Dauphiné
Dauphiné - L'ultime test pour Vincenzo Nibali ? Photo : Sirotti

Dauphiné - L'ultime test pour Vincenzo Nibali ?

 

Vincenzo Nibali à l'arrivée 1e étape - Critérium du Dauphiné

Contador / Froome / Nibali… C’est la grande bataille espérée pour cet été sur les routes du Tour de France. A l’occasion du Critérium du Dauphiné, les trois principaux protagonistes attendus vont se livrer à un premier test et à une première comparaison de leur force. Déjà six fois victorieux cette année, avec notamment les classements finaux de Tirreno – Adriatico et du Tour du Pays Basque, Alberto Contador réalise un excellent début de saison. Il est tout simplement deuxième du World Tour. Christopher Froome avait lui aussi bien commencé que l’an passé en remportant le Tour d’Oman puis a connu une période de moins bien, avec des problèmes de dos notamment, avant de se relancer sur le Tour de Romandie et de prendre le maillot jaune du Dauphiné ce dimanche, dans la première étape, un chrono’ de 10 kilomètres. Et Vincenzo Nibali ?

 

Inquiétant ? 

 

Le Requin de Messine n’a pas encore pu dévorer grand chose depuis le début de l’année. Presque transparent sur Paris – Nice, les Ardennaises ne lui ont pas plus permis de s’exprimer. Il n’y a donc que sur le Tour de Romandie qu’on l’a vu un peu mieux, puisqu’il prend la cinquième place, et surtout il a été à l’offensive, fidèle à son tempérament d’attaquant lors de la grande et belle étape de montagne d’Aigle. Si le Critérium du Dauphiné est le grand test avant Tour de France, et qu’on attend tous de voir où il en est, en 2012, lorsqu’il prend la troisième place de la Grand Messe de Juillet, son meilleur résultat sur cette épreuve, il n’avait rien démontré un mois avant sur le Dauphiné en ne le finissant que vingt-huitième, sans aucune place d’honneur. Oui mais auparavant, il avait des victoires (Tirreno, une étape et la deuxième place finale au Tour d’Oman) et des places sur les classiques (huitième de la Flèche Wallonne, troisième de Milan – San Remo, deuxième de Liège – Bastogne – Liège)…

Faut-il s’inquiéter ? Le Sicilien est un champion. Gageons qu’il sait ce qu’il fait. Mais cette année 2014 est un peu particulière. Déjà parce qu’il est devenu papa en début d’année. Ensuite parce qu’il a eu un programme un peu imposé qui ne lui plaisait visiblement pas tant que cela. Il n’a couru que deux jours en Italie et encore… Le premier était le Grand Prix Camaiore et il a ensuite dû batailler avec son staff pour pouvoir s’aligner sur Milan – San Remo. Où il a finalement était le plus grand animateur, même si le parcours de cette année ne laissait guère de chances aux audacieux. Au départ de ce Dauphiné, Nibali aime à rappeler que l’objectif est le Tour de France, et qu’en 2012, il n’avait rien fait de probant sur le Dauphiné. Alors il faudra voir en Juillet. Mais force est de constater qu’il manque la victoire.

 

Le Dauphiné pour se rassurer ?

 

« Une victoire serait bon pour le moral, pour la confiance, et ça enlèverait de la pression à l’équipe. On espère que la victoire va venir et qu’après l’attente du début de saison, ce soit une belle victoire. Mais nous allons voir. L’objectif, c’est le Tour de France. On vient ici sans stress, on va voir jour après jour. L’objectif c’est de se préparer. »

Chez Astana, on connaît les faiblesses des résultats du Sicilien quand Contador et Froome ont tous les deux de solides bases, de solides points de repères face à la concurrence. Ces deux derniers ont adressé des avertissements à tout le Monde. Nibali, lui concentre les regards qui veulent savoir non pas s’il sera le meilleur, mais s’il sera prêt en juillet.

« Nous avons fait un long camp d’entraînement (ndlr : du 20 mai au 2 Juin) dans les Canaries. Nous avons beaucoup travaillé, et je suis satisfait du travail fait. Les sensations sont bonnes. Et après un mois sans compétition (ndlr : depuis le Tour de Romandie), je fais un bon temps sur ce contre-la-montre court de rentrée. Notamment dans la partie montante de ce chrono’ que j’ai très bien géré ». Il finira en effet meilleur temps de la petite bosse, courte, mais raide qui figurait sur cet exercice chronométré. Ce qui lui vaut de porter ce lundi le maillot de meilleur grimpeur.

« C’est un bon chrono’. Je suis content du résultat. Bien sûr, sur 10 kilomètres, on ne peut pas tirer d’enseignement. Mais c’est une bonne chose de commencer comme ça après un mois sans compétition. J’ai quand même souffert dans les deux derniers kilomètres avec le vent de face. Dans la descente, j’ai un peu perdu le contrôle de mon vélo dans deux virages. J’avais espéré être dans les temps de Contador (ndlr : deuxième à 8’’ quand Nibali est huitième à 13’’ ). Je pense que ces deux petites pertes de contrôle m’ont fait perdre 4 ou 5’’. »

Le parcours de ce Dauphiné est plus que favorable aux grimpeurs et aux attaquants. Dès lundi, avec la première étape en ligne, ils pourront s’exprimer avec l’arrivée au sommet du Col du Béal. Nibali lui affirme qu’il verra la course « giorno dopo giorno ». C’est sans doute un peu le cas de tous les favoris. On devrait donc déjà avoir une première indication ce lundi soir.

Par la suite, le Sicilien ira s’entraîner deux semaines dans la région de San Pellegrino avant de disputer les épreuves en ligne et contre-la-montre du Championnat d’Italie. 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Antoine PLOUVIN