Bilan 2018
Bilan 2018 - UAE, tant d'argent pour si peu de résultats Photo : Sirotti

Bilan 2018 - UAE, tant d'argent pour si peu de résultats

Pour cette saison 2018, UAE Team Emirates avait vu les choses en grand avec les arrivées coûteuses de Fabio Aru, Alexander Kristoff et Dan Martin. Un trio magique était alors né et devait permettre d’amener l’équipe aux sommets du cyclisme mondial. Sauf que le Team Emirates a oublié que l’argent ne faisait pas toujours le bonheur. Avec 12 victoires dont six en WorldTour cette année, la formation émiratie affiche le 15e bilan parmi les 18 formations du WorldTour...

Mauduit revient sur la victoire de Kristoff sur le Tour

Une saison sauvée par le Tour de France

C’est la seule satisfaction que l’on peut retenir de l’équipe du Golfe cette année. Emmenée par ses leaders Kristoff et Martin, la formation de Philippe Mauduit a réalisé un grand Tour de France qui sauve sa saison. Galvanisé par son très bon Dauphiné, Dan Martin abordait le Tour avec de la confiance. Après une belle victoire d’étape à Mûr-de-Bretagne, il est allé chercher une honorable 8e place au classement général et le prix de la combativité. Alexander Kristoff, l'autre leader de l'équipe sur le Tour, maillot de champion d’Europe sur les épaules, a collectionné les places d’honneurs les 2 premières semaines et a profité de l’abandon massif des sprinteurs et de la chute de Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) pour remporter le plus beau succès de sa carrière en s’imposant sur les Champs-Elysées. C’est à peu près tout ce que l’on peut retirer de positif de cette saison. 

 

Le fantôme Aru

On se souvient de sa victoire en costaud au sommet de la Planche des Belles Filles et de sa 5e place sur le Tour l’année dernière. Cette saison, Fabio Aru a vécu une véritable traversée du désert. Sur le Giro, il a eu l’espoir de pouvoir accrocher un Top 10 avant de totalement lâcher en 3e semaine et être contraint à l’abandon, à l'agonie. Même chose sur la Vuelta. Aux portes du Top 10 durant les deux premières semaines, il a sombré de nouveau en 3e semaine pour terminer 23e du Tour d'Espagne, bien loin de ce qu’il nous avait habitué ces dernières saisons. Son meilleur résultat cette année restera une sixième place sur le Tour des Alpes. Alexander Kristoff et Dan Martin n’ont pas fait une grande saison mais ont sauvé leur exercice en remportant chacun une belle victoire, lui est passé totalement à coté tout au long de la saison, sans coup d'éclat, comme en témoigne son récent Tour of Guangxi où il a été incapable de jouer les premiers rôles. 

 

Quid de Martin et Kristoff ? 

Dan Martin n'aura brillé, enfin performé, que sur le Dauphiné et le Tour de France. Hormis ces 2 courses, l'Irlandais est passé à coté de sa saison. Deuxième de la Flèche Wallonne et de Liège-Bastogne-Liège en 2017, il a terminé très loin cette année sur les ardennaises (61e de la Flèche, 18e de Liège). Certes, il a été retardé par une chute au pied de Huy et a crevé dans les rues de Liège. Mais comment expliquer sa 38e place sur le Tour de Catalogne et son abandon sur Paris-Nice ? Les jambes, tout simplement. L'Irlandais n'avait pas grand chose à donner cette saison. Non-partant sur la 10e étape de la Vuelta pour assister à la naissance de sa fille, il était déjà très loin de pouvoir espérer quelque chose en oscillant autour de la 50e place à plus de 35 minutes de Simon Yates. L'Irlandais a traversé le désert cette saison. Heureusement pour lui et son équipe, il a trouvé une oasis en juillet. 

Alexander Kristoff a lui aussi vécu une saison compliquée mais du trio, c'est celui qui s'en sort le mieux. Il a levé 5 fois les bras cette saison. Au grand bonheur de sa direction, il a remporté une étape sur le Tour d'Abu Dhabi. A défaut d'avoir brillé sur les Flandriennes, il a remporté pour la 4e fois de sa carrière la classique de Francfort. C'est toujours mieux qu'une 16e place sur le Tour des Flandres et une 57e place sur l'Enfer du nord.

 

Des électrons libres qui n'ont pas brillé 

Darwin Atapuma, Rui Costa, Jan Polanc et Diego Ulissi avaient le champ libre avec les résultats décevants de leurs leaders. Ulissi a tout de même remporté une étape sur le Tour de Suisse mais lui aussi n'a rien montré de transcendant cette saison. Atapuma a été transparant sur le Giro et le Tour et ne s'est jamais montré à son aise en montagne. Après une très bonne saison 2017, Rui Costa est retombé dans ses travers en alternant places d'honneurs et mauvais résultats. Enfin, le Polanc de 2017 n'a semblé jamais avoir existé cette saison et le Slovène a lui aussi vécu une saison difficile. 

 

Comment relever la tête ? 

Heureusement que Martin et Kristoff ont gagné sur le Tour cette année pour sauver les meubles. L'an prochain, la formation UAE Team Emirates va enregistrer les arrivées de Gaviria et Sergio Henao pour essayer de relever la tête. Hormis le Tour de France, les hommes de Philippe Mauduit ont vécu un exercice 2018 compliqué. Le trio tant attendu n'a pas eu le rendement espéré. Pire, ils ont déçu chacun de leur coté, surtout Aru. Giuseppe Sarroni continue néanmoins d'empiler les stars puisque le trio deviendra l'année prochaine le club des cinq avec les arrivées de Fernando Gaviria et Sergio Henao, même si l'arrivée des deux Colombiens pourrait aussi être un déclic l'an prochain. L'histoire d'amour entre les Émirats Arabes Unis et le cyclisme commencera-t-elle enfin ? Réponse en 2019. 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas DEPRES