Giro
Giro - Quintana : 'Ils n'acceptent pas la défaite' Photo : Sirotti

Giro - Quintana : "Ils n'acceptent pas la défaite"

 

Nairo Quintana, maillot rose du Giro d'Italia 2014

Journée pas simple pour Nairo Quintana. Bien sûr, en ce qui concerne la course, on a eu le droit, comme prévu  à une véritable étape de transition. Mais ce premier jour où le Colombien pouvait savourer de porter le maillot de leader d’un grand Tour a quelque peu était gâché par la contestation de certains directeurs sportifs clamant qu’il a attaqué alors que la course était neutralisée. Une histoire à l’Italienne pourrait-on dire… Sauf que si elle n’a pas de répercussion sportive, il y a de quoi gâcher le plaisir du leader de la Movistar qui a pourtant réalisé un incroyable numéro dans l’étape reine de ce Giro.

 

« Ils savent ce qui s’est passé »

 

« J’ai l’impression que c’est une blague. Ça me fait rire »  déclare Quintana en conférence de presse. Pourtant quelques minutes avant, sur la ligne d’arrivée (voir la vidéo ci-dessous), quand on lui pose la question au sujet de la réunion des directeurs sportifs qui a eu lieu ce matin au sujet de la neutralisation et du comportement des coureurs partis dans la descente (Quintana, Pierre Rolland et Ryder Hesjedal entre autre), il ne laisse pas couler de larme, mais on le sent ému.

« Ceux qui ont refusé de me serrer la main ce matin, ce sont ceux qui ne savent pas accepter la défaite. J’ai quand même vu des coureurs des équipes concernées venir me féliciter. Car eux, savent ce qu’il s’est passé. On m’a demandé si j’étais d’accord pour qu’on m’enlève 2’ au classement général. Mais je ne suis pas accroché à une voiture, je n’ai pas coupé le parcours… J’ai fait le même parcours que tout le monde. »

 

Trois jours de montagne

 

« Il reste deux étapes de montagne et un contre-la-montre. Je courrai comme un leader avec toute la force que j’ai, soutenu par une équipe forte. Nous sommes toujours neuf dans l’équipe. Ce sont des étapes qui me correspondent bien et bien sûr, si je peux attaquer, j’attaquerai. »

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Antoine PLOUVIN