Giro
Giro - Rolland, 9e : 'Je prends énormément de plaisir' Photo : Sirotti

Giro - Rolland, 9e : "Je prends énormément de plaisir"

 

Pierre Rolland n'a peut-être pas encore levé les bras sur ce Giro 2014, mais au moins, il tente. Et ça, on ne pourra pas lui enlever. Le coureur d'Europcar, après avoir été repris dans les 400 derniers mètres le week-end dernier, a de nouveau tenté sa chance dans une grande étape de montagne samedi. Aidé par Bjorn Thurau puis Perrig Quémeneur, le grimpeur français s'est fait la malle dans l'avant-dernière ascension, notamment accompagné de Ryder Hesjedal. Ses coéquipiers l'ont déposé au pied de l'ascension finale, mais l'écart était encore trop grand avec l'échappée. Rolland a alors fait la montée au train, en compagnie d'Hesjedal et a repris du temps au général en guise de consolation, lui permettant de se replacer en 9e position du classement. 

Il commentait après-coup sur son compte facebook : "C'était une belle étape avec beaucoup d'ascensions difficiles. Un grand coup de chapeau à mes équipiers qui ont fait encore une fois un travail monstrueux : le dévouement de Björn qui a été exceptionnel, le sacrifice de Perrig qui s'est relevé pour nous attendre alors qu'il était présent dans la bonne échappée qui allait se jouer la gagne. Résultat de cette journée : je remonte à la 9ème place du général grâce à leur travail et le travail de tous les autres en amont. Je prends énormément de plaisir sur ce Giro. Je cours comme j'aime le faire, les parcours sont tops et les supporters italiens commencent à apprécier mon panache."

Au micro de BeIn Sport, Rolland a complété ses propos : "Je me sentais de bonnes jambes donc j'ai essayé quelque chose d'un peu fouLa chance sourit aux audacieux : j'ai pris un peu de temps et je n'ai pas subi la course. La montagne a vraiment commencé. A partir d'aujourd'hui (hier), les profils seront difficiles et on ne pourra plus se cacher. Si on n'a pas les jambes, on sera derrière. Là, on est dans une bonne dynamique. On n'arrive pas à gagner en World Tour mais au moins je suis revenu dans les dix premiers." Désormais, que faire ? Viser une victoire d'étape ou conserver sa place au général ? "J'ai un peu le coeur entre les deux" a-t-il concédé. Réponse dans les jours à venir. 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Alexandre MIGNOT