Dopage
Dopage - La réponse du président de l'AMA au MPCC Photo : Sport-phot.com/Nicolas Götz

Dopage - La réponse du président de l'AMA au MPCC

L'assemblée générale du Mouvement pour un Cyclisme Crédible (MPCC), avait écrit une lettre mercredi destinée à l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) pour demander la démission de son président, Craig Reedie. Dans cette lettre le MPCC affichait notamment ses regrets à propos de la gestion de l'affaire Froome et également le fait que le tramadol ne soit toujours pas inscrit sur la liste des substances interdites, et ainsi demandait la démission du président Craig Reedie. Ce dernier a répondu à travers une lettre adressée au président du MPCC Roger Legeay.

Roger Legeay : "Le MPCC progresse"

Dans cette lettre publiée par Dan Roan, rédacteur en chef de la branche sport de la BBC, Reedie écrit : "Soyons clairs dès le début, en tant que président de l’AMA, j’entends bien diriger le mouvement antidopage jusqu’à la fin du mois. Mon deuxième mandat l’année prochaine, c’est l’étendue de mon mandat et à ce stade, je serai heureux de transmettre le leadership de l’organisation à mon successeur le 31 décembre 2019, tout en sachant que le mouvement antidopage est plus fort et plus efficace maintenant qu'il n'a jamais été au cours de ses 20 ans d'existence".

Le président de l'AMA a ensuite traité les différentes plaintes une par une, en commençant par l'affaire Froome, qui avait eu un taux anormal de salbutamol lors de la Vuelta 2017 et qui n'avait été autorisé à participer au Tour De France que quelques jours avant le départ. "L'AMA reste convaincue que l'UCI est parvenue à un résultat juste et correct dans ce qui était une affaire très complexe", explique Reedie. "Vos efforts pour le simplifier à l'excès, sans avoir connaissance du volumineux dossier de l'affaire et des défis scientifiques et juridiques qu'il a soulevés, démontrent une tentative malheureuse de jeter une ombre sur la crédibilité de l'AMA et un refus évident d'accepter la réalité de ce que qui est arrivé."

En ce qui concerne la Russie, Reedie a reconnu la MPCC comme l'une des nombreuses "voix dissidentes" à propos de la décision de remettre en place l'agence antidopage du pays, qui avait été complice de programmes de dopage parrainés par l'état. "L’AMA respecte le droit de chacun d’exprimer son opinion, mais nous restons fermement convaincus que c’était la bonne décision pour le sport propre et que l’Agence était dans une position plus forte à cause de cela", a écrit Reedie. "Soit nous mettons la main sur les données afin que nos enquêteurs puissent faire ce qu’ils font si bien après la triche, ou nous serons en mesure de rendre RUSADA non conforme à nouveau, cette fois dans des termes plus sévères qu’avant."

Il en vient ensuite à l'affaire Puerto, qui remonte à 2006, en expliquant que l'AMA "a fait tout ce qui était en son pouvoir pour ce qui est des problèmes juridiques et autres". le MPCC avait qualifié ce cas de fiasco. mais Reedie a affirmé que "Le fait de critiquer l'AMA dans cette affaire démontre un manque étonnant de connaissances et de compréhension de ce qui s'est passé jusqu'à présent".

Pour le cas du tramadol, le MPCC met la pression depuis plusieurs années pour qu'il soit banni, après des témoignages sur son potentiel d'amélioration des performances. Et malgré les promesses de l'UCI de l'interdire sur les courses professionnelles à partir de janvier, et au grand regret du MPCC, le tramadol reste uniquement sur le "programme de surveillance" de l'AMA. "Il n'y a actuellement aucun consensus entre le groupe d'experts sur la liste des interdictions de l'AMA - composé d'experts indépendants de l'AMA - selon lequel le tramadol répond aux critères d'inscription sur la liste" a expliqué Reedie, qui a également écrit qu'il "soutenait les recommandations de l'UCI. initiative visant à contrôler l’utilisation du tramadol dans le cyclisme".

Craig Reedie termine sa lettre en se référant à la récente décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) de prolonger l'interdiction de Johan Bruyneel et de Pedro Celaya à vie, et également de prolonger l'interdiction de Jose Marti à 15 ans. Tous ce la pour trois anciens membres du personnel de l'US Postal Service Team"J'aimerais souligner que votre lettre a été reçue le 24 octobre, le jour même où l'AMA a remporté une victoire importante pour le cyclisme propre en obtenant des interdictions améliorées pour trois des plus célèbres tricheurs de votre sport", a écrit Reedie. "La décision du tribunal arbitral du sport de soutenir notre appel, qui a été soutenue par l'UCI, l'USADA et tous ceux qui s'intéressent au sport propre, a certainement sapé votre affirmation selon laquelle l'AMA ne défend pas les droits des athlètes propres. En fait, rien n’est plus éloigné de la vérité. Dans tout ce que nous faisons, l’AMA garde les athlètes au premier plan.".

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Vincent LALIGANT


Brèves

Transferts


Sondage

Qui est le coureur de l'année 2018 ?

















Partenaires