Bilan 2018
Bilan 2018 - Encore un cru exceptionnel... pour le Team Sky Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Bilan 2018 - Encore un cru exceptionnel... pour le Team Sky

43 victoires dont 21 en World Tour, le Tour d'Italie pour Chris Froome, le Tour de France pour Geraint Thomas... L'année 2018 du Team Sky a encore été exceptionnelle. Souvent décriée pour son côté robotique et pour les "affaires" qui l'entourent, la formation de Dave Brailsford reste une machine à gagner qui a marqué cette saison 2018 de son emprunte. Retour sur les moments marquants de cette année.

Nicolas Portal : "C'est un rêve de gagner 6e Tour de France"

 

Les lieutenants se mettent en évidence en début de saison

L'intersaison n'a pas été de tout repos pour l'équipe Sky. En cause : l'affaire Chris Froome, qui a subi un contrôle anormal au salbutamol sur la dernière Vuelta (qu'il a remportée). Froomey est donc bien discret en ce début de saison, mais l'écurie britannique obtient tout de même rapidement de belles victoires avec ses lieutenants de luxe, notamment la pépite Egan Bernal qui vient tout juste de signer. Le jeune Colombien remporte coup sur coup le championnat de Colombie du contre-la-montre et surtout le classement général du Colombia Oro y Paz devant - excusez du peu - Nairo Quintana et Rigoberto Uran. Sergio Henao (champion de Colombie), Wout Poels (une étape du Tour d'Andalousie et une sur Paris-Nice), Geraint Thomas (une étape du Tour d'Algarve), David de la Cruz (une étape de Paris-Nice) et Michal Kwiatkowski (classement général du Tour d'Algarve) gagnent aussi, le Polonais étant le plus en forme puisqu'il remporte peu après le classement général de Tirreno-Adriatico. Malgré un Froome en reprise et un Thomas pas encore au top de sa forme, le Team Sky démarre très bien sa saison.

 

Tour d'Italie : Chris Froome is back !

Après un mois d'avril un peu creux - une seule victoire, celle de Bernal sur une étape du Tour de Romandie - l'équipe britannique reprend sa marche en avant lors du Tour d'Italie, qui marque le retour au plus haut niveau de Froome. Longtemps dans l'incertitude, ce dernier a finalement été blanchi de toute accusation et s'aligne sur le Giro avec l'objectif de le remporter pour le première fois. Malgré des débuts difficiles, le Kényan Blanc monte en puissance et s'impose au sommet du mythique Zoncolan, avant de réaliser l'un des plus beaux exploits du cyclisme moderne lors de la 18e étape, où il s'échappe seul à 85km de l'arrivée et renverse complètement la course. Deux victoires d'étapes et le général, Froome is back, et avec la manière ! 

 

Geraint 1er, roi de France

Après un Giro victorieux, place au Tour de France, le grand objectif de la saison du Team Sky. Et là, c'est l'habituel lieutenant, Geraint Thomas, qui va se révéler. Juste avant, le Gallois écrase tout d'abord le Critérium du Dauphiné, où la formation britannique remporte également deux étapes, et il devient champion national du chrono. Il démarre le Tour dans la peau de coleader d'un Chris Froome peut-être épuisé par le Tour d'Italie, et le début d'épreuve confirme ce que beaucoup de gens soupçonnaient : Thomas est fort, très fort. Plus fort que Froome, plus fort que tout le monde. Il est le mieux classé des favoris après la première semaine, et l'arrivée de la montagne ne va faire que confirmer cette impression. Il remporte coup sur coup les étapes de La Rosière et de l'Alpe d'Huez, et il s'empare du maillot jaune qu'il ne lâchera plus jusqu'à Paris. Au final, jamais il n'aura été inquiété sur la Grande Boucle, qu'il remporte facilement devant Tom Dumoulin et son coéquipier Chris Froome, revenu en forme en dernière semaine. Derrière ces deux leaders, un troisième homme aura particulièrement attiré l'attention chez Sky : l'incontournable Egan Bernal, qui a été plus qu'impérial en montagne.

 

Une fin de saison plus délicate

Après ce mois de juillet terminé en fanfare, la fin d'année va s'avérer plus difficile pour l'équipe Sky. Geraint Thomas et Chris Froome ont besoin de repos et ne vont quasiment pas peser sur la fin de saison. Michal Kwiatkowski va tout de même accrocher de nouvelles victoires de prestige en remportant son tour national (et deux étapes), mais l'homme fort se nomme Gianni Moscon. Suspendu après son coup porté à Elie Gesbert sur le Tour de France, l'Italien reprend la compétition le couteau entre les dents et remporte les cinq dernières victoires de son équipe : la Coppa Agostoni, le Tour de Toscane, le championnat d'Italie du chrono et le Tour de Guangxi (plus une étape). En revanche, la Sky peine à exister sur le Tour d'Espagne sans ses leaders (auncune victoire d'étape et meilleur classement final pour de la Cruz, 15e). Outsider des Mondiaux de contre-la-montre par équipes, elle ne termine que 4e de la course.

 

Les Classiques, seule ombre au tableau

Au total, l'équipe Sky aura remporté 10 courses par étapes : le Colombia Oro y Paz, le Tour d'Algarve, Tirreno-Adriatico, la Semaine Internationale Coppi et Bartali, le Tour de Californie, le Tour d'Italie, le Critérium du Dauphiné, le Tour de France, le Tour de Pologne et le Tour de Guangxi. En revanche, elle n'aura pas brillé sur les Classiques, puisqu'elle n'en a remporté aucune, alors qu'elle avait pu compter sur Kwiatkowski l'an passé pour gagner Milan-San Remo, les Strade Bianche et la Clasica San Sebastian, et sur Elia Viviani, qui avait levé les bras sur la Bretagne Classic et l'EuroEyes Cyclassics. Certes, la formation britannique a toujours fait des courses par étapes son terrain de prédilection, mais cette absence de victoires sur les courses d'un jour fait un peu tâche.

 

Et maintenant, qu'attendre de 2019 ?

L'an prochain, l'effectif de Sky sera sensiblement le même que cette année. Cinq départs sont à déplorer, mais hormis Sergio Henao, aucun leader n'a quitté l'équipe. Quatre coureurs vont arriver, dont deux sprinteurs (Ben Swift et Jhonatan Narvaez) qui pourraient accrocher quelques succès. Ainsi, les objectifs devraient être les mêmes, à savoir une priorité mise sur les courses par étapes avec Froome, Thomas et le phénomène Bernal, qui devrait se retrouver leader sur un Grand Tour en 2019. Froome va quant à lui briguer un cinquième sucès sur le Tour, et il faudra voir comment la cohabitation avec Thomas se passera, même s'ils ont montré cette année qu'ils pouvaient largement bien s'entendre. Sur les courses d'un jour, seul Kwiatkowski semble en mesure de pouvoir lever les bras. Wout Poels et Diego Rosa, décevants cette année, espèreront hausser leur niveau. Enfin, il faudra être attentif à la progression des jeunes talents de l'effectif : Tao Geoghegan Hart, Gianni Moscon, Chris Lawless, Kristoffer Halvorsen et bien sûr Bernal.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY