Chronique
Chronique - Marc Fayet en selle : 'On nous vaccine en octobre' Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Chronique - Marc Fayet en selle : "On nous vaccine en octobre"

Un nouveau venu dans l'équipe des chroniqueurs de Cyclism'Actu : Marc Fayet. Auteur dramatique (Molière 2015 de la comédie), Comédien (Molière 2003 de la révélation masculine) présent sur les scènes de Théâtre depuis près de 30 ans. Il est également un fervent défenseur du cyclisme auprès duquel il est très impliqué (Tour du Finistère, LNC, FFC, UNCP…) il n’en demeure pas moins un libre penseur. C’est son regard décalé et malicieux que nous vous proposons de découvrir régulièrement sur Cyclism'Actu.

Suivez tout le cyclisme 2.0 avec Cyclism'Actu TV

C’était le 17 Octobre dernier et comme chaque année nous sommes venus prendre notre cours magistral de géographie dans le cadre du dernier cycle d’information professionnelle. Quand la société entière entame tout juste sa rentrée, la société du Tour célèbre sa sortie. Après avoir entendu le surveillant général Amaury (Celui qui fait même pas peur) venu faire son allocution annuelle devant les élèves du monde entier, qu’il regarde toujours avec sympathie et détachement, c’était au malicieux Monsieur Prudhomme (Celui qui fait aimer la France) professeur d’histoire, de géographie, d’éducation civique et d’édification cycliste, d’effectuer son rappel de la condition d’homme de Juillet que nous devenons tous au moins une fois tous les 12 mois.

Le plus exceptionnel étant que ça nous prend au même moment : On nous vaccine au mois d’Octobre et les effets apparaissent systématiquement neuf mois plus tard. C’est donc pour nous aider à rester éveillés qu’on nous réunis  si tôt, juste le temps de la grossesse, le temps d’enfanter… Juste le temps de redevenir enfantins.  Si ce sont bien des milliers de grandes personnes attentives qui comblent le palais de la porte maillot (Jaune, vert ou à pois ) et qui hochent la tête d’un air sérieux et pénétré, ce sont presque des garnements que nous retrouvons à chaque grand départ ; qu’ils soient suiveurs, organisateurs ou admirateurs, excités qu’ils sont chaque fois par l’ampleur de ce gigantesque cirque, ce barnum phénoménal, le plus grand événement sportif itinérant. Les seuls qui tout à coup perdent leur allure angélique sont les gamins qu’on nous a présenté ce matin-là sur scène comme étant les héros du Tour de France alors que nous ne découvrons seulement, dans leurs gentils costumes, que des adolescents timides et  mal dégrossis qui boivent du coca au cocktail et s’empiffrent de petits fours sucrés, en cachette de leurs managers qui n’ont plus la force de leur faire les gros yeux.

Ce sont eux pourtant, ces enfants, qui vont se transfigurer le moment venu en chefs et mener pour nous la guerre contre les cols impossibles, contre les pavés ennemis, contre les destinations inconnues et les chronomètres inaccessibles. Au fil du cours sur le parcours de ce tour plein d’atours voici notre grand professeur émérite, qui de ses grandes mains, qu’il distribue par poignées généreuses, nous dessine à petits traits jetés sur l’écran géant les itinéraires reliant La Baule à Sarzeau, Fougères à Chartres,  Mouilleron Saint Germain à La Roche sur Yon ou Saint-Pée sur Nivelle à Espelette. Autant d’appellations piquantes qui ont bien plus de retentissement qu’elles ne le laissent paraître lorsque vous saurez que Mouilleron Saint Germain où les coureurs mouilleront les maillots qu’ils portent est un hommage au plus vendéen des Tigres à moustache (Georges Clémenceau) que Sarzeau deviendra la capitale du cyclisme mondial (Son maire étant le nouveau président de l’UCI) que Fougères deviendra la destination incontournable pour le monde entier ( Si t’as pas vu Fougères, t’as rien vu ! ) et qu’après avoir pris un piment (À Espelette) nous n’aurons plus qu’à dire ouilles ! ( A Houilles

Avant de nous taper les pavés des Champs Elysées qui se digèreront mieux que ceux de Roubaix.  Oui vraiment tous les mois d’Octobre c’est une révision grandeur mature qui nous prouve que la France dimension nature à beaucoup plus d’un tour dans son sac, c’est d’ailleurs son 105ème qu’on nous présentait ce mardi en phrases peu sobres pour ce rêve en évolution d’Octobre. Et une fois encore nous sommes ressortis de ce cours moins ignorants qu’en y entrant, prêts à nous octroyer quelques vacances pour réviser sérieusement nos leçons car à l’approche de l’été, il y aura travaux pratiques en milieu naturel et il s’agirait de ne pas se manquer. 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Marc FAYET


Brèves

Transferts


Sondage

Cédric Vasseur sera-t-il un bon manager général pour la Team Cofidis ?








Partenaires