Het Nieuwsblad
Het Nieuwsblad - Tracé, plateau, ITW Van Petegem Photo : Antoine PLOUVIN

Het Nieuwsblad - Tracé, plateau, ITW Van Petegem

 

Peter Van Petegem, Directeur de Course Omloop Het Nieuwsblad

Il l’a gagné à trois reprises, alors qui mieux que lui pour en parler ? D’autant plus qu’il en est désormais l’architecte. Peter Van Petegem est en effet le concepteur du parcours de l’une des plus belles semi-classique, le Omloop Het Nieuwsblad. Depuis son arrivée comme directeur de course, il en a modifié profondément le parcours pour le durcir. Oh bien sûr en Belgique, les endroits sont toujours les mêmes mais le terrible enchaînement qu’il a concocté en a fait une course qui ne peut sourire qu’aux plus aguerris… ou aux plus prometteurs. En vidéo il nous présente ce parcours, nous parle des changements induits par l’introduction des courses exotiques en début de saison et nous raconte ce qu’il est devenu depuis qu’il a raccroché le vélo il y a maintenant sept ans. En dessous, nous vous proposons une présentation détaillée du parcours et du plateau de ce premier grand rendez-vous d’un jour de la saison.

Ce samedi 1e mars, c’est donc la rentrée des Flandriens ! Comme de coutume la saison Belge s’ouvre directement sur un grand rendez-vous, le Omloop Het Nieuwsblad. Semi-classique réputée et au palmarès éloquent le Het Nieuwsblad, du nom du plus grand journal Flamand, c’est déjà un petit Tour des Flandres. Partant et arrivant à Gent, la classique d’ouverture cumule dix ascensions, dont six pavées, les fameux bergs, et dix secteurs pavés. Et sur les 198 kilomètres de course, ce n’est pas tant la programmation de l’ascension du célèbre « Muur » de Gramont, au kilomètre 81 qui fait peur, mais c’est surtout l’enchaînement des difficultés à partir du Kruisberg (km 127) jusqu’à Lange Munte (km 176). Cinquante kilomètres où il faudra affronter, pour ne citer que les principaux : le Kruisberg (montée pavée), le Taaienberg (530 mètres pavées en montée à 6,6% avec des passages à 15,8%), l’Eikenberg (1200 mètres de montée pavée à 5,2%), la succession Wolvenberg (montée pavée) et Holleweg, la piégeux secteur de Haaghoek (dont ce sera le troisième passage), la montée très courte mais abrupte et au pavé méchant de Molenberg et enfin l’enchaînement Paddestraat et Lippenhovestraat (3600 mètres pavés à eux deux), sans oublier le très exposé au vent secteur de Lange Munte. (2500 mètres). Restera alors vingt-deux kilomètres où il faudra, pour les plus téméraires, résister au vent. Un vent qu’on annonce néanmoins trois quart favorable. Un gros morceau en ce début de saison, d’autant plus que le temps, pluvieux ce vendredi, devrait encore être humide samedi. Le Nieuwsblad devrait déjà nous en mettre plein la vue.

Omloop Het Nieuwsblad - TaaienbergD’autant plus que la participation est, comme à son habitude relevée. Certes il n’y aura pas Fabian Cancellara, mais on imagine que Tom Boonen aura à cœur de briller sur la seule classique Flandrienne qui ne l’a encore jamais vu s’imposer. Il aura pour lui, une grosse équipe, comme d’habitude avec Stijn Vandenbergh, deuxième ici l’an passé, Niki Terpstra ou encore Zdenek Stybar, le vainqueur d’étape sur la dernière Vuelta et tenant de l’Eneco Tour, qui s’achevait… à Grammont. Il lui faudra pour cela se défaire d’un dénommé Sep Vanmarke, qui lui avait chipé la politesse il y a maintenant deux ans ici même à Gent. L’ancien vainqueur de ce Nieuwsblad, mais aussi deuxième de Paris – Roubaix l’an passé, pourra compter sur le soutien de Lars Boom chez Belkin, qui pourrait lui aussi, jouer sa carte. Côté Belge, on pourra encore s’appuyer sur Jurgen Roelandts pour emmener la formation Lotto – Belisol. Chez Garmin, on attend avec impatience de voir ce dont sera capable l’ancien vainqueur du Tour des Flandres Nick Nuyens, dont la saison passée avait été anéantie par des problèmes de hanche datant d’une chute sur Paris – Nice… 2012 ! Chez Garmin, il pourra s’appuyer sur un autre ancien vainqueur du Nieuwsblad, Sebastian Langeveld, c’était en 2011. Pour Sky, on jouera la paire Boasson Hagen et Ian Stannard, qui avait été impressionnant sur la saison des classiques 2013, l’ancien champion de Grande Bretagne. N’oublions pas aussi que le porteur de l’as n’est autre que Luca Paolini, qui emmenera l’équipe Katusha avec le récent vainqueur d’étape sur les routes d’Oman, Alexander Kristoff. Et puis on ne va surtout pas oublier le nouveau pensionnaire de l’équipe IAM Cycling, le Français Sylvain Chavanel, très fort l’an passé sur cette ouverture, mais qui devra (comme il nous l’expliquait en interview) trouver ses automatismes avec sa nouvelle formation et notamment avec Heinrich Haussler. Côté Français on attendra de voir les débuts de Bryan Coquard pour Europcar sur ce type d’épreuve. Chez FDJ.fr, de quoi est désormais capable Arnaud Démare ? Pour AG2R, on s’en remettra aux transfuges d’Europcar Damien Gaudin et Sébastien Turgot. Cofidis pourra compter sur l’espagnol Egoitz Garcia Echeguibel qui s’était révélé sur ce Nieuwsblad l’an passé, tout en révélant par la même occasion qu’il avait tout à apprendre des courses Flandriennes (et de la course en général..). Quant à Bretagne, on s’en remet au jeune Erwann Corbel (22 ans) qui pourra s’appuyer sur Christophe Laborie et Clément Koretzky.

Et on oublie pas qu’après le Nieuwsblad, dimanche, à quelques kilomètres d’ici, ce sera la séance de rattrapage de Kuurne – Brussel – Kuurne.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Antoine PLOUVIN