Giro
Giro - P. Rolland : 'Il y a tout pour faire la course' Photo : Sirotti

Giro - P. Rolland : "Il y a tout pour faire la course"

 

Vidéo - Giro, Etape 8, Rolland pas loin de la gagne

Après deux semaines de course sur le Tour d'ItaliePierre Rolland est plutôt dans une bonne position. En effet, le Français est actuellement 8ème du classement général, à 4'47" du maillot rose, Rigoberto Uran (Omega Pharma-Quick Step). Ajouter à cette bonne place au général, le coureur du Team Europcar "prend énormément de plaisir" sur les routes du Giro. Il est d'abord passé tout près d'une victoire d'étape, lors du premier week-end montagnard, à Montecopiolo, puis a de nouveau tenté sa chance ce week-end, en partant de loin samedi, dans l'étape de Biella, puis en étant le seul des favoris à suivre Nairo Quintana (Movistar), dimanche, dans la montée finale vers Montecampione

Sur ce Giro, Rolland enchaîne donc les belles performances, mais n'a pas encore levé les bras, son objectif initial au départ de la course au maillot rose. Cette semaine, Rolland, qui a la "pure classe" sur un vélo selon Ryder Hesjedal (Garmin-Sharp), va donc tout faire pour remplir son nouvel objectif : remporter une étape, tout en faisant un bon classement général final. S'il continue sur sa lancée, et avec les grandes étapes de montagne qui arrivent, Pierre Rolland devrait réussir son pari ?

À l'entame de la dernière semaine, il a analysé en détail son début de Giro, pour le site "ladepeche.fr". "C'est mieux que je le prévoyais. Mon retard s'est fait dans les chronos. Je sais que c'est ma lacune. Par équipes, on a bien roulé mais on a eu la malchance de tomber sur le mauvais créneau, quand les conditions ont été les pires. Mais, pour le reste, c'est très satisfaisant. Quand on a fait le bilan de l'étape d'Oropa, celle de samedi, je me suis rendu compte que j'avais grimpé aussi vite que Quintana. À Montecampione, dimanche, je me suis dit que j'allais essayer de le suivre et c'est ce que j'ai réussi à faire. J'ai suivi Quintana ! C'est lui qui est la référence pour les grimpeurs. Ça me donne confiance et ça m'ouvre des perspectives", a-t-il expliqué par rapport à son début de Giro.

Pierre Rolland a ensuite évoqué ses attentes pour la dernière semaine de course : "Je suis entre deux, je suis trop près pour aller dans une échappée, trop loin pour le podium. Mais je n'ai rien à perdre. Je ne connais pas les cols de la dernière semaine, mais j'ai la chance d'avoir dans l'équipe Davide Malacarne. Il connaît tout par coeur. Dans le contre-la-montre en côte de vendredi, je n'ai pas de référence. Si ça reste un effort solitaire, ça n'a rien à voir avec le premier chrono. Pour moi, c'est mieux".

Il a enfin donné son avis général sur le Giro et sur l'étape mythique de ce mardi, qui devrait passer, si le temps le permet, par le Gavia, puis par le Stelvio : "J'espère qu'on pourra la faire, qu'on pourra voir la course entre les murs de neige. Pour moi, c'est l'étape la plus belle, la plus spectaculaire. Elle fait partie du mythe du Giro. Je suis attaché à ce qui marque l'histoire, c'est ça qui me fait vibrer, qui me fait être à 110 pour cent. Nibali a dit : "Le Tour est la (course la) plus importante, le Giro est la plus belle". Maintenant, j'en suis sûr. Il y a tout pour faire la course, pour qu'il y ait du mouvement. Et, dans le public, je n'ai pas entendu un mot déplaisant depuis le départ".

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Alexis ROSE