Chronique
Chronique - Guimard : 'Tout sortira un jour sur Wiggins' Photo : Cyclism'Actu

Chronique - Guimard : "Tout sortira un jour sur Wiggins"

 

Peter Sagan : "J'ai juste eu plus de chance cette année"

La fin de la saison cycliste est souvent l'occasion de faire un bilan de l'exercice écoulé. Notre choniqueur Cyclism'Actu, Cyrille Guimard ne déroge pas à la règle et se livre à une analyse des divers événements de l'année 2016. La rivalité Giro/Tour, Chris Froome, le possible retour de Bradley Wiggins ou le phénomène Peter Sagan, il n'élude rien. Voici le volet international du bilan de Cyrille Guimard dit "Le Druide" consultant pour RMC Sport et BFM TV.

 

"Peter Sagan détonne dans ce milieu"

Peter Sagan détonne dans ce milieu. Son potentiel, on le connait et ce n’est pas d’aujourd’hui. On le voyait déjà en Juniors, en Espoirs. Sur la route en 2010 sur Paris-Nice, il sortait du landau et il a gagné deux étapes. Depuis il a continué à gagner quel que soit le terrain, en dehors des classements généraux dans les grands tours. Il ne se prend pas la tête, c’est l’un des seuls qui arrive à nous faire marrer. Il a de la personnalité, de l’humour, de la répartie. C’est un beau champion. Le meilleur coureur du monde actuellement. Deux titres mondiaux de suite. C’est très bien. Cela nous sort de certains types coureurs que nous avons depuis un certain temps.

 

"La couverture du Giro n’est pas celle du Tour de France"

Je pense que pour l’instant nous sommes les déclarations d’intention au sujet des participations des coureurs. Il est clair qu’un certain nombre de coureurs comme Vincenzo Nibali n’ont plus envie de venir sur le Tour parce que la raison est très simple : il a perdu un petit peu de sa tonicité. Il a régressé à tous les niveaux. Dans ces cas-là, il ne faut pas venir se frotter dans la plus grande course au monde. Honnêtement le fait que des coureurs désertent le Tour ne me dérange pas. Mais à un moment ces coureurs devront se rendre à l’évidence, la couverture du Giro n’est pas celle du Tour de France. Alors que les financiers de leurs équipes leur diront"oui le Giro c’est bien mais le Tour apporte plus de retombées". Je n’ai pas le chiffre exact mais en regardant le public sur le bord de la route c’est 90% de moins.  C’est vrai aussi pour le Tour d’Espagne. Il ne faut pas s’inquiéter, ce sont des déclarations d’intention.  Quand on commence à dire qu’on veut faire le Tour d’Italie au lieu du Tour de France, c’est que quelque part on n’est pas trop sûr de soi-même. Laissons les choses se faire. C’est comme une mode. Il y a la mode aujourd’hui d’être barbu ou mal rasé. En cyclisme c’est d’aller faire le Giro. Pour les retombées médiatiques qu’apporte la Grande Boucle, on ne peut pas, lorsque l’on fait partie des six ou sept coureurs susceptibles de la gagner, s’en priver et n’aller que sur le Tour d’Italie.

 

"Le Tour de France s'est résumé à 3 fois une demi-heure d'émotions"

Dans les trois cas, on retrouve les meilleurs. Je n’ai rien à dire contre Nibali qui a réussi à refaire les niveaux sur les trois ou quatre dernières étapes après avoir été juste durant tout le Giro. Même s’il faut rester très prudent avec Steven Kruijswijk qui s’est mis par terre. Donc il faut prendre en compte dans sa réussite les événements de la course. Quant à Nairo Quintana sur la Vuelta, j’ai toujours pensé qu’il aurait dû gagner un ou deux Tour de France. Ce qui n’est pas le cas. Mais il a été un beau vainqueur en Espagne. Le Tour de France s’est résumé à trois fois une demi-heure d’émotions : la descente de Froome, la course à pied de Froome et la victoire de Bardet. Pour Froome, il faudra que l’on revisite les gains marginaux. Il faut qu’il y ait de la transparence si on ne veut pas qu’il n’y ait de doute. Là on apprend des choses sur les pratiques anglaises qui gênent beaucoup de monde y compris en Angleterre.

 

"Il faut un organisme indépendant de contrôle des AUT"

Dans cette affaire des Autorisations d'usage à des fins thérapeutiques (AUT), il y a quelque chose de malhonnête. Quand vous voyez au Tour de Romandie que c’est le médecin de l’UCI qui donne des corticoïdes à Froome. C’est bizarre. Apparemment, il était malade puisqu’il l’avait à Liège-Bastogne-Liège. "J’ai une pneumonie",disait-il. Quand on est malade, on ne prend pas le départ et en plus, il y gagne une étape. Je suis désolé, la règle doit être la même pour tous. Alors soit on suit le Mouvement Pour un Cyclisme Crédible (MPCC), soit le MPCC s’arrête et tout le monde fait le Grand Prix des "Cortico" et c’est tout. De toute façon, les instances internationales, quand on voit ce qu’il se passe dans le rugby ou ailleurs, on ne veut pas savoir on ferme les yeux et surtout on en parle. S’il y a un MPCC, c’est que l’on sait que tout cela se passe depuis longtemps. Certains viennent au MPCC pour se faire une virginité mais au final c’est comme s’ils n’y étaient pas. Il va bien falloir à un moment que le problème soit tranché. Pour moi c’est clair, aucune solution ne sera trouvée tant que ne sera pas mis en place un système indépendant des fédérations quel que soit le sport. On commence à en parler en haut lieu. Mais cela fait vingt ans que nous le disons sans être écoutés. Il faut des organismes indépendants, y compris financièrement, des instances nationales et internationales. On ne peut pas être son propre "flic".

 

"Un jour, les affaires sur Wiggins sortiront"

On verra pour son retour, s’il revient ou non. Mais pour lui des questions sont là. On nous dit toujours qu’il faut des preuves. La seule chose que nous savons, c’est qu’il a perdu dix kilos, qu’il était maigre comme un coucou. Apparemment, il a bénéficié de certains traitements grâce aux AUT. Les affaires sortiront un jour. Nous saurons. Pour Lance Armstrong, il a fallu du temps. Laissons les choses se faire.

 

"L'UCI ne veut pas d'enquête sur les moteurs"

Le sujet des moteurs on n'en parle plus parce que l’UCI ne veut pas d’enquête. Elle n’a ouvert aucun dossier. Les seuls qui ouvrent les dossiers sont les médias ou la police. Mais l’UCI ne fera jamais d’enquête. Surtout pas. On s’est donné bonne conscience en trouvant une lampiste. C’est à mourir de rire l’histoire de la belge. L’opération était bien montée, bien ficelée. C’est monstrueux. On n’a pas pu faire les contrôles souhaités sur le Tour de France. On nous a fait tout un cinéma avec les tablettes censées détecter les moteurs. Mais qui les a conçues ? J’aimerais bien que l’on aille voir la société qui s’occupe des tablettes. J’ai vu des contrôles notamment aux Quatre Jours de Dunkerque. Ils ne vérifiaient pas les roues parce que ce n’était pas les ordres.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Christian-Olivier KOUKA


Brèves

Transferts


Sondage

Chris Froome vs Tom Dumoulin : qui remportera le Tour d'Italie ?







Partenaires