Chronique
Chronique - Marc Fayet : Guillaume Martin, le petit génie Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Chronique - Marc Fayet : Guillaume Martin, le petit génie

Membre de l'équipe des chroniqueurs de Cyclism'Actu depuis l'automne dernier, Marc Fayet vous livre aujourd'hui son regard sur le Critérium du Dauphiné, qui vient de s'achever, et plus particulièrement sur Guillaume Martin, un coureur au profil atypique au sein du peloton. Auteur dramatique et comédien présent sur les scènes de théâtre depuis près de 30 ans, Marc Fayet est également un fervent défenseur du cyclisme, lui qui est notamment impliqué auprès du Tour du Finistère, de la LNC, de la FFC et de l'UNCP. Il n’en demeure pas moins un libre penseur. C’est son regard décalé et malicieux que nous vous proposons de découvrir régulièrement sur Cyclism'Actu.

Le Best-of du Critérium du Dauphiné

Dans mes jeunes années, mon plus grand rêve c’était d’être coureur cycliste et homme de théâtre à la fois, pour me retrouver avec ce terrible dilemme qui chaque été me contraindrait à faire un choix entre deux événements mondialement incontournables : courir le Tour de France ou faire le Festival d’Avignon ?

La question se devait d’être rangée dans la catégorie « Chimère absurde » car j’ai vite compris que je n’avais pas ce génie et personne de normalement constitué ne pouvait prétendre à une telle alternative. Pourtant je vous prédis que dès l’année prochaine il y a un garçon qui pourrait pour la première fois de l’histoire se retrouver face à ce choix impossible. Il s’agit d’un petit gringalet, mais de ces gringalets qui font des merveilles et dont la maigreur est le gage d’un sérieux indubitable. Je préfère vous en prévenir avant que la révélation ne vous saute à la figure, et vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous a pas alerté à temps. Cela m’est apparu comme un éclair en suivant le dernier Critérium du Dauphiné qui vient de se conclure. Comme vous j’ai noté l’extraordinaire forme de Romain Bardet, constaté l’étonnante suprématie de Geraint Thomas, la puissance d’Adam Yates, et la confirmation du fougueux tempérament de Julian Alaphilippe.

Mais avez-vous eu comme moi l’œil assez aiguisé pour remarquer ce coureur au maillot bicolore jaune et bleu à l’enseigne d’une société belge et qui fut toujours bien placé, non loin des meilleurs grimpeurs ? Avez-vous vu ce garçon sur lequel les commentateurs semblaient ne pas trop s’attarder, comme s’il ne s’agissait que d’un favorable hasard de course ? Et pourtant il a toujours été présent lorsque les pourcentages les plus rudes s’imposaient. De son pédalage fluide, jamais heurté, léger, régulier et aérien, voici qu’il participait au même titre que les plus grands champions de la même bataille et des mêmes efforts avec une constance exceptionnelle. Ce garçon pourtant discret au nom passe-partout fut une révélation car sans tapage, sans déclarations fracassantes, en voici un qui savait qu’à chaque jour suffit sa peine et que l’essentiel est toujours de prendre de la hauteur, hauteur physique mais aussi métaphysique.

Guillaume Martin, puisque c’est son nom, démontrait alors qu’il était sur le chemin de l’ascension, celle qui lui permettra, j’en suis persuadé, de devenir un des acteurs du Tour de France 2018 et plus encore de 2019, lorsque l’expérience, la puissance et la confiance feront enfin de lui un espoir confirmé. Eh bien figurez-vous que cette même expérience, cette autre puissance et une débutante confiance lui ont permis il y a quelques mois d’écrire sa première pièce de théâtre, une rencontre insolite entre Platon, Socrate et Diogène sous l’œil de Zarathoustra, Aristote ou encore BHL. Il appelle ça une fable philosophique et humoristique. Comme son auteur, la pièce a commencé sa petite carrière sur les routes de France afin de faire sa place parmi les grandes œuvres pour aller à la rencontre de son public, pour se construire une crédibilité artistique qui lui permettra sans nul doute d’être présente au festival d’Avignon 2019. Guillaume le coureur a fait la même chose, il a testé et évalué lors de ce Dauphiné son potentiel physique qui lui permettra d’être à nouveau présent sur le Tour cette année puisque son équipe y est à nouveau invitée.

Nouvelle étape de son apprentissage et surtout une opportunité de prendre rendez-vous pour les années à venir et principalement 2019 puisque les deux rendez-vous estivaux l’attendent, et alors que je considérais ce choix infaisable voici que le garçon sera le premier Cycliste-Philosophe-Auteur dramatique de l’histoire à régaler en même temps le public du bord des routes et celui qui assistera aux représentations en Avignon de sa pièce intitulée « Platon Vs Platoche » dans laquelle vous découvrirez son style régulier, jamais heurté, toujours alerte, aérien et raffiné, comme le jeune champion sur son vélo. Ce garçon a fait l’impossible, réaliser mon rêve le plus fou, il y a donc forcément du génie quelque part.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Marc FAYET