastique. Je préfère des parcours comme ceux des Flandres, même s'ils sont plutôt plats. 

 

Votre frère Vincenzo sera au départ du Tour des Flandres en avril. Comment l'imaginez-vous sur cette course ?

Je pense qu'il peut faire une bonne course. Ce sera une nouvelle expérience pour lui mais c'est un coureur de grande classe, tout est possible.

 

Quel est votre avis sur ses chances pour le Tour de France ?

Il fera partie des protagonistes et je crois qu'il sera à la lutte pour le podium à Paris. Ses adversaires seront les mêmes que d'habitude, Froome, Quintana, Bardet, Dumoulin, et quelques outsiders.

 

Votre contrat se termine en fin d'année. Est-ce une chose à laquelle vous pensez ?

Nous sommes en discussion concernant une possible prolongation de contrat. J'aimerais beaucoup rester dans l'équipe Bahrain-Merida et je pense que c'est possible.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Quentin BALLUE