Dopage
Dopage - Un an de prison requis contre Rémy Di Grégorio Photo : Sirotti

Dopage - Un an de prison requis contre Rémy Di Grégorio

Contrôlé positif à l'EPO sur le dernier Paris-Nice, Rémy Di Grégorio est également poursuivi par la justice pour une affaire qui remonte à six ans. Coureur de l'équipe Cofidis à l'époque, le Français avait été interpellé sur le Tour de France le 10 juillet 2012 à Bourg-en-Bresse, lors d'une journée de repos. Il était alors en contact avec un naturopathe marseillais et un coureur espagnol sulfureux, des relations qui pouvaient faire penser à une volonté de recours au dopage. En plus, il avait commandé sur internet 100 microperfuseurs à ailettes et 80 seringues de 20 ml, ainsi qu'un flacon de 500ml de glucose en pharmacie. Pour Franck Lagier, le procureur en charge du pôle santé publique du tribunal de Marseille, Rémy Di Grégorio "n'est pas un coureur vertueux animé par une volonté de gagner des courses à la loyale et il a mis à mal l'éthique sportive de ce monument qu'est le Tour de France." Ainsi, un an de prison avec sursis et une interdiction définitive d'exercer la profession de coureur cycliste professionnel ont été requis contre l'homme de 32 ans, et la fédération française de cyclisme, partie civile, a demandé un euro symbolique de dommages et intérêts. Di Grégorio s'est défendu en affirmant : "Cette affaire m'a sali, m'a écarté du milieu. Ça m'a dévalué. Ma valeur marchande est à zéro". Ses avocats ont quant à eux demandé la relaxe de leur client, mettant en avant le fait qu'il avait vécu "6 années de déshonneur". Le jugement sera rendu le 2 juillet.

Suivez tout le cyclisme 2.0 avec Cyclism'Actu TV

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY